Accueil A la Une Un instant avant le monde à Rabat

Un instant avant le monde à Rabat

-

Intitulée “Un instant avant le monde”, la proposition curatoriale de cette première édition entend contribuer à redéfinir l’art et ses paradigmes.

Allant des arts visuels et de l’architecture à la danse et la performance, la Biennale de Rabat ouvre une réflexion sur l’urgence de la création, en examinant les raisons, les révoltes, les moments décisifs qui poussent les artistes à passer à l’action et à contribuer à l’histoire. Intitulée “Un instant avant le monde”, la proposition curatoriale de cette première édition entend contribuer à redéfinir l’art et ses paradigmes en partant du Sud et de Rabat, désignée « Ville lumière » et capitale culturelle du Maroc.

Envisageant la Biennale comme un inventaire possible du monde de demain, Abdelkader Damani a fait le choix de décliner cet instant avant le monde sous la forme d’un archipel. Porté par des femmes et des hommes engagés, il est composé d’une exposition internationale et d’un triptyque de cartes blanches. A cela s’ajoute, tout au long de la manifestation, un programme de performances, une programmation culturelle ainsi que des d’art urbain et de programmations associées.

Au moment où je reçois, de la part de la Fondation Nationale des Musées du Maroc, la demande de penser une Biennale à Rabat, la question fondamentale qui me préoccupe alors est celle du pourquoi. Pourquoi une nième Biennale dans le paysage bien saturé des Biennales à travers le monde ? De quelle urgence sommes-nous les héritiers pour fonder un tel évènement dans cette ville ? Et s’il fallait qu’il existe, à quoi ressemblerait ce rendezvous de la création à l’extrême occident de la Terre – al maghrib al aqsa ? ” – “Ma réponse fut alors : notre dette est fondamentalement à l’égard des femmes.” Abdelkader Damani

L’exposition internationale, dédiée aux artistes femmes, est répartie dans plusieurs lieux culturels de la ville de Rabat. Elle réunit 63 artistes et collectifs d’artistes, issues de 27 nationalités différentes et de nombreuses disciplines. Parmi celles-ci, des plasticiennes et peintres (Mona Hatoum, Etel Adnan, Marcia Kure, Ghada Amer, Zoulikha Bouabdellah, Amina Benbouchta, Candice Breitz), de sculptrices (Sara Favriau, Ikram Kabbaj), des cinéastes et vidéastes (Tala Hadid, Habiba Djahnine…), des chorégraphes, metteuses en scène et performeuses (Bouchra Ouizguen, Séverine Chavrier…), des photographes (Deborah Benzaquen, Mouna Jemal Siala ) et des artistes digitales (Naziha Mestaoui), mais aussi des architectes (BLACK SQUARE, Manthey Kula, Zaha Hadid, Maria Mallo…). Parmi les moments forts de la Biennale, un hommage vibrant sera rendu à la cantatrice égyptienne Oum Kalthoum, à travers une rétrospective de son concert à Rabat en 1969.

Trois cartes blanches viennent enrichir le propos de la Biennale, en prolongeant le questionnement des paradigmes de l’art, à ceux du commissariat d’exposition :

  • Arts plastiques, Carte Blanche à Mohammed El Baz : du 24 septembre au 18 décembre au Musée Mohammed VI
  • Cinéma, Narjiss Nejjar : projection chaque samedi tout au long de la Biennale
  • Littérature, Faouzia Zouari et Sanae Ghouati, en partenariat avec l’Académie du Royaume le 18 décembre 2019

Photo : Ghada Amer by Jean Marc Lebeaupin pour artsixMic

LES LIEUX DE LA BIENNALE

  • Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain
  • Villa des Arts
  • Espace Expressions CDG
  • Musée des Oudayas
  • Fort Rottenbourg
  • Fort Hervé (Borj Lakbir)
  • Théâtre National Mohammed V
  • Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc
  • Galerie d’art du Crédit Agricole du Maroc
  • Galerie d’art de la Banque Populaire

ESPACES ASSOCIES A LA BIENNALE :

  • Galerie en Off
  • Kulte Gallery & Editions
  • Le Cub
  • independent art room
  • Galerie Fan Dok
  • Abla Ababou Galerie
  • Galerie Fathiya Tahiri
Abdelkader Damani - Photo DR

Rabat présente du 24 septembre au 18 décembre 2019, sa première Biennale d’art « Un instant avant le monde »

Jean Marc Lebeaupin
Jean Marc Lebeaupin
Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !
- Advertisment -

A voir

17è édition du Festival International du Film des Droits Humains

Le Festival International du Film des Droits Humains, s’ancre chaque année, autour de la date du 10 décembre, journée internationale des droits de l’Homme.

Clip

Manuel Anoyvega Mora : Cuba Cuba avec huit titres ensorcelants

Après avoir accompagné les plus grands du jazz et de la musique cubaine, Manuel Anoyvega Mora sort enfin un disque solo où son talent fait merveille.