Emmanuel Macron est le président des riches pour les trois quarts des Français

0
2
Emmanuel Macron président des riches
Emmanuel Macron président des riches

Le Regard des Français sur la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron :  Le président de la République est jugé ni humble ni proche des gens, selon le sondage Odoxa-Dentsu Consulting. Un peu plus d’un Français sur 3 (34%) exprime sa satisfaction concernant la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron, selon le sondage LCP, Harris Interactive.

Ce lundi 7 mai marquera le premier anniversaire de l’élection d’Emmanuel Macron en tant que Président de la République. Une première année de quinquennat dont c’est l’occasion ici de faire un bilan aux yeux des Français. Quelle perception ceux-ci ont-ils de la politique menée par Emmanuel Macron depuis le début de son mandat ? Sont-ils satisfaits de cette première année de mandat ? Quelle est leur confiance dans sa capacité à agir dans plusieurs domaines ? Le regard des Français sur la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron selon le sondage LCP, Harris Interactive.

La politique d’Emmanuel Macron est majoritairement considérée comme en faveur des plus aisés, d’où la permanence de la référence au « Président des riches ». 64% des Français (et même 80% ou plus chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Marine Le Pen) estiment ainsi que la politique menée par le Président de la République est avant tout favorable aux catégories supérieures, contre 7% pensant qu’elle avantage les classes moyennes, 3% les catégories populaires et 21% qu’elle n’avantage aucune catégorie en particulier.

Un peu plus d’un Français sur 3 (34%) exprime sa satisfaction concernant la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron, soit un niveau très stable par rapport à ce que l’on pouvait mesurer en novembre dernier (35%). Dans le détail, un peu plus de 3 électeurs d’Emmanuel Macron sur 4 au 1er tour de l’élection présidentielle (76%) expriment leur satisfaction concernant cette première année de mandat, en légère baisse néanmoins par rapport à ce qui avait été enregistré au mois de novembre (-4 points). Si les électeurs de François Fillon se montrent partagés (51%), le constat est majoritairement négatif pour les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (seulement 19% de satisfaits), Benoît Hamon (22%) et Marine Le Pen (21%).

Dans ce contexte la politique d’Emmanuel Macron est associée à… aucun bord politique en particulier (« et de droite et de gauche » : 46%) ou bien à une politique de droite (39%), contre 7% des Français estimant qu’il s’agit d’une politique de gauche, des résultats proches de ceux enregistrés il y a 6 mois. Logiquement on retrouve certains clivages politiques. La politique du Président de la République est ainsi associée en grande majorité à la droite par les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (70%) et Benoît Hamon (72%). A l’inverse, 2 électeurs d’Emmanuel Macron sur 3 estiment que sa politique est « et de droite et de gauche » (64%), un constat partagé avec les électeurs de François Fillon (64% estiment également qu’elle est « et de droite et de gauche »).

De manière générale, plus d’un Français sur deux déclare faire confiance à Emmanuel Macron en matière de politique internationale (52%), mais sa capacité à assurer la sécurité des Français est mise en doute (41%, -8 points par rapport au mois de novembre dernier) et traverse tous les électorats. Par ailleurs, Emmanuel Macron ne convainc qu’environ une personne sur quatre de sa capacité à rassembler les Français (25%) et dans une même mesure à accroître leur pouvoir d’achat (27%). Le niveau de confiance sur ces derniers points se dégrade particulièrement auprès des électeurs d’Emmanuel Macron. Si 80% de ceux-ci lui font toujours confiance pour assurer la sécurité en France, cela représente une baisse de 7 points en comparaison à novembre dernier. La confiance dans sa capacité à accroître le pouvoir d’achat (61%) et à rassembler les Français (57%), bien que toujours majoritaire dans son électorat, montre également sur ces deux sujets une baisse de 10 points sur les 6 derniers mois.

En résumé le sondage indique que le jugement global à l’égard du chef de l’Etat n’a pas fondamentalement évolué par rapport à novembre 2017, alors même qu’un certain nombre de réformes ont été initiées par le gouvernement au cours des 6 derniers mois.

Photo : Le nuage de mots est automatiquement généré à partir de l’exhaustivité des réponses spontanées à la question ouverte. La taille d’un mot dans le visuel représente sa fréquence d’utilisation : le mot écrit en plus gros caractères est celui qui a été le plus utilisé par les sondés dans leurs réponses. L’emplacement d’un mot au sein du nuage n’a pas de signification particulière, pas plus que sa couleur.

Enquête réalisée en ligne les 2 et 3 mai 2018. Échantillon de 1 702 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

43% des personnes interrogées jugent qu’Emmanuel Macron mène “une politique de droite”, selon le sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié ce vendredi 4 mai.

Si l’actuel chef de l’État est reconnu comme dynamique (78 %), sachant où il va (66 %), incarnant le renouveau (59%) et même compétent, il est vu comme ni humble (76%) ni proche des gens (68%). Trois quarts des Français (72%) perçoivent Emmanuel Macron comme un “président des riches”, selon le sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro. Et cette vision se renforce au fil des mois. Dans la précédente enquête réalisée mi-avril, 65% des Français le percevaient ainsi, soit une progression de 7 points.

Les sympathisants de gauche sont les plus catégoriques : 84% pour les proches du PS, 89% pour ceux de La France insoumise. Les proches du FN font le même reproche à Emmanuel Macron, à 85%. A droite, ils sont également près de sept Français sur dix (68%) à percevoir le chef de l’Etat comme “le président des riches”. Deux France se font face. Celle qui le plébiscite: des cadres, des CSP +, des urbains, des diplômés (62 % des Français ayant un diplôme supérieur au bac), qui ont trouvé une place dans la mondialisation ; et celle qui rejette sa politique: ouvriers (61% d’entre eux), France périurbaine, personnes les moins qualifiées (57 %). Après un an de mandat, si près d’un Français sur deux (48%) a une bonne opinion du président de la République, ils sont 59% à ne pas vouloir qu’Emmanuel Macron se représente en 2022 pour un deuxième mandat. Ce dernier jugement est à rapprocher de l’opinion exprimée par les Français en 2013 à l’encontre de François Hollande. Après un an de mandat, les trois-quarts des Français (77%) ne souhaitaient pas que l’ancien président se représente.

Les Français sondés sont aussi sévères sur le rapport qu’entretient le président avec eux. Les trois quarts (75%) jugent Emmanuel Macron comme n’étant pas humble. Il est également perçu comme n’étant pas proche des gens pour sept Français sur dix (68%). Sur ces deux points, l’image du président se dégrade par rapport à l’enquête de décembre 2017. 72% ne le trouvaient pas humble et 62% l’estimaient pas proche des gens.

Enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 2 et 3 mai 2018, sur un échantillon de 1018 Français représentatif de la population française âgée de 18 et plus.