• Soutenez artsixMic
  • Communiquez avec artsixMic !
    Communivation

1, 2, 3 data : Les données comme matériau de création

data : 1, 2, 3 data

L’exposition 1, 2, 3, Data est un voyage dans le monde du design
de la donnée. Le but est de donner à voir les potentialités qu’elles
recèlent.

Pour la première fois en France, une quarantaine de data designers présentent leurs productions. Ils ont en commun un même matériau de création : les “data”, les milliards de données qui circulent aujourd’hui dans le monde. Une ressource inépuisable qui se prête à tous les modes de traitement et d’expression, pour des effets spectaculaires, poétiques, pertinents et inattendus. Conviant le public à la découverte du processus même du design de la donnée, David Bihanic, commissaire de l’exposition, a sélectionné des productions pour certaines « classiques », des œuvres emblématiques, comme « Tele-Present Water » de David Bowen : une résille métallique suspendue traduit les oscillations d’une micro parcelle du Pacifique, en fonction de données récupérées en temps réel par une bouée. Aux côtés d’installations artistiques figurent des projets bluffants (et moins «classiques) comme « Multiplicy », produit par l’une des grandes figures internationales du data design, Moritz Stefaner qui prend le pouls de la région parisienne en rendant visible l’ensemble des images postées sur Instagram. Le terme “data” englobe des données de nature très différentes : des données stockées ou des flux en temps réel, des données privées résultant d’études spécifiques, des données institutionnelles, des “open data” accessibles à tous et des données encodées, invisibles, illisibles. Les “data designers” s’en emparent, les sélectionnent de façon pointue ou en brassent d’énormes quantités et au final les remettent à leur juste place. Loin de l’image anxiogène des “data” – grands ordonnateurs du monde ou obscurs mécanismes de notre vie numérique – les données constituent un susbtrat qui peut produire du sens.

Transformées en points, en lignes, en projections panoramiques, en animations cartographiques, en véritables sculptures… les données se donnent d’abord à voir. L’art et le design s’invitent. En partant des œuvres les plus artistiques, présentées au rez-de-chaussée, pour terminer par des projets plus conceptuels, la scénographie fait cheminer le visiteur sur les deux niveaux de la Fondation. Sculptures, infographies, posters, interfaces, visualisations, installations numériques, web documentaires, dispositifs interactifs, vidéos…L’ensemble donne un bel aperçu de la diversité et de la richesse des modes d’expression qui caractérisent les pratiques des data designers. Les œuvres sont ordonnées selon un parcours fluide, en trois temps : EXHIBITORY DESIGN (EXPOSER)EXPLANATORY DESIGN (EXPLIQUER)EXPLORATORY DESIGN (EXPLORER), correspondant à trois types d’approches.

Un mur d’ouvrages et un site www.123data.paris accessible durant toute la durée de l’exposition, complètent cette initiation progressive et permettent de se familiariser avec le monde des data. L’exposition s’achèvera le 6 octobre lors de la 17e édition de la Nuit Blanche.

  • Commissaire : David Bihanic
  • Scénographie : Trafik
David Bowen : Tele-Present Water
David Bowen : Tele-Present Water

L’œuvre « Tele-Present Water » (« eau en téléprésence ») de David Bowen consiste en la (re)formalisation, (re)matérialisation physique, sensible d’une micro parcelle topographique dynamique distante. Plus exactement, il s’agit de reproduire non un lambeau de terre mais une portion de mer située dans le Pacifique et dont une bouée houlographe (N°51003) équipée de divers capteurs par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) permet de collecter des données en temps réel : oscillation de l’eau en surface, réfraction de la houle, etc. Cette bouée n’est désormais plus précisément localisable. Le dernier rapport sur sa position datant du 25 avril 2011. Toutefois encore fonctionnelle, elle continue d’émettre et de communiquer les informations qu’elle collecte. Ainsi, par cette sculpture cinétique de données, David Bowen rend tangible et manifeste, autant perceptivement que spatialement, ce lopin océanique, lequel ne recouvre plus d’autre réalité pour nous. www.dwbowen.com

1, 2, 3 data
Exposition jusqu’au 6 octobre 2018

Fondation Groupe EDF
6, rue Récamier
75007 Paris

http ://fondation.edf.com

  • Broché: 60 pages
  • Editeur : Alternatives
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2072792002
  • ISBN-13: 978-2072792007
  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

livre

France : N’oublie pas tes livres !

Depuis Sully Prudhomme en 1901 jusqu’à Patrick Modiano l’année passée, la France a totalisé ...

Macparis, le rendez-vous incontournable de l’art contemporain

Depuis maintenant trente ans, Macparis est LE rendez-vous annuel incontournable de l’art contemporain. Macparis ...

Hellelandschap_Infernal Landscape_LR

Découverte d’un dessin de Jérôme Bosch

Un dessin jusqu’alors anonyme, intitulé Hellelandschap (Paysage de l’Enfer), a été identifié par les ...