Accueil Arts Plastiques Art Graphique Jarracharra : les vents de la saison sèche à l'ambassade d'Australie

Jarracharra : les vents de la saison sèche à l’ambassade d’Australie

-

Jarracharra célèbre la diversité culturelle et linguistique exceptionnelle de la région ainsi que la contribution des femmes Aborigènes à l’art contemporain et au graphisme.

Co-organisée par Jessica Phillips, une femme Burarra du pays de la rivière Blyth et Ingrid Johanson, directrice du Centre des femmes Bábbarra, l’exposition « Jarracharra : les vents de la saison sèche » présente des œuvres textiles d’artistes de huit groupes linguistiques autochtones.

Une remarquable collection d’œuvres textiles réalisées par des artistes du Bábbarra Women’s Centre de Maningrida, l’un des centres artistiques les plus isolés au monde, au cœur de la Terre d’Arnhem (Territoire du Nord, Australie).

Mettant en avant les créations de 17 artistes appartenant à neuf groupes linguistiques différents, « Jarracharra » célèbre la diversité culturelle et linguistique exceptionnelle de la région ainsi que la contribution des femmes Aborigènes à l’art contemporain et au graphisme.

La majorité d’entre elles sont Kuninjku, mais d’autres appartiennent aux groupes linguistiques Gurr-goni, Ndjébbana, Mawng, Burarra, Djambarrpuyngu, Djinang, Rembarrnga, Kriol et Kune. Environ 120 langues autochtones sont encore parlées en Australie.

Cinq des artistes (Deborah Wurrkidj, Janet Marawarr, Jacinta Lami Lami, Jennifer Wurrkidj, Elisabeth Kala Kala), feront le voyage de Maningrida à Paris du 28 septembre au 19 octobre 2019.

A cette occasion, elles animeront un atelier de sérigraphie à l’Ecole Boulle, rencontreront d’autres designers textiles, et participeront à un événement de l’Australian Fashion Council en présence de Vogue Australia ainsi qu’à une table-ronde au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac.

Le titre, « Jarracharra », est une métaphore de la manière dont ce centre rassemble depuis plus de 35 ans des femmes aux cultures et langues différentes, comme les vents de Jarracharra rassemblent les peuples Aborigènes pour des cérémonies, rituels et danses depuis des dizaines de milliers d’années.

L’exposition est constituée de suspension de tissus de deux à quatre mètres imprimés à la main ; d’une série d’estampes ; de fauteuils restaurés par une artisane rempailleuse française avec des tissus créés par les artistes du Centre Bábbarra ; de chants en langues de Maningrida et d’enregistrements audio retraçant l’histoire et le contexte des œuvres ; et d’une carte des langues de la Terre d’Arnhem.

Cette exposition se fait dans le cadre de l’Année internationale des langues autochtones des Nations Unies. Elle se déroulera à l’ambassade d’Australie, du 4 octobre 2019 au 10 janvier 2020.

Jarracharra : les vents de la saison sèche
Exposition du du 4 octobre 2019 au 10 janvier 2020

Ambassade d’Australie à Paris
4 rue Jean Rey
75015 Paris

https://france.embassy.gov.au/

Jean Marc Lebeaupin
Jean Marc Lebeaupin
Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !
- Advertisment -

A voir

17è édition du Festival International du Film des Droits Humains

Le Festival International du Film des Droits Humains, s’ancre chaque année, autour de la date du 10 décembre, journée internationale des droits de l’Homme.

Clip

Manuel Anoyvega Mora : Cuba Cuba avec huit titres ensorcelants

Après avoir accompagné les plus grands du jazz et de la musique cubaine, Manuel Anoyvega Mora sort enfin un disque solo où son talent fait merveille.