• Cannes en direct !
  • Communiquez avec artsixMic !
    Communication

Voices and Sound waves : the Japanese scene à la Galerie Felix Frachon

Voices and Sound waves

Voices and Sound waves: the Japanese scene à la Galerie Felix Frachon propose une première exposition en Belgique, axée sur l’art sonore japonais.

La Galerie Felix Frachon du 14 février au 11 mai 2019, donne carte blanche à Anne-Laure Chamboissier, historienne de l’art et commissaire qui mène des recherches sur l’art sonore au Japon depuis 4 ans. L’exposition présente les œuvres de trois générations d’artistes sonores : Yukio Fujimoto, Mamoru, Lyota Yagi, Atsushi Nishijima et le collectif Softpad, dont le travail est emblématique de la contribution de la scène artistique japonaise à cette réflexion, ainsi que de la diversité de la création contemporaine japonaise, qui doit encore être partagée avec le public européen. A l’heure où les dispositifs d’écoute personnels et les playlists sur mesure sont devenus omniprésents, les espaces sonores partagés se font de plus en plus rares. Cette exposition est une invitation à une expérience immersive sensorielle et auditive qui va transformer la perception du visiteur.

Si l’impact de John Cage et du mouvement Fluxus au Japon a incité des générations d’artistes à se pencher sur la question du son, les artistes japonais contemporains jouent un rôle majeur dans l’interprétation de l’expérience sonore. Ces artistes partagent une réelle connaissance du son et de la musique inspirant différentes pratiques artistiques : sculpture, installation, vidéo, design graphique, performance. Ils questionnent et mettent en scène une pratique fondamentale, l’expérience de l’écoute.

L’exposition Voices and Sound waves: the Japanese scene, aura lieu au 26 by. Elle se déploie dans les deux espaces du 26by. Le rez-de-chaussée accueille les travaux de Yukio Fujimoto, Atsushi Nishijima, Yagi Lyota et du collectif Softpad. Au premier étage, un espace séparé accueillera l’installation de Mamoru.

Ce lieu a ouvert ses portes en tant qu’espace de projet géré par la galerie Félix Frachon et ses invités, ce qui a permis à la galerie d’étendre sa programmation aux résidences d’art, projections, conférences, performances, bibliothèque ouverte, concerts , publications, éditions et projets spéciaux, développement de dialogues entre cultures et pratiques.

Les Artistes

Yukio Fujimoto (1950) s’intéresse particulièrement au “point de vue» que l’on peut porter sur les choses. L’emplacement et le mouvement du spectateur (ou de l’auditeur) par rapport à l’œuvre qu’il présente sont essentiels à l’expérience et à la compréhension de celle-ci. Et cela s’applique aussi bien à notre expérience des phénomènes sonores que visuels. A travers des objets trouvés (mécanismes d’horlogerie, objectifs, claviers et stéréoscopes) et des assemblages cinétiques, pour ses Philosophical Toys, l’artiste crée de véritables dispositifs et des outils d’écoute qui ne prennent vie que par la manipulation qu’en fait le spectateur.

Yagi Lyota (1980) conçoit également des oeuvres à partir de systèmes mécaniques et d’outils prêts à l’emploi. En rassemblant ces éléments, il modifie les fonctions de ces objets, permettant à de nouvelles significations de faire surface, comme Stupa (2018) ou Music for Lazy Susan (2018). Par ce détournement de “l’objet” en “objet-son”, il crée des œuvres qui stimulent les sens comme le visuel, le son, l’équilibre et le temps.

Pour Atsushi Nishijima (1965), le son ne peut exister que dans la relation qui se crée entre les choses et dont l’écoute serait l’interprétation de ces relations. L’écoute devient en soi un acte créatif et il conçoit ses oeuvres, par analogie, à des paysages. Des dispositifs qui se traduisent dans son travail sous forme d’installations comme Sympathetic Wiretap op.6 (2012), des oeuvres bi-dimensionnelles, comme Turner Curtain op.1 (2013), ou encore des performances.

Le collectif Softpad a cette spécificité de travailler à partir d’éléments donnés, que cela soit les oeuvres existantes d’un musée, comme pour Sensibilia ou à partir de certains matériaux ou thématiques, comme pour l’exposition phono/graphsound letters graphics. Ils viendront se fondre dans cet espace avec des pièces, pour certaines créées spécifiquement pour cette exposition, qui entreront en ponctuations sonores et textuelles avec les oeuvres des autres artistes.

La pratique artistique de Mamoru (1977) croise son, musique et art visuel. L’installation A long listening journey of a Possible thiStory especially of Japanese & Dutch & something more (2018) se déploie sous la forme d’un récit dans l’espace, dont les chapitres s’enchaînent sur différents écrans. Se mêlent à la fois des éléments de l’ordre de l’image, du texte, du son. En entrant dans cet espace, le spectateur a l’impression de lire et d’écouter des choses qui lui sont compréhensibles. Mais peu à peu en continuant à lire les textes qui s’inscrivent sur l’écran, le sens se brouille, et permet de dépasser la signification et le son entendu pour s’ouvrir à un espace inattendu, et créer de nouvelles conditions d’écoute.

Photo : Yukio Fujimoto REVOLUTION & GRAVITY (A Flower & A Glass ball), 2017, mixed media.

Voices and Sound waves: the Japanese scene
Exposition du 14 février au 11 mai 2019

LE 26BY
26 rue St Georges
B- 1050 Bruxelles

www.felixfrachon.com

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Richard Schroeder

Richard Schroeder “Vénus, I’m not like everybody else “

Richard Schroeder, c’est l’histoire d’un passionné d’images, d’un passionné des autres et de la ...