• Participez au sixMic Crowfunding !

Le Monde Romain Antique et ….les Graffitis

Le Monde Romain Antique

Lorsque Pompéï fut découvert au XVIIIème siècle, historiens et archéologues s’intéressèrent principalement aux objets artistiques et non pas à l’éruption de graffitis gravés sus les murs. Il fallut attendre le milieu du XIXème siècle, et l’avènement de l’archéologie romantique avec Francesco Maria Avellino pour y prêter attention et entamer la conservation de ces reliques dont des milliers survivent encore soit in situ ou avec leur plâtre original.

Kristina Milnor, éminente professeur de langue latine en université, agrégée de lettres classiques et fort connue pour l’ensemble de ses recherches en littérature et en histoire latine, nous plonge dans son dernier livre dans l’histoire de cet art de la rue qui abondait dans la Rome Antique. Les citoyens de Rome utilisaient les graffitis pour véhiculer et pour exprimer les frustrations de tout, de la politique aux relations personnelles. Comme aujourd’hui, certains graffitis semblaient diviser l’opinion mais dans ces temps sans impression ni internet, les murs étaient un moyen pour les citoyens de pouvoir s’exprimer.

La présence de graffitis ne semblait pas illicite, elle était normale et omniprésente.

A Pompéï, les graffitis étaient aussi bien sur les maisons privées que sur les murs publics, et recouvraient les boutiques ou les grandes demeures. Beaucoup étaient obscènes, scatologiques ou satiriques, mais peu étaient vraiment anarchiques (pas de « Romains rentrez à la maison »). Les chercheurs ont eu tendance à attribuer de telles compositions à des farceurs mineurs qui vaquaient à leurs occupations à la nuit tombée. Mais Milnor soutient que l’écriture sur les murs dans l’antiquité était juste une autre dimension de l’activité civique normale. Kristina Milnor nous entraîne dans l’histoire de ce street art antique !

Planche de graffitis romains

Graffiti and the Literary Landscape in Roman Pompeii (Anglais)

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

David Lefèvre

David Lefèvre : Le Galop du vent sous le ciel infini

Après « Aux quatre vents de la Patagonie » et « Solitudes australes » ...

Nicolas Delesalle - Le Goût du large

Nicolas Delesalle « Le Goût du large »

Le temps : tout était là, dans ces cinq lettres, cette simple syllabe. J'allais ...

Gaëlle Nohant

Gaëlle Nohant « La part des flammes » chez Héloïse d’Ormesson

Après L’Ancre des rêves, publié en 2007 chez Robert Laffont et récompensé par le ...