le Septième Art mexicain en octobre se projette dans Viva Mexico

Viva Mexico 2016

Tout à la fois passionnant et passionné et ne demandant qu’à s’exporter, le Septième Art mexicain, depuis 2013, s’illustre dans Viva Mexico , des rencontres exclusivement dédiées à la création contemporaine mexicaine.

Unique, diversifié et de qualité, critiques et cinéphiles couvrent d’éloges le cinéma contemporain mexicain dont les acteurs et réalisateurs ne cessent de surprendre par leur talent et leur créativité, envahissant la scène cinématographique internationale. Tout à la fois passionnant et passionné et ne demandant qu’à s’exporter, le Septième Art mexicain, depuis 2013, s’illustre dans Viva Mexico , des rencontres exclusivement dédiées à la création contemporaine mexicaine.

Si l’édition 2015 avait été remarquée par sa richesse, 6 villes s’étant relayée pour projeter 8 longs-métrages de fiction, 3 documentaires, 1 docu-fiction et 10 courts-métrages d’animation soit 53 projections au total, l’édition de cette année, la quatrième pour Viva Mexico, continue sur sa lancée avec :

– Un changement de cinéma : pour sa 4ème édition, Viva Mexico déménage et s’installe au cœur de Paris, dans le 4ème arrondissement au cinéma Luminor Hôtel de Ville.
– Une itinérance dans 7 villes françaises au total : 3ème édition à Condé sur Noireau (14), 2ème édition à l’Isle Jourdain (32) et pour la première fois cette année à Bordeaux (33), Dijon (21), Avignon (84), Lille (59) et Neuilly-Plaisance (93)
– Des séances et animations spécialement pensées pour les enfants et les scolaires, avec Ciné Niño et Ciné Joven.

Au final, sur 7 jours, Viva Mexico – Rencontres Cinématographiques proposera 26 séances :

6 Fictions 

– 1. La Delgada Linea Amarilla de Celso Garcia – (film d’ouverture) – Avant-première française : Cinq hommes sont embauchés pour peindre le marquage au sol d’une route. A la fin du voyage, ils comprendront qu’il existe une ligne infime entre le bien et le mal, le rire et les larmes, la vie et la mort.
– 2. La calle de la Amargura d’Arturo Ripstein – Avant-première parisienne : Deux prostituées ont rendez-vous pour fêter la victoire de deux catcheurs nains. Pour les dépouiller, elles les droguent mais cela tourne mal.
– 3. Te prometoanarquia de Julio Hernandez Cordon – Avant-première française : Miguel et Johnny sont amis et amants. Ils vendent leur sang et trouvent d’autres donneurs pour le marché noir. Mais une grosse transaction tourne mal.
– 4. Mr Pig de Diego Luna – Avant-première française : Accompagné par son cochon, un fermier américain traverse le pays pour se rendre au Mexique à la recherche d’un vrai chez lui.
– 5. Me estasmatando Susana de Roberto Sneider – Avant-première française : Un beau jour Eligio rentre chez lui et découvre que sa femme est partie sans un seul mot d’explication. Il part à sa recherche et se retrouve confronté à un monde plein de contradictions. Un voyage, drôle, douloureux et romantique.
– 6. La Région salvaje d’Amat Escalante, en compétition à la Mostra de Venise : Jeune mère au foyer, Alejandra élève ses deux garçons avec son mari Angel. Fabian son frère est infirmier dans un hôpital local. Leurs vies provinciales vont être bouleversées par la mystérieuse Veronica.

4 Documentaires 

– 1. Plaza de la soledad de Maya Goded – Avant-première française : Ce documentaire raconte la vie de ces femmes qui travaillent dans les rues de la Merced. A travers leurs yeux on voit les cicatrices que les violences sexuelles, la pauvreté et l’isolement ont laissé sur elles mais aussi comment leur soif d’amour leur donne envie d’aller de l’avant.
– 2. Resurrection d’EugenioPolgovsky : Les « chutes du Niagara mexicaines » ont été dévastées par la pollution des industriels internationaux. De nos jours, une famille protège ses souvenirs, en quête de résurrection.
– 3. Tempestad de Tatiana Huezo – Avant-première française : Une femme est retenue prisonnière dans une prison contrôlée par le crime organisé et une autre cherche sa fille disparue. Au coeur d’un pays où la violence a pris le contrôle de nos vies, de nos désirs, de nos rêves.
– 4. SomosLengua de KyzzaTerrazas – Avant-première en Europe : Dans plusieurs villes mexicaines, de nombreux jeunes font du rap, passionnés par cet art. Qui sont les rappeurs du Mexique ? Que trouvent-ils dans cette culture que la société ne leur offre pas ?

3 séances CineJoven (collégiens et lycéens) 

– Los Banistas de Max Zunino : L’économie s’effondre. Parmi les plus touchés se trouvent Flavia, une adolescente rebelle et son voisin Martin, un vieil homme grincheux. Les deux vont apprendre à vivre ensemble pour survivre à la crise et donner du sens à leur vie.

– 2 séances Cine Nino (à partir de 6 ans) :

– Les aventures d’Itzel et Sonia de Fernando Rivero (film en stop motion) – Avant-première en Europe : Itzel a huit ans et sa meilleure amie Sonia est une grenouille. Mais tout son monde est bouleversé quand l’eau devient rare en ville.

– Des Tables Rondes, Organisées par le Festival VIVA MEXICO et l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine – IHEAL. L’une sur : « Eau et environnement » et l’autre sur : Le Mexique sur la scène internationale : Arts Plastiques et Cinéma.

– Une Masterclass, en partenariat avec la Sorbonne, l’IHEAL et la Maison de l’Amérique Latine Le réalisateur Arturo Ripstein et la scénariste Paz Alicia Garciadiego pour leur film « La Calle del Amargura » feront partager au public leur parcours et anecdotes autour de leur travail !

– Le Prix du Public
Depuis deux ans, Viva Mexico – Rencontres Cinématographiques propose au public de partager ses coups de coeur en votant pour son film préféré. La réalisation du trophée reçu par l’équipe du film est confiée à l’artiste mexicaine Agueda Lozano, une sculptrice mexicaine vivant à Paris.

viva-mexico

Le Mexique des renaissances, du 5 octobre 2016 au 23 janvier 2017 au Grand Palais

Le Mexique sera représenté cette année grâce également à l’exposition Le Mexique des renaissances, du 5 octobre 2016 au 23 janvier 2017 et qui se tiendra au Grand Palais– Galeries nationales.

l’exposition : Depuis son indépendance conquise face à la monarchie espagnole en 1821, le Mexique n’a cessé d’affirmer sa volonté de changement et son esprit de modernité. C’est en s’appuyant sur l’art, la peinture mais aussi la sculpture, l’architecture, l’urbanisme, la musique, la littérature, le cinéma et les arts appliqués que le pays forge son identité. Souhaitée par les plus hautes autorités françaises et mexicaines, l’exposition est la plus grande manifestation consacrée à l’art mexicain depuis 1953. Conduit par des artistes aujourd’hui célèbres dans le monde entier, Diego Rivera, Frida Kahlo ou Rufino Tamayo, le parcours offre un panorama riche et surprenant de la bouillonnante créativité artistique du pays tout au long du XXe siècle.

Informations pratiques

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

cinéma du 1er au 8 juin

Au cinéma cette semaine du 1er au 8 juin

Les films au cinéma cette semaine : A war, The door, Alice de l'autre ...

Terminator Genisys

Schwarzy le gentil Terminator de Terminator Genisys

Schwarzy le retour encore et encore est une nouvelle fois fidèle au poste et ...

Au cinéma cette semaine du 23 au 30 décembre

Un hiver pire que jamais. Le gouvernement publie un décret obligeant les citoyens français ...