Une alliance entre les partis d’extrême droite au Parlement européen se fera-t-elle ?

0
34
Elections Européennes 2019
Elections Européennes 2019

Une alliance entre les partis d’extrême droite au Parlement européen se fera t-elle ? Oui ! Car l’Europe a un argument majeur : l’argent. Le RN est majoritairement perçu comme “raciste” et “dangereux pour l’économie“, mais atteint son plus haut niveau de popularité !

Une alliance entre les partis d’extrême droite au Parlement européen se fera t-elle ? Oui ! Car l’Europe a un argument majeur : l’argent. Créer un groupe au Parlement européen, c’est obtenir des fonds qui permettent ensuite aux partis de faire de la politique interne. Il est donc fort probable qu’ils fassent alliance, car c’est dans leur intérêt. C’est aussi ce que dit Nicolas Lebourg, spécialiste de cette famille politique, qui a répondu aux questions de franceinfo.

L’argent et le pouvoir !

Dans l’enquête réalisée par internet les 15 et 16 mai par Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro*, le RN est toujours perçu comme un mouvement à la fois “ayant des idées racistes” (60%) et “dangereux pour notre économie” (58%). Une majorité de Français ne pensent pas que le RN “propose une politique efficace en matière d’immigration” (54%) ni qu’il puisse “assurer une meilleure sécurité aux Français” (56%). Ils ne lui font pas crédit non plus de “bien défendre les classes populaires” (58%). Et c’est heureux !

Toutefois la part de Français pensant que ce parti peut “amener le désordre en Europe” (-3 points) ou qu’il “a un programme dangereux pour notre économie” (-5 points) diminue. Et là c’est dramatique !  Le RN doit être considéré comme un parti comme les autres pour 56% des Français. Non ce n’est pas un parti comme les autres. La société française entretient depuis de nombreuses années une famille Le Pen qui n’ a fait que d’attiser les haines et la peur de l’autre. Seul l’argent et donc le pouvoir comptent pour tous ces partis qui n’ont ces dernières années, fait que de diviser les peuples pour mieux régner. Le national populisme est un business qui existe depuis longtemps.

Avec des arguments des plus fallacieux, ils ont emporté des peuples dans une, puis une autre guerre mondiale. Et aujourd’hui une troisième ne les dérangeraient pas. De nombreuses fortunes se sont faites au cours de ces guerres et l’abus de pouvoir par dessus tout.

Durant la seconde, il a eu la résistance mais il y a eu la milice. La milice qui était une organisation politique et paramilitaire française créée par le régime de Vichy pour lutter contre la Résistance. Organisation de type fasciste, elle se voulait un mouvement révolutionnaire, à la fois antirépublicain, antisémite, anticommuniste, contre le capitalisme international, pour le corporatisme, nationaliste et autoritaire.

Wikipédia indique notamment, “se retrouvent beaucoup de jeunes marginaux, désœuvrés, chômeurs, paumés, pour beaucoup embarqués dans la Milice par l’appât du gain et le désir d’aventure, sans avoir de réelles motivations idéologiques.” “Lors de leurs opérations, les miliciens commirent de nombreux vols, viols, cambriolages, rackets, extorsions de fonds, voies de fait sur la voie publique ou contre des fonctionnaires.”  Charles Maurras, qu’il donne dans les colonnes de L’Action française du , est bien explicite : “ Avec le concours de [cette] pure et solide police, nous pourrons chez nous frapper d’inhibition toute velléité révolutionnaire et toute tentative intérieure d’appuyer les hordes de l’Est, en même temps que nous défendrons nos biens, nos foyers, notre civilisation tout entière. ” **

“Le projet d’alliance des souverainistes s’inspire du rêve européen de saint Jean-Paul II qui reconnaissait la diversité des cultures et des nations”, avait déclaré Matteo Salvini à Milan, début avril. Matteo Salvini qui a réunit à nouveau à Milan, le 18 mai, plusieurs leaders nationalistes et populistes européens, parmi lesquels Marine Le Pen.

Mais dans le même temps en Autriche,  Sebastian Kurz a décidé de mettre fin à la coalition gouvernementale entre sa formation, le Parti populaire autrichien (ÖVP), et le Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite) de son vice-chancelier Heinz-Christian Strache, mis en cause dans un scandale. “C’en est assez”, a déclaré le chancelier à propos de ce scandale et de l’attitude de son partenaire d’extrême droite qui “porte atteinte à la politique du changement (…) et à l’image” de l’Autriche. Il a notamment estimé qu’il existait des présomptions “lourdes” “d’abus de pouvoir” contre l’ex vice-chancelier Heinz-Christian Strache au regard des révélations de presse. Cette alliance a implosé après la diffusion vendredi par des médias allemands d’extraits vidéo montrant notamment Heinz-Christian Strache disposé à offrir d’importants marchés publics à un oligarque russe en échange d’investissements dans le plus puissant journal du pays, Kronen Zeitung.

L’accession le 30 janvier 1933 de Hitler à la chancellerie à l’époque elle, n’a fait pas grand scandale, y compris parmi les juifs. Selon les témoignages recueillis par l’historien Laurence Rees, on croit qu’un certain nombre de SA ayant des petites amies juives.

Mais avec une rapidité foudroyante et par des moyens tout à fait illégaux, Hitler va asseoir sa dictature en dépit de la faible représentation de son parti au gouvernement et au Reichstag. Dès le lendemain de son investiture à la Chancellerie, Hitler dissout le Reichstag. Hitler fait aussi planer le spectre de la « révolution bolchevique » mais celle-ci tardant à éclater, il décide de l’inventer. Le 24 février, une descente de police au siège du Parti communiste allemand permet à Goering d’annoncer la saisie de documents annonçant ladite révolution… Mais ces documents ne seront jamais publiés.***

Hier, le ministre de l’Intérieur italien a réuni 12 partis eurosceptiques dans son fief dont le Rassemblement national de Marine Le Pen. “L’idée est de construire un grand groupe populiste qui pourrait jouer les arbitres au Parlement européen. Depuis des semaines, Marine Le Pen sillonne l’Europe pour nouer des alliances. Au-delà des divergences de fond, 12 partis eurosceptiques vont s’afficher ici côte à côte pour ce qui ressemble à une démonstration de force“, annonce la journaliste Anne Bourse depuis Milan pour le 12/13.

En fait et hormis le non programme de tous ces partis, la seule question qui se pose, est celle du leadership. Ils sont, Marine Le Pen, Matteo Salvini, et Viktor Orban. Souverainiste, populiste, eurosceptique ou même europhobe, parfois ouvertement raciste et xénophobe, l’extrême droite en Europe a plusieurs visages. Son principal moteur, dans les dernières années, a été la crise migratoire et la lutte contre l’Islam. Il existe des partis populistes de droite et de gauche. Ce sont les formations plus à droite qui inquiètent. Aujourd’hui ils nous prouvent une fois de plus leurs incompétences à gouverner, sans avoir à voler ou à détourner.

Les prochaines élections des représentants au Parlement européen auront lieu dans tous les États membres de l’Union européenne entre le 23 et le 26 mai 2019 pour élire les représentants au Parlement européen.

Lire :  http://grand-angle.lefigaro.fr/extreme-droite-europe-enquete-vote-populisme

*Enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 15 et 16 mai auprès d’un échantillon de 1 000 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

**Source wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Milice_fran%C3%A7aise
*** Source : https://www.herodote.net/30_janvier_1933-evenement-19330130.php

Summary
Une alliance entre les partis d'extrême droite au Parlement européen se fera-t-elle ?
Article Name
Une alliance entre les partis d'extrême droite au Parlement européen se fera-t-elle ?
Description
Une alliance entre les partis d'extrême droite au Parlement européen se fera t-elle ? Oui ! Car l'Europe a un argument majeur : l'argent.
Author
Publisher Name
artsixMic