Accueil Arts Plastiques Art Graphique Courts-Circuits : Une œuvre d’Art Urbain inédite menée par Rouge

Courts-Circuits : Une œuvre d’Art Urbain inédite menée par Rouge

-

Courts-Circuits : Pour sa première carte blanche, la Fondation d’entreprise Desperados invite Rouge, figure montante de l’Art Urbain contemporain.

Partant du constat que les artistes urbains conjuguent une pratique extérieure, publique, à une pratique d’atelier, destinée à des circuits spécialisés qui embrassent les codes du monde de l’art, Rouge cherche à savoir si ces œuvres de studio peuvent intégrer, elles aussi, l’espace des rues et ainsi outrepasser les conventions établies.

Comment proposer au passant cette autre facette de la création artistique et en faire un bien commun au même titre qu’une fresque ? L’œuvre peut-elle exister démise de ses codes ?

Courts-Circuits : une œuvre d’Art Urbain inédite menée par l’artiste Rouge aux côtés de la Fondation Desperados pour l’Art Urbain

Pensée comme une œuvre collaborative et évolutive, « Courts-Circuits » convie 6 artistes d’Art Urbain avec Rouge, à créer des œuvres uniques et transportables qui seront confiées, à vie, à 6 amateurs anonymes. En échange de ce « prêt à vie », ces amateurs s’engagent à promener et faire vivre les œuvres une fois par mois dans la ville de Bordeaux, pendant 6 mois.

« L’Art Urbain pose, parfois à son insu, un panorama de questions irrésolues, et les artistes qui le pratiquent en jouent ou en subissent les paradoxes. C’est à l’endroit où ces enjeux se superposent que j’ai imaginé une œuvre collaborative et expérimentale autour de vrais partis pris.» explique Rouge

« Courts-Circuits » se veut être un partage d’expériences, d’idées et de points de vue. Ainsi, les trajets suivis par les œuvres deviendront une composante à part entière de ces dernières. En effet, elles s’enrichiront de toutes ces rencontres, de tous ces regards, de tous ces trajets, de leurs potentiels accidents, et sèmeront un peu d’elles-mêmes tout au long de leur chemin. Pour faire mémoire de l’histoire des œuvres et de leurs porteurs, un documentaire sera produit par Luka Merlet. Un paratexte de l’œuvre sera créé, véritable point d’orgue de ce projet artistique qui collaboratif, hybride et évolutif, n’est que le prétexte de l’aventure collective.

Choisis pour leur capacité à produire des œuvres de nature variée, mais permettant toutes de créer un rapport immédiat avec les passants et de raconter des histoires, les artistes sélectionnés ont pour consigne de créer une œuvre originale et transportable. Entourée de la curatrice Maaike Hamerlinck, Madame, Manolo Mesa, Isaac Cordal, Matth Velvet et un dernier encore à confirmer – , ont été invité, pour cette première, à y prendre part.

Fin septembre, sera lancé un appel à candidature sur le site www.fondationdesperados.com et les réseaux sociaux, invitant le grand public à devenir « porteur d’œuvre ». Les candidats devront ainsi exprimer leur envie de faire partie du projet et leur intérêt pour le travail d’un des artistes.

Lors d’un vernissage le 14 novembre au Magnetic Art Lab de Bordeaux, les 6 œuvres seront exposées pour la première fois au public, et les 6 anonymes sélectionnés repartiront chacun avec l’une des œuvres d’art « sous le bras ». Chaque porteur s’engagera, durant les 6 mois suivants, à promener l’œuvre une fois par mois dans l’espace public (invité à suivre des protocoles de promenade pensés par Rouge), pour la rendre accessible au plus grand nombre, dans des espaces parfois insolites.

Jean Marc Lebeaupin
Jean Marc Lebeaupin
Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !
- Advertisment -

A voir

Susumu Shingu : Une utopie d’aujourd’hui au Domaine national de Chambord

La présence des œuvres de Susumu Shingu à Chambord, ne doit rien au hasard. L'exposition "Une utopie d’aujourd’hui", se déroule jusqu'au 15 mars 2020, elle marque aussi, l’année de la célébration du 500ème anniversaire du début de la construction du château.

Clip

Manuel Anoyvega Mora : Cuba Cuba avec huit titres ensorcelants

Après avoir accompagné les plus grands du jazz et de la musique cubaine, Manuel Anoyvega Mora sort enfin un disque solo où son talent fait merveille.