Les Recettes du tourisme mondial en 2018

Les recettes du tourisme mondial : 2018 confirme la tendance soutenue de 2017, et +4% en janvier-mars 2019 par rapport à la même période l’an dernier.

Selon l’OMT l’Organisation Mondiale du Tourisme, le tourisme connait une croissance supérieure à la moyenne, de l’ordre de +4% par an, depuis neuf années consécutives.

Cette progression dépasse les prévisions à long terme de l’OMT ; l’objectif de 1,4 milliard fixé par l’organisme pour 2020 a été atteint avec une avance de deux ans. Ces résultats ont été soutenus par une conjoncture économique favorable et par une forte demande sortante en provenance des principaux marchés sources.

Toutes les régions ont bénéficié d’une augmentation des arrivées internationales, avec en tête l’Afrique (+7%) portée notamment par l’attractivité des côtes méditerranéennes, l’Asie / Pacifique (+6,5%), suivies de l’Europe (+6%), du Moyen-Orient (+4 %) et des Amériques (+3%). Le continent européen demeure en première position en termes d’arrivées de touristes internationaux, concentrant 51% des arrivées mondiales.

Les prévisions pour l’année 2019 sont de +4% en janvier-mars 2019 par rapport à la même période l’an dernier, en dessous de la croissance moyenne de 6% des deux dernières années, mais plus conforme aux tendances historiques et aux prévisions de l’OMT.

En mai 2019, parmi 131 destinations déclarantes, 109 enregistrent une croissance des recettes d’exportation du tourisme par rapport à la même période l’an dernier (en monnaies locales aux prix courants), tandis que 22 ont enregistré une baisse.

L’Europe représente près de 40% des recettes du tourisme international, suivie de l’Asie et du Pacifique. L’Asie et le Pacifique (+7%) enregistrent la plus forte croissance des recettes en 2018, cette zone ayant bénéficié de l‘attractivité de la Chine, du Japon et de la Corée du Sud, suivie de l’Europe (+5%) et du Moyen-Orient (+3%), tandis que l’Afrique (+1%) et les Amériques (+0%) ont connu des résultats beaucoup plus modestes.

Le continent américain a connu une stabilité des recettes du tourisme international (+0,2%), à cause, notamment, de la croissance modérée des recettes aux États-Unis (+ 1,8%).

Au-delà des dix premières destinations touristiques, certaines ont connu une croissance remarquable. En Afrique, l’Égypte fait un bond de 49% qui confirme la reprise du marché. En Asie, Hong Kong (Chine), l’Inde, la République de Corée, l’Indonésie, Taiwan (pr. de Chine) et le Vietnam ont tous affiché des résultats à deux chiffres, bénéficiant d’un marché sortant chinois et indien fort.

Le tourisme, pilier fondamental de l’économie indonésienne

La progression du nombre des arrivées internationales en Indonésie au cours de 2018 est deux fois plus importante que celle enregistrée sur l’Asie (6,5%), soit :

  • 17 milliards USD : montant des recettes du tourisme en 2018, soit +13,3% par rapport à 2017.
  • Près de 13 millions d’emplois directs et indirects : en 2018, l’activité touristique représente 10,3% de l’emploi total en Indonésie.
  • 20 millions : prévisions d’arrivées touristiques internationales d’ici 2019.

L’Asie, de par sa proximité, reste de loin le marché principal de l’Indonésie. La Chine marque une importante progression par rapport à 2017 et pourrait être sur la première marche du podium en 2019. L’Inde affiche de bons résultats également et est considérée comme le second marché émergeant après la Chine par les autorités indonésiennes. L’Australie est le premier des marchés internationaux hors Asie. Cette place s’explique par sa relative proximité et par l’excellent rapport qualité/ prix de l’Indonésie.

La connectivité aérienne est un important facteur de croissance du nombre de visiteurs internationaux : 75 à 80% d’entre eux arrivent en avion.

Le Royaume-Uni est toujours en tête de ce classement européen. L’importance des vols directs entre les deux pays et la présence de nombreux expatriés britanniques dans le Monde voyageant en Indonésie en sont les principales raisons.

La France est en constante évolution avec plus de +5% en 2018, et prend la deuxième place du podium en termes de progression parmi les pays européens, après la Russie (+6,95%). L’Europe est un des marchés prioritaires pour le Ministère du Tourisme indonésien qui considère que la plage, le soleil, la beauté de la nature et la culture qu’offre la destination correspondent idéalement aux aspirations des voyageurs européens.

La France est le deuxième plus grand pays contributeur de touristes étrangers d’Europe après le Royaume-Uni, suivis par l’Allemagne, les Pays-Bas, la Russie et représente un marché à fort potentiel pour le Ministère du Tourisme. Au cours des 4 dernières années, le nombre de touristes français en Indonésie n’a cessé d’augmenter, affichant une croissance de plus de +37%.

Les efforts de promotion de l’office de tourisme portent leurs fruits. À grand renfort de communication, de formations et d’animations dédiées aux professionnels de l’industrie du voyage, la perception de la destination par les producteurs et les distributeurs est aujourd’hui très positive.

Le Ministère du Tourisme compte également développer prochainement ses actions dans les domaines du digital et du tourisme durable pour attirer les millennials en forte progression sur la destination. 63% des recherches, réservations et achats se font aujourd’hui en ligne et plus de 200 commentaires par minute sont postés sur TripAdvisor.

Le tourisme : principale source de devises étrangères en Indonésie

La croissance des recettes progresse de +13,3% en 2018 pour un montant total de 17 milliards USD. En 2019, le secteur du tourisme devrait atteindre les 20 milliards USD, soit une augmentation de 17,6% par rapport à 2018. Selon les données publiées par le World Travel & Tourism Council, en 2018, le secteur du tourisme en Indonésie a représenté 10,3% de l’emploi total, soit 12.966.400 emplois, et devrait dépasser les 18 millions d’ici 10 ans. Cette part très importante de l’économie indonésienne justifie pleinement les efforts que mènent le Président Joko Widodo et son gouvernement depuis 2015 en faveur du tourisme, devenu un des principaux axes de développement. Au coeur de l’économie, le tourisme doit être soutenu par tous les secteurs connexes. Pour les autorités, l’objectif de développement d’ici 2024 n’est plus le nombre d’arrivées internationales mais les recettes en devises étrangères qui doivent devenir la principale source de revenus du pays, dépassant les secteurs du pétrole, du gaz et du charbon.

Arrivées européennes en Indonésie en 2018
Dépenses du tourisme international
Top 10 des dépenses du tourisme international

277 milliards USD : La Chine est le pays qui a le plus dépensé dans le monde pour le tourisme en 2018, avec une augmentation de +5%. L’Europe demeure le premier continent en termes de dépenses touristiques, soit 39% du total mondial. La croissance des dépenses est de l’ordre de +5,1% pour ce continent. Les États-Unis, deuxième pour les dépenses, ont augmenté de +7% malgré une légère dépréciation du dollar américain par rapport à certaines monnaies mondiales.

L’Asie et le Pacifique enregistrent une croissance de +6,5% en 2018, atteignant 345 millions d’arrivées de touristes internationaux. Les arrivées dans la région représentent le quart du total mondial.

En Asie du Sud-Est (+8%), la plupart des destinations affichent une forte croissance. L’Indonésie et le Cambodge bénéficient d’une croissance à deux chiffres, la Thaïlande, destination la plus visitée d’Asie du Sud-Est, ainsi que les Philippines enregistrent une forte progression grâce à l’augmentation des visiteurs de Chine.

Les arrivées internationales en Asie du Nord-Est ont augmenté de +6%, sous l’impulsion de la République de Corée qui continue de rebondir après une année 2017 plus faible. Le Japon, qui est devenu la troisième destination la plus visitée d’Asie après trois années consécutives de croissance à deux chiffres, a également affiché une croissance positive en 2018.

Macao (Chine) et Hong Kong (Chine) ont également enregistré de bons résultats. Parallèlement, la Chine continentale, première destination de la région, a enregistré une croissance de +2% au cours des trois premiers trimestres de 2018.

L’Asie du Sud (+6%) a également connu une année correcte, le Népal bénéficiant d’une augmentation des arrivées en provenance de l’Inde, de la Chine et des marchés sources européens. Le Srilanka, l’Inde et les Maldives ont tous fait état également de bons résultats.

L’Océanie a enregistré une hausse de +7% des arrivées internationales en 2018, la croissance étant tirée par l’Australie. La Nouvelle-Zélande a affiché une croissance relativement plus modeste cette année, alors que des chiffres positifs ont été enregistrés pour de nombreuses destinations insulaires de la région.

L’Asie et le Pacifique ont enregistré 433 milliards de dollars (+7%) de recettes touristiques internationales en 2018, soit environ 30% des recettes mondiales. Les résultats ont été tirés par l’Asie du Nord-Est (+9%) où toutes les destinations ont enregistré une croissance à deux chiffres.

Les résultats des trois premiers mois montrent une augmentation de +6% des arrivées de touristes internationaux : Asie du Nord-Est (+8%), Asie du Sud (+6%), Asie du Sud-Est (+4%). Selon des sources chinoises, les voyages des chinois à l’étranger pendant les vacances du Nouvel An chinois ont augmenté de +12%.

Les Amériques : Des résultats mitigés selon les destinations
Les Amériques

Les Amériques ont enregistré une croissance de +3% en 2018, atteignant 217 millions d’arrivées de touristes internationaux, soit une part de 15% des arrivées mondiales.

En Amérique du Nord (+5%), la croissance s’est accélérée aux États-Unis d’Amérique (+7% jusqu’en mai) après une quasi-stagnation en 2017. Les arrivées au Mexique ont continué de croître fortement, tandis que le Canada a enregistré des résultats plus modérés en raison du ralentissement de la croissance sur le marché américain.

En Amérique du Sud (+1%), l’Équateur et la Colombie ont tous deux enregistré une hausse après des résultats déjà très corrects en 2017. L’Argentine, la destination la plus visitée d’Amérique du Sud, a enregistré une croissance de +3% jusqu’en novembre ; en revanche les voyages au départ de ce pays ont considérablement ralenti en raison de la dévaluation de la monnaie.

Les résultats en Amérique Centrale (-2%) sont négatifs malgré de bons chiffres du Belize, du Salvador et du Guatemala. Le Costa Rica, première destination d’Amérique Centrale en termes d’arrivées, a connu une croissance modeste. Le Panama, deuxième destination la plus visitée, a enregistré des résultats négatifs, de même que le Nicaragua.

Les Caraïbes (-2%) ont continué d’afficher des résultats mitigés en 2018, certaines îles souffrant encore des ouragans d’août et septembre 2017, en particulier Porto Rico. En revanche, la République dominicaine, destination la plus visitée des Caraïbes, et la Jamaïque affichent toujours une forte croissance, en particulier sur leurs principaux marchés sources en Amérique et en Europe.

Les Amériques ont gagné 333 milliards de dollars en 2018 (+0%), soit 23% des recettes mondiales. La croissance est restée stable en termes réels, en partie à cause de l’infl ation, ainsi que de la faible croissance de la première destination mondiale, les États-Unis (+2%).

Les résultats des trois premiers mois montrent une augmentation de +3% des arrivées de touristes internationaux. Les Caraïbes (+17%) ont fortement rebondi après l’impact des ouragans de 2017. La croissance en Amérique Centrale (+7%) a également été forte et l’Amérique du Nord a enregistré une hausse de +4%. En Amérique du Sud, les arrivées ont diminué de -10%.

En Afrique : De bons scores grâce à la Tunisie et au Maroc

Les données disponibles en provenance d’Afrique font état d’une augmentation de +7% des arrivées en 2018, ce qui porte à 67 millions le nombre estimé d’arrivées internationales, soit +5% du total mondial. La croissance a été tirée par l’Afrique du Nord (+10%). La Tunisie consolide sa reprise avec une croissance à deux chiffres. Les arrivées au Maroc, première destination de la région, ont également progressé à un rythme soutenu. L’Afrique subsaharienne a connu une croissance estimée à +6% selon les données limitées disponibles. La Réunion, le Cap Vert et Maurice affiche une forte croissance. Le Kenya a également enregistré une croissance positive. La destination la plus visitée de cette région, l’Afrique du Sud, a connu une croissance modérée.

Afrique

Les destinations en Afrique ont rapporté environ 38 milliards de dollars (+1%) en 2018, ce qui équivaut à 3% des recettes internationales mondiales. Le Maroc et l’Afrique du Sud (+1% chacun), qui sont les pays les plus rémunérateurs de la région, ont enregistré une croissance modeste.

Les résultats pour les trois premiers mois de 2019 montrent une augmentation de +4% des arrivées de touristes internationaux, mais sur la base d’un nombre limité de données. L’Afrique du Nord (+11%) poursuit sa percée après deux années de croissance à deux chiffres.

Moyen-Orient : Une belle croissance portée par l’Arabie Saoudite, l’Égypte et la Jordanie

Le Moyen-Orient (+4%) a enregistré des résultats corrects en 2018. Les arrivées de touristes internationaux ont atteint un total de 60 millions, soit 4% du total mondial des arrivées.

Moyen Orient

L’Arabie Saoudite, première destination de la région, a rebondi avec une croissance à deux chiffres en 2018. L’Egypte a également bénéficié d’un rebond continu, mais avec des résultats en attente pour le second semestre de l’année. La Jordanie a également connu une croissance positive au cours des neuf premiers mois de l’année.

Le Liban et Oman ont affiché des progressions relativement plus modérées, tandis que les résultats sont restés stables aux Emirats Arabes Unis (Dubaï). Les résultats du Qatar se sont améliorés au troisième trimestre par rapport aux baisses précédentes grâce à une augmentation du nombre de visiteurs de la Fédération de Russie, de la Chine et de l’Inde. Les récentes améliorations apportées par le Qatar en matière de facilitation des visas ont fait de la destination le pays le plus ouvert du Moyen-Orient.

Le Moyen-Orient (+3%) a enregistré 73 milliards USD de recettes (5% de parts de marché) en 2018, avec l’Egypte (+49%) qui maintient sa croissance et la Jordanie qui connait pour la deuxième année une croissance à deux chiffres (+13%).

Les résultats des trois premiers mois de l’année montrent une augmentation de +8% des arrivées de touristes internationaux, mais les données disponibles à ce jour sont limitées. L’Arabie Saoudite enregistre toujours une croissance à deux chiffres et le Qatar poursuit son redressement.

En Europe, une progression continue en 2018 après une croissance remarquable
en 2017

En Europe, première destination au monde, les recettes ont augmenté de +5% pour atteindre 571 milliards USD, soit 39% du total mondial. Le groupe des 28 pays de l’Union Européenne (UE-28) a enregistré 481 milliards USD (407 milliards d’euros), soit une hausse de +3% à partir de 2017.

La croissance a été tirée par l’Europe Centrale et Orientale (+9%) et l’Europe du Sud et de la Méditerranée (+7%), suivie par l’Europe Occidentale (+3%) et l’Europe du Nord (+1%).

Parmi les pays les mieux rémunérés de la région, la Fédération de Russie (+32%) et la Turquie (+12%), dont les monnaies se sont dépréciées par rapport à l’euro et au dollar américain, ont rendu ces destinations généralement plus accessibles. La Hongrie (+11%), la Grèce et le Portugal (+10% chacun) ont également enregistré une croissance à deux chiffres. Les petites destinations, le Kazakhstan (+27%), la Géorgie (+19%) et la République de Moldavie (+18%) ont également connu une croissance remarquable, tandis que les recettes de l’Ouzbékistan ont plus que doublé.