Crédit d’impôt cinéma Fleur Pellerin sur tous les fronts

Fleur Pellerin et Luc Besson - Dîner au Fouquet's lors de la 40e cérémonie des César à Paris le 20 février 2015.

Grosse semaine pour la ministre de la Culture qui, tout en défendant cette semaine à l’Assemblée, son projet de loi sur la création et le patrimoine, va présenter en conseil des ministres un projet d’amendement à la loi de finances qui étendra à tous les films de langue française le crédit d’impôt cinéma sans plafonds de budgets, alors qu’il était jusque-là réservé aux films de moins de 7 millions d’euros.

Le crédit d’impôt cinéma est une mesure qui aide à lutter contre la délocalisation des tournages. Elle permet à une société de production de déduire de son imposition 20 % du montant total de certaines dépenses de production effectuées en France et jusqu’à 30 % pour les films dont le budget est inférieur à 4 millions d’euros. Le gouvernement voudrait d’ailleurs généraliser son taux de 30 % de crédit d’impôt, et lever le plafond de 4 millions d’euros.

De plus, les films français utilisant la 3D ou la technique de la “motion capture” bénéficieront du crédit d’impôt, même s’ils ne sont pas tournés en langue française. Pour ce qui est de la langue, le gouvernement serait prêt à étendre le crédit d’impôt tous les films français non francophones « si l’emploi d’une langue étrangère est justifié par le scénario ». Ces mesures devant prendre effet en janvier 2016, l’extension du crédit d’impôt cinéma permettra donc à Luc Besson de tourner son « Valerian » en France ; le cinéaste craignait que sa toute dernière superproduction d’un budget de 170 millions d’euros et devant employer 1 200 personnes pendant six mois, ne se tourne pas dans notre pays en raison de ce système. Il avait expliqué “avoir droit à zéro” en tant que film français, car Valérian est en langue anglaise et “à zéro” en tant que film étranger “parce que le producteur est français”.

Photo : Fleur Pellerin et Luc Besson – Dîner au Fouquet’s lors de la 40e cérémonie des César à Paris le 20 février 2015 ©purepeople

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

La Journée Nationale des Jeunes

5ème édition de la Journée Nationale des Jeunes

e jeudi 19 novembre 2015, se tiendra la 5ème édition de la Journée Nationale ...

sites culturels parisiens

Les sites culturels parisiens ont accueilli 70,2 millions de visiteurs en 2017

Avec un record à 23,6 millions d’arrivées hôtelières, la reprise de la fréquentation touristique ...