Anouk Grinberg : Mon premier cercle

Anouk Grinberg - Mon premier cercle

Anouk Grinberg  « Ils sont devenus plus âpres, moins civilisés. Ils sortaient comme des geysers. Des parades. J’étais sourde aux modes, je ne m’occupais que de transcrire littéralement ce que je voyais du monde.»

Située en plein coeur historique de la ville d’Arles et s’étant fait de l’univers des animaux sa spécialité, FLAIR Galerie propose à la fois des expositions d’artistes, une collection d’objets d’art contemporains spécialement réalisés pour la galerie ainsi qu’une sélection de livres d’art et de revues.

C’est l’actrice et écrivain Anouk Grinberg qui y est invitée, au printemps prochain, à investir les murs afin de nous présenter sa facette de peintre. Femme de théâtre depuis son plus jeune à qui l’on propose bien vite de grands rôles, elle se fait connaître du grand public par ses interprétations dans les films de Bertrand Blier ainsi que dans les séries qu’elle tourne pour la télévision. Mais, parallèlement à cette carrière de comédienne, elle avoue elle-même avoir toujours eu une prédilection pour les arts graphiques : « j’ai toujours dessiné en secret, dans les loges, les coulisses, à la place des bavardages, et surtout pour les enfants dont je me sentais faire partie. Longtemps, j’ai dessiné des animaux, des paysages et des miniatures, comme un imagier des bonheurs, une façon de me recomposer un monde. »

Attirée par la vie, la nature et le vrai, source de bonheur, plus le temps passe, plus Anouk dessine, sans se prendre au sérieux mais par passion. Les dessins se multiplient, envahissant sa vie. « Ils sont devenus plus âpres, moins civilisés. Ils sortaient comme des geysers. Des parades. J’étais sourde aux modes, je ne m’occupais que de transcrire littéralement ce que je voyais du monde.»

Robert Delpire (Editeur de photographies, ancien directeur du Centre National de la Photographie), Louis Deledicq (commissaire qui a notamment exposé Giacometti, Michaux, Dubuffet) et Germain Viatte (ancien directeur de Beaubourg) rejoints par Gilles Naudin se penchent alors sur son travail…

S’ensuivront à partir de 2009 de nombreuses expositions à la galerie Berggruen à Paris, à Fine Art Studio à Bruxelles, à la Galerie Gilles Naudin (GNG Paris), à la Chapelle Sainte Anne de Tours à la Galerie lilloise Storme, à l’ Espace Commines de Paris et enfin dans quelques semaines chez FLAIR Galerie en Arles pour un très bel hommage à la sensibilité animale, et où comme le souligne l’artiste : « Isabelle Wisniak, dans sa petite galerie toute ludique, me fait la joie de rassembler les deux versants de mon regard, sans plus opposer le sombre à l’innocent. Et je crois bien que ça, c’est moi. »

Photo : Sans titre, 2016. Peinture d’Anouk Grinberg © Xavier Pruvot

Informations pratiques :

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Diego Menendez

Diego Menéndez expose au Café « El Sur »

Né durant les années de violence et d’instabilité que l’Argentine a traversé dans les ...

Manon BaRa, femme étonnée, femme étonnante, femme détonante !

Manon Bara est une artiste multi disciplinaire, multi tâches, multifonctions. C’est une peintre jusqu'au ...

Wesley Meuris © Eric Tabuchi

Wesley Meuris et son Musée des futurs

Dédié à la vulgarisation des images du futur, le Musée des futurs de Wesley ...