Audiovisuel public : – 190 millions d’euros d’ici 2022, France Ô et France 4 disparaissent

Audiovisuel public

Audiovisuel public : – 190 millions d’euros d’ici 2022. Ceux sont deux chaînes publiques qui vont disparaître de la TNT : France 4, qui va basculer sur internet, et France Ô, qui devra d’ici 2020 libérer le canal 19.

Le gouvernement a annoncé hier, une coupe de 190 millions d’euros dans le budget de l’audiovisuel public dans le cadre du vaste plan de réduction des dépenses publiques à l’horizon 2022. Matignon précise que France Télévisions se verra demander 160 millions d’euros d’économies à l’horizon 2022. L’effort demandé à Radio France sera de 20 millions. Les 10 millions restants seront à la charge des autres groupes du service public audiovisuel, à savoir Arte, l’Institut national de l’audiovisuel (INA), TV5Monde et enfin France Médias Monde (maison mère de France 24 et RFI).

Le gouvernement a indiqué aussi son intention de vouloir supprimer France Ô de la TNT, la chaîne de France Télévisions consacrée à l’Outremer, d’ici 2020. La suppression de France Ô, d’après les services du Premier ministre, Édouard Philippe, s’inscrit dans le cadre de la réforme de l’audiovisuel public. Elle se fera au profit d’un renforcement des médias publics ultramarins (le réseau des Outre-mer 1ères) et d’un “portail numérique enrichi”. « France Ô et les outre-mer sacrifiés sur l’autel de la finance », s’est insurgé le Collectif des salariés #SauvonsFranceÔ, dans un communiqué, dénonçant « avec la plus grande fermeté le manque de respect, de volonté et d’ambition pour les outre-mer ». Préconisée le 4 juin dernier par Françoise Nyssen, la suppression de la chaîne jeunesse de France Télévisions a aussi provoqué un tollé et suscite de nombreuses questions. La mort de France 4 est officiellement justifiée par la nécessité de s’adapter à la migration des jeunes téléspectateurs vers Internet. Ce qui permettra aussi d’effacer une quinzaine de millions d’euros de coût de diffusion hertzienne.

L’audiovisuel public va donc devoir sérieusement se serrer la ceinture. En plus de ces 200 millions d’euros, les chaînes publiques devront redéployer d’ici 2022, 150 millions d’euros vers le numérique. Ce qui permet à Matignon de chiffrer leur effort budgétaire à près de 400 millions au total, grâce notamment à des redéploiements, comme l’avait déclaré début juin la ministre de la Culture.

Cela correspond au total à “15% de nos ressources“, précise la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte dans une interview aux Echos à paraître dans l’édition d’aujourdhui. “En tant que dirigeante d’entreprise, je peux vous dire que c’est un effort conséquent. C’est une trajectoire réaliste mais qui sera difficile”. Elle ajoute ne pas savoir encore s’il y aura des réductions d’effectifs. “Entre 2012 et 2018, nous avons réduit nos effectifs de 10%, soit 800 personnes, en particulier en ne remplaçant pas un départ en retraite sur deux“, dit-elle. “On sait qu’il y a encore des efforts à faire“.

ANGELO : Sauvons France 4

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité