• Suivez-nous sur Tipeee !
  • Communiquez avec artsixMic !
    Communivation

De l’Asie à la France libre : Joseph et Marie Hackin, archéologues et compagnons de la Libération

Joseph et Marie Hackin

L’ exposition “De l’Asie à la France libreJoseph et Marie Hackin, archéologues et compagnons de la Libération ouvrira ses portes le 15 juin 2018, à l’occasion des Journées nationales de l’Archéologie et coïncidera également avec la date anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle qui marque les débuts de la France libre. 

L’exposition “De l’Asie à la France libreJoseph et Marie Hackin, archéologues et compagnons de la Libération, organisée par le musée de l’Ordre de la Libération retrace la vie de ce couple qui furent parmi les premiers à rejoindre la France libre en 1940.

Bras droit d’Émile Guimet, Joseph Hackin remplit de nombreuses missions en Asie et est détaché en qualité d’archéologue, en 1931-1932, à l’expédition Citroën Centre-Asie, dite la « Croisière Jaune ». Quant à sa femme, Marie Hackin, elle est à l’origine de la découverte, en 1937, du trésor de Begram. Leurs nombreuses campagnes en Afghanistan ont ainsi beaucoup apporté au monde archéologique que ce soit par leurs découvertes sur la rencontre des arts eurasiatiques entre la Chine, l’Inde et la Grèce ou par leurs recherches sur l’art oriental, bouddhique, sassanide et indien. Archéologues engagés, ils refusent la défaite et se rallient au général de Gaulle dès juillet 1940. À Londres, ils se mettent activement au service de la France libre avant d’être envoyés pour une longue mission politique et diplomatique en Asie et en Orient. Mais, le couple n’y parviendra pas, puisque leur bateau est torpillé par un sousmarin allemand en février 1941, au large des îles Féroé. Joseph et Marie Hackin disparaissent dans le naufrage avec la quasi-totalité de l’équipage et des passagers. Ils sont faits, le 13 mai 1941, compagnons de la Libération à titre posthume.

L’objectif de cette exposition est de faire découvrir à un public non spécialiste leur engagement mais aussi la carrière de deux personnalités exceptionnelles. Cette exposition à forte teneur archéologique et d’histoire de l’art permettra ainsi de présenter au public une thématique assez inattendue au sein des Invalides – celle d’un pan de l’archéologie pionnière de la première moitié du XX e siècle – grâce à la coopération d’institutions muséales dont l’objet est a priori assez éloigné. Ainsi, après la présentation biographique du seul couple compagnon de la Libération, le parcours muséographique revient sur leur travail archéologique. Le visiteur pourra ainsi admirer des pièces uniques comme le Bouddha de Païtava ou les ivoires du trésor de Begram, fruits des découvertes de Joseph et Marie Hackin. Le musée de l’Ordre de la Libération rend ainsi hommage aux archéologues et dévoile des extraits de prises de vues ethnographiques réalisées par Marie Hackin en Afghanistan.

Cette exposition biographique ouvrira ses portes le 15 juin 2018, à l’occasion des Journées nationales de l’Archéologie et coïncidera également avec la date anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle qui marque les débuts de la France libre.

Commissaires de l’exposition

  • Vladimir Trouplin, conservateur du musée de l’Ordre de la Libération
  • Pierre Cambon, conservateur en chef des collections Corée, Pakistan et Afghanistan au musée national des arts asiatiques-Guimet
  • Vincent Giraudier, responsable du département de l’historial Charles de Gaulle au musée de l’Armée

Photo : Marie Hackin avec la population afghane © Musée national des arts asiatiques – Guimet

“l’Asie à la France libre” Joseph et Marie Hackin, archéologues et compagnons de la Libération
Exposition du 15 juin au 16 septembre 2018

musée de l’Ordre de la Libération
Hôtel national des Invalides
129 rue de Grenelle ou Place Vauban
75007 PARIS

https://www.ordredelaliberation.fr/

Ria Hackin et Joseph Hackin (3e en partant de la gauche), extrait d’un album de photographies de voyages (Japon, Inde, Afghanistan) © Musée national des arts asiatiques - Guimet)
Ria Hackin et Joseph Hackin (3e en partant de la gauche), extrait d’un album de photographies de voyages (Japon, Inde, Afghanistan) © Musée national des arts asiatiques - Guimet)
Joseph Hackin, Georges-Marie Haardt et plusieurs membres de la Croisière Jaune au pied du grand Buddha de Bamiyan, 1931 © Fonds de dotation Peugeot pour la mémoire de l’histoire industrielle
  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Beirut Design Fair 2018

Le Beirut Design Fair lance en septembre sa seconde édition

S'appuyant sur le formidable succès de sa première édition en 2017 qui a attiré ...

WESFestival

Le WESFestival : le premier festival de Web-Séries à Paris

l’Institut Français de Presse organise le tout premier festival parisien dédié aux web-séries : ...

Appel du 10 décembre - Pas de culture sans artistes

Plus de blé pour la culture ! Pas de culture sans artistes !

L'argent va à l'argent, l'argent reste avec l'argent. La culture qui devrait nourrir le ...