une saison photographique à l’Abbaye Royale de l’Epau

Abbaye Royale de l'Epau

Le second volet de la saison photographique de l’Abbaye Royale de l’Epau, qui se tient jusqu’au 16 septembre 2018, est consacré à l’univers de la danse.

Depuis 2012, une saison photographique à l’Abbaye Royale de l’Epau se construit en proposant un regard sur des thèmes qui ont varié chaque année pour chaque biennale : La terre en 2013 et 2014, Le voyage en 2015 et 2016, La citoyenneté en 2017 et 2018. L’Abbaye Royale de l’Épau constitue l’un des plus beaux exemples de l’architecture cistercienne en France. En 1229, Bérengère de Navarre, veuve de Richard Cœur de Lion, décide de fonder cette abbaye aux portes du Mans, où elle sera enterrée un an plus tard. Tout est parti de ce lieu chargé d’histoire qu’est celui de l’Abbaye Royale de l’Epau, et de la volonté de l’Assemblée départementale d’y inscrire une manifestation artistique tant dans ses bâtiments que dans son parc. La singularité de la saison photo de l’Epau est une démarche qui consiste à conjuguer le regard du photographe et le site d’accrochage : dans les arbres, le long des murs, dans les constructions éphémères. Présenté au public depuis le 19 mai dernier, le premier volet met en lumière le travail de 6 photographes professionnels et d’un collectif de collégiens ayant bénéficié de l’accompagnement de 3 photographes professionnels dans le cadre d’une action pédagogique initiée par le Département.

Les 6 photographes :

  • Leila Alaoui – « No pasara » – L’expression de la volonté de jeunes marocains cherchant un avenir meilleur de l’autre côté de la Méditerranée.
  • Corentin Folhen – « Haiti » – Un regard fascinant pour raconter cette ile loin des clichés après le séisme de 2010.
  • Tim Franco – « Metamorpolis » – La métamorphose de Chongqing, une des plus importantes métropoles chinoises où comment un choc de civilisation est mis en lumière par la photographie.
  • Daesung Lee – « Futuristic Archeology and the vanishing island » – Un regard sans concession sur la désertification à l’oeuvre en Mongolie.
  • Guy Le Querrec – « Jazz » – Des expressions intenses sublimées par le noir et blanc.
  • Thomas Pesquet – « Terre » – Les plus belles photos de notre planète vue d’en haut. « Quand la photographie s’invite au collège » interventions artistiques Pascal Barrier, Georges Pacheco et Alain Szczuczynski

Le second volet de la saison photographique de l’Abbaye Royale de l’Epau, qui s’ouvre, est consacré à l’univers de la danse. Trois photographes, trois regards artistiques et autant d’esthétismes sont donnés à voir. Les contrastes entre les pratiques et les lieux sont sublimés par les tendances photographiques tout aussi dissonantes. Les corps en mouvement se dévoilent à travers l’œil des photographes.

  • Gérad Uféras (salles de commissions) « La diagonale des rêves Paris, Moscou, Milan»
  • Frederick Lermeryd (abbatiale) « The slum Ballet »
  • Clément Szczuczynski (salle capitulaire) « Ce qui nous passe par le corps »

6ème saison photographique de l’Epau
Exposition jusqu’au 16 septembre 2018

Abbaye de l’Épau
Route de Changé
72530 Yvré-l’Évêque

https://epau.sarthe.fr/

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?