• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Aéroport de Toulouse-Blagnac, les fonds sont en caisse

Toulouse-Blagnac

Suite à un article de Mediapart, le Collectif contre la privatisation a affirmé que la cession de 49,99% d’Aéroport de Toulouse-Blagnac n’était toujours « pas signée et que, en conséquence, elle pouvait être annulée à la suite de la disparition de Mike Poon ». Selon la presse hongkongaise, Mike Poon est accusé de corruption dans son pays. Les autorités françaises ont à plusieurs reprises assuré que cette disparition n’avait aucun impact sur la privatisation partielle, les 49,99% d’ATB étant cédés à un consortium de sociétés chinoises et non à Mike Poon en son nom propre. Mike Poon, le PDG de la holding Casil qui a a disparu depuis la mi-mai. Jeudi lors de sa visite à Toulouse avec le premier ministre chinois Monsieur Li Keqiang, Manuel Valls a éludé les questions sur le sujet. La France comme la Grèce a aussi besoin d’argent et vend elle aussi son patrimoine enfin le patrimoine des français.

« Les assurances orales de M. Macron ne suffisent pas« , a estimé Valérie Rabault, opposante à la cession d’ATB, députée PS du Tarn-et-Garonne et rapporteure générale du budget. Le contrat de vente aux Chinois donne la possibilité à l’Etat de vendre ses 10,01% restants dans 3 ans. L’Etat aura alors six mois pour exercer cette option. « Rien ne dit que dans trois ans et six mois, M. Macron sera toujours ministre. Cette clause ne peut pas reposer sur sa seule parole« , a jugé Mme Rabault. La député du Tarn-et-Garonne veut une gestion majoritairement publique.

Photo : Aéroport de Toulouse-Blagnac

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité