Gardiennes de et avec Fanny CABON au Théâtre du Gymnase Marie Bell

Gardiennes

Gardiennes : Dix portraits de femmes d’une même lignée familiale, de 1920 à nos jours, livrent leurs témoignages sur leur découverte de l’amour, la sexualité et l’enfantement. 

En 2016, Fanny Cabon écrit Gardiennes pour rendre hommage aux femmes de sa famille, de son arrière-grand-mère à sa fille. “Depuis mon enfance, j’ai été bercée par les histoires et mésaventures de mes grandes tantes, de leurs filles, de ma grand-mère et de ma mère. « Roh ! Il faudrait qu’on en fasse un livre, de nos histoires. Y a de quoi faire ! » disaient-elles. Alors, j’ai eu besoin de rendre hommage à ces gardiennes de la vie, à ces gardiennes des secrets. Pour célébrer leur courage, leur abnégation et leur joie de vivre. De ces sujets délicats – l’intimité, la sexualité souvent subie…-, j’ai voulu écrire une pièce en forme de témoignage, un texte qui leur ressemblerait, en reprenant leurs paroles souvent touchantes, drôles parfois, perlées de poésie, mais toujours sincères et vraies, incarnées. C’est une forme d’hommage que je rends à ces femmes ordinaires qui avaient l’intelligence du cœur, le bon sens populaire et le parler juste, avec l’espoir que le spectateur aura autant de bonheur à les découvrir que j’ai eu à les connaitre.

Gardiennes

Dix portraits de femmes d’une même lignée familiale, de 1920 à nos jours, livrent leurs témoignages sur leur découverte de l’amour, la sexualité et l’enfantement. Elles lèvent le voile, avec honnêteté et humour, sur des secrets et des actes parfois interdits. Des histoires cachées, enfouies, qui ne se disaient et ne se disent la plupart du temps qu’entre femmes.

Sous forme de monologues, c’est une pièce sur la transmission à travers dix récits, dix passages de témoin où Fanny Cabon incarne seule la mémoire de ces femmes dont elle porte l’ADN.

Une traversée de vies, 100 ans d’histoires quotidiennes, tragiques et belles comme les existences peuvent l’être. Au fil des récits, ces femmes deviennent les nôtres : nos grands-mères, nos tantes, nos mères, nos filles, nos descendantes. Un hommage rendu à ses aînées, une ode à l’amour et à la vie dont les femmes sont des Gardiennes.

GARDIENNES de et avec Fanny CABON
Mise en scène : Bruno De Saint Riquier
Vendredi et Samedi à 19h00 – Dimanche à 15h00

Théâtre du Gymnase Marie Bell
38, boulevard de Bonne Nouvelle
75010 Paris

http://theatredugymnase.paris/

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

théâtre des variétés

Le théâtre des variétés accueille la Traviata’s company !

Le Théâtre des Variétés et La Fondation JM Bajen accueille une version aussi atypique ...

Criminel de Yann Reuzeau

Criminel de Yann Reuzeau à la Manufacture des Abbesses

Relayées par tous les médias, les affaires Bertand Cantat et Jacqueline Sauvage ont, ces ...

Tabarnak du Cirque Alfonse

Le Cirque Alfonse fait du train à Bobino avec Tabarnak

Tabarnak, création festive et rassembleuse, voit le jour en 2017 dans la petite église ...