Accueil A la Une Troisième Biennale des photographes du monde arabe contemporain

Troisième Biennale des photographes du monde arabe contemporain

-

L’Institut du monde arabe et la Maison Européenne de la photographie  s’associent pour présenter la troisième édition de la Biennale des photographes du monde arabe contemporain.

La Troisième Biennale des photographes du monde arabe contemporain, aura lieu du 11 septembre au 24 novembre 2019. Pour cette 3e édition, l’exposition présentée à Institut du monde arabe, met à l’honneur 18 artistes de la scène libanaise avec des œuvres  réalisées au cours de la dernière décennie, avec pour titre « LIBAN, REALITES ET FICTIONS ».

L’Institut du monde arabe (IMA) et la Maison Européenne de la photographie (MEP) s’associent de nouveau pour présenter cette nouvelle édition de la Biennale des photographes.

Ainsi, neuf lieux d’expositions sont aussi impliqués dans le projet et se répartissent sur un territoire qui s’étend de l’IMA à la MEP, et sur ce parcours figureront la Cité Internationale des Arts, la Mairie du 4e arrondissement ainsi que plusieurs galeries : Galerie XII, Agathe Gaillard, Clémentine de la Féronnière ainsi que Basia Embiricos.

Comme lors des éditions précédentes, les expositions ont pour vocation de porter un éclairage sur le monde arabe contemporain tout en privilégiant la démarche artistique. En 2019, les travaux de 47 artistes contemporains de toutes origines seront réunis et mis à l’honneur.

LIBAN RÉALITÉS & FICTIONS

Les années de guerre civile au Liban (1975-1990) ont profondément marqué les photographes. Le besoin d’entretenir la mémoire d’un patrimoine architectural perdu et de montrer les stigmates du conflit semblait au cœur de leurs préoccupations artistiques. Certains travaux actuels en conservent la mémoire mais une nouvelle génération s’est détachée de cette voie pour aborder des thématiques inédites. Créateurs reconnus, ou encore peu montrés en France, ces photographes participent d’une effervescence artistique qui transparaît au fil du parcours de l’exposition.

La plupart sont libanais, même si certains ont décidé de vivre ailleurs tout en continuant de produire des œuvres dans et sur leur pays. Quelques-uns sont des « étrangers » de passage et ont donné du Liban une vision marquée de l’empreinte de leur propre culture ; d’autres encore ont choisi de s’y installer. Cette diversité de motifs et d’approches, ce dialogue des sensibilités nourrit l’esprit de l’exposition de l’IMA qui réunit 18 artistes.

CARTE BLANCHE À HASSAN HAJJAJ

La MEP présente la première rétrospective en France de l’artiste anglomarocain Hassan Hajjaj, en lui donnant carte blanche pour investir la totalité de ses espaces.

Le parcours de l’exposition retrace plusieurs années du travail de l’artiste à travers de nombreuses séries photographiques, mais également des installations, des vidéos, du mobilier et des éléments de décoration. Il souligne les sujets principaux qui se lovent au cœur du travail d’Hassan Hajjaj : son intérêt pour l’univers de la mode et du vêtement ainsi que ses contradictions ; son point de vue critique et décomplexé sur la société de consommation ; les questions de tradition et d’identité avec notamment son regard singulier sur le port du voile, ou bien encore le quotidien des gens qu’il côtoie, amis ou inconnus croisés dans la rue au Maroc ou ailleurs.

Toutes les informations sur : http://biennalephotomondearabe.com

Laurélia Torno
Laurélia Torno
Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos
- Advertisment -

A voir

Pornographie jeunesse en danger : Un débat de société

France 2 propose une soirée, le mercredi 9 octobre 2019 à partir de 21h05 sur la pornographie et le jeune public.

Clip

Pierre Daven Keller avec Kino Music s’installe au paradis des arrangeurs

Le compositeur Pierre Daven-Keller a longtemps œuvré dans l’ombre de Philippe Katerine, Miossec et Dominique A.