fbpx
Accueil A la Une Oxfam : Multinationales et inégalités multiples !

Oxfam : Multinationales et inégalités multiples !

0
168
Oxfam : Multinationales et inégalités multiples Davos 2024
Oxfam : Multinationales et inégalités multiples Davos 2024

Oxfam : Multinationales et inégalités multiples, le rapport !  La fortune des 5 hommes les plus riches a grimpé de 114 % depuis 2020. Les 1 % les plus riches possèdent 48 % de tous les actifs financiers mondiaux !

Aujourd’hui, jour de l’ouverture du 54e Forum économique mondial de Davos, où Emmanuel Macron sera présent mercredi pour la première fois depuis six ans, Oxfam publie son rapport annuel sur les inégalités mondiales. Ces dernières s’accroissent. Tandis que les plus riches le sont toujours plus – depuis 2020, la fortune des milliardaires s’est appréciée de 34 %, soit de 3 300 milliards de dollars, trois fois plus que l’inflation –, près de cinq milliards de personnes se sont appauvries, estime Oxfam en compilant plusieurs sources. Constatant que «l’augmentation spectaculaire de l’extrême richesse observée depuis 2020 est désormais gravée dans le marbre», l’ONG s’alarme du «danger bien réel de voir cette aggravation devenir la norme».

Le rapport Oxfam

Depuis 2020, les cinq hommes les plus riches du monde ont doublé leur fortune. Au cours de la même période, près de cinq milliards de personnes se sont appauvries. Les conditions de vie difficiles et la faim sont une réalité quotidienne pour de nombreuses personnes à travers le monde.

Au rythme actuel, il faudra 230 ans pour mettre fin à la pauvreté, alors que nous pourrions voir pour la première fois la fortune d’un multimilliardaire franchir le cap des 1 000 milliards de dollars dans dix ans. L’énorme concentration du pouvoir des grandes entreprises et des monopoles à l’échelle mondiale exacerbe les inégalités à tous les niveaux de l’économie.

Sept des dix plus grandes entreprises mondiales ont un PDG milliardaire ou un milliardaire comme actionnaire principal. En faisant peser la pression sur les travailleurs et les travailleuses, en évitant l’impôt, en privatisant l’État et en participant grandement au réchauffement climatique, les grandes entreprises creusent les inégalités et contribuent à gonfler toujours plus la fortune de leurs riches propriétaires.

Pour mettre fin à ces inégalités extrêmes, les gouvernements doivent impérativement redistribuer le pouvoir des milliardaires et des grandes entreprises aux citoyen·nes ordinaires.

Chaque année sans exception, Oxfam parvient à mettre au jour avec brio la tendance rapide de constitution d’une oligarchie mondiale, au sein d’un système où une poignée de milliardaires détiennent et contrôlent la majeure partie de l’économie mondiale. Et chaque année, cette dynamique mondiale obscène s’aggrave.Bernie Sanders Sénateur des États-Unis

Les inégalités en chiffres

• Depuis le début de cette décennie de division, les cinq hommes les plus riches du monde ont vu leur fortune plus que doubler, tandis que près de cinq milliards de personnes se sont appauvries.

• Si chacun des cinq hommes les plus riches dépensait un million de dollars par jour, il leur faudrait 476 ans pour épuiser la totalité de leur fortune.

• Sept des dix plus grandes entreprises mondiales ont un PDG milliardaire ou un milliardaire comme actionnaire principal.

• À l’échelle planétaire, les hommes possèdent 105 000 milliards de dollars de richesses de plus que les femmes, soit une différence équivalente à plus de quatre fois la taille de l’économie des États-Unis.

• Les 1 % les plus riches du monde possèdent 43 % de tous les actifs financiers mondiaux.

• Les 1 % les plus riches de la planète émettent autant de carbone que les deux tiers les plus pauvres de l’humanité.

• Aux États-Unis, la richesse d’un ménage noir moyen ne représente que 15,8 % de celle d’un ménage blanc moyen15. Au Brésil, les revenus des personnes blanches sont en moyenne 70 % plus élevés que ceux des Afro-descendant·es.

• Sur plus de 1 600 entreprises parmi les plus grandes et les plus influentes du monde, seulement 0,4 % s’engagent publiquement à verser un salaire décent à leurs employé·es et à soutenir le paiement d’un salaire décent dans leurs chaînes de valeur.

• Il faudrait 1 200 ans à une travailleuse du secteur sanitaire et social pour gagner ce qu’un PDG d’une entreprise du classement Fortune 100 gagne en moyenne en un an.

Le rapport d’Oxfam m’a montré, plus que jamais, que le pouvoir de ces énormes multinationales et de leurs propriétaires milliardaires se consolide continuellement, et que bâtir un monde équitable est impossible tant que nous ne défions pas ce pouvoir pour le défaire.Rokeya Rafique Directrice générale, Karmojibi Nari (KN)

En France

  • Les quatre milliardaires français les plus riches et leurs familles – la famille Arnault, la famille Bettencourt Meyers, Gérard et Alain Wertheimer – ont vu leur fortune augmenter de 87 % depuis 2020. Dans le même temps, la richesse cumulée de 90% des Français a baissé.
  • Sur cette même période, les 42 milliardaires français ont gagné 230 milliards d’euros, autant que pour faire un chèque de 3 400 euros pour chaque Français-e.
  • Les 1 % les plus riches détiennent 36 % du patrimoine financier total en France alors que plus de 80% des Français ne déclarent posséder ni assurance-vie, ni actions directement.
  • 11 des plus grandes entreprises françaises ont réalisé 101 milliards de dollars de bénéfices entre juin 2022 et juin 2023, soit une augmentation de 57% par rapport à la période 2018-2021.
  • L’héritière Françoise Bettencourt est devenue la première femme milliardaire à voir sa fortune atteindre les 100 milliards d’euros.

Grandes entreprises, médias : comment les milliardaires achètent le pouvoir

Depuis 2020, l’accroissement de la fortune des milliardaires et l’accumulation de profits des multinationales sont intrinsèquement liés.

A l’heure où l’élite économique se réunit à Davos, le rapport « Multinationales et inégalités multiples » révèle notamment que sept des dix plus grandes entreprises mondiales ont un·e PDG milliardaire ou un·e milliardaire comme actionnaire principal·e.

Les grandes entreprises ont un pouvoir démesuré et sont une machine à fabriquer des inégalités. Salaires qui augmentent moins que la rémunération des PDG, bénéfices majoritairement utilisés pour rémunérer les actionnaires, optimisation fiscale : les milliardaires veillent avant tout à ce que les multinationales contribuent à leur propre enrichissement, au détriment du reste de la population.

Ils utilisent par ailleurs leur richesse pour asseoir et conforter leur influence politique, en particulier via leur emprise sur les médias et leurs relations avec les hautes sphères de l’Etat.

En France aussi, les milliardaires s’enrichissent et la pauvreté s’intensifie

Les 4 milliardaires français les plus riches (Bernard Arnault et sa famille, Françoise Bettencourt Meyers et sa famille ainsi que Gérard Wertheimer et Alain Wertheimer) ont vu leur fortune augmenter de 87% depuis 2020.

Sur la même période, les 42 milliardaires français ont gagné 230 milliards d’euros, soit l’équivalent d’un chèque de 3 400 euros pour chaque Français·e. Alors que les Français et Françaises subissent l’inflation de plein fouet et sont confronté·e·s à une véritable crise du pouvoir d’achat, l’enrichissement continu des ultra-riches fracture la société.

Comme dans le reste du monde, l’omniprésence des milliardaires dans les mondes économique, politique et médiatique, est indéniable. En tête de proue : Bernard Arnault, à la tête de l’empire du luxe LVMH et de certains des plus grands médias français comme Les Échos ou Le Parisien, mais aussi le milliardaire Vincent Bolloré, qui fait des médias dont il est actionnaire principal une arme au service de l’extrême droite.

Les recommandations d’Oxfam

Oxfam appelle les États à réduire rapidement et radicalement le fossé entre les ultra-riches et le reste de la société grâce notamment aux mesures suivantes :

Augmenter les impôts sur les ultra-riches

Oxfam estime qu’un impôt sur la fortune pour les multimillionnaires et les milliardaires du monde entier pourrait rapporter 1 800 milliards de dollars par an.

Plus précisément, Oxfam France formule une série de recommandations fiscales qui permettraient de dégager 88 milliards d’euros par an, tout en préservant le pouvoir d’achat de 70% des Français, dont :

  • Un impôt sur la fortune climatique pour les multimillionnaires et les milliardaires : Il s’agit de taxer, d’une part, le niveau de patrimoine (la taille de la fortune), et d’autre part, la quantité de CO2 qu’il contient (son impact sur le climat).

Réguler les multinationales

  • Encadrer la part des bénéfices versés aux actionnaires
  • Conditionner les aides publiques aux entreprises aux investissements dans la transition
  • Imposer un écart de rémunération de 1 à 20 entre le salaire du dirigeant et le salaire médian de l’entreprise.

Inégalités mondiales :

AUCUN COMMENTAIRE