Noémie Chaillet-Piquand alias NOCHAPIQ

Noémie Chaillet-Piquand devient NOCHAPIQ. Un certain regard sur l’art et sur l’apparence dans notre société.

Noémie Chaillet-Piquand, vit et travaille dans un seul et même lieu, qu’elle appelle « Les Feuillantines », du nom de la rue où elle s’est installée. Une rue située à mi-chemin entre le jardin du Luxembourg et l’Ecole Normale Supérieure : un quartier où elle a ses habitudes depuis le lycée Fenelon.

Sa matière de prédilection : le ruban de Maisons de luxe appelés également bolduc. Dans son atelier, des bolducs de toutes sortes côtoient une collection de dés à coudre, des tissus, des objets fraîchement enrubannés… Sur son établi, une pléiade d’outils : ciseaux de coiffeur, plioir en ivoire, gomme en crêpe, adhésif double-face, planches de coupe, cutter, poinçon, pince Leatherman… C’est ici qu’elle a embolduqué, depuis 2018, plus de 700 objets, en plus de la centaine rapportés de New York. Des créations avec lesquelles elle vit : elle s’assoit sur certaines, pose des verres, des clés ou des journaux sur d’autres… Si bien que Nochapiq a décidé d’ouvrir (sur rendez-vous) cet espace aux visiteurs. Amateurs, collectionneurs ou curieux : elle veut se confronter à leur regard, leur avis. Car son accumulation d’objets embolduqués invite à réfléchir.

« J’ai envie que le visiteur, l’observateur, le curieux se pose des questions en regardant mon travail. Mais ce n’est pas à moi de lui donner des réponses. »

C’est en 2017 que le ruban de marques de luxe s’impose vraiment à elle, après la réalisation d’une console nommée « Woodstok » première pièce de mobilier où elle utilise ce médium original Tout y passe alors cuillères, fourchettes, pipes, brosses à dents, appareils photos, caméras, marteaux, bracelets, prises électriques, souris d’ordinateurs….

En marge de ses activités dans l’univers du luxe, de la mode, de la beauté, Noémie Chaillet-Piquand a fait son coming out artistique. En 2018, à l’âge de 44 ans, la créatrice, inventrice, designer et styliste est devenue Nochapiq. Une signature que l’artiste revendique, assume et pose désormais sur des objets du quotidien enrubannés, des pièces de mobilier ébouriffées, des pavés parisiens parés de couleurs… Sa matière de prédilection : le bolduc de maisons de luxe. Un certain regard sur l’art et notre société.

NOCHAPIQ

NOCHAPIQ “Road Trip”
Exposition du 22 février au 7 mars 2020

Joyce Gallery
168, Galerie de Valois – Jardin du Palais Royal
75001 Paris

www.joyce.com