Rencontre avec Fanny Roux de Badilhac la créatrice de « Khara TuKi »

Khara Tuki
Khara Tuki – Photo Hervé LEWIS

Khara-Tuki est une divinité, une muse invoquée par certaines tribus dans la civilisation pré-colombienne d’Amérique du sud. Son esprit en communion avec la nature inspirait les chamanes dans la confection de parures cérémonielles

Les ornements Khara Tuki ne sont pas vraiment comme nos bijoux familiers qui viennent accessoiriser ou égayer nos robes, nos T. shirts ou nos cols roulés…

Non, les parures Khara Tuki deviennent plutôt les attributs majeurs de nos tenues, comme le seraient une étole de fourrure, un large ceinturon clouté ou une paire de bottes mexicaines … elles font partie intégrante de la tenue qui se révèle par des associations, des mélanges inspirés. De ce fait, elles sont à première vue, imposantes où intimidantes, mais dès qu’on les a sur soi, on les apprivoise et on se rend compte qu’elles sont faciles à porter.

Comment cette alchimie opère-t-telle ?

Les créations de Fanny Roux de Badilhac sont influencées par les parures ethniques, sacrées ou antiques, et à ce titre, s’imaginent sur le corps nu comme seul ornement. Elles ont pour nom Paco Bola-Tie, Gong noir, Astarté, Ophir, Marbuk, Elissar, LimaKlimt ou Hator…

Elles semblent comme dérobées pour un jour ou une nuit dans un musée birman, ou bengali, à la cour d’Autriche ou au fond d’un vaisseau phénicien… Elles viennent des mémoires d’Angkor, des mythologies grecques ou égyptiennes … et pourtant elles sont intemporelles.

Elles arborent des agates rubanées ou des chrysocolles marmoréennes, dévalent des cascades d’archal éclaboussées de pyrites de fer, elles fixent l’œil de tigre et caressent la cornaline, enlacent les turquoises et le quartz fumé, roulent les perles de Bohème et les cylindres d’émeraude …

Nos chemises partent alors pour Samarcande, nos caracos accostent Zanzibar, nos petites vestes noires voyagent enfin sans bagage. Khara Tuki donne la liberté de porter des parures majeures avec simplicité, culture et inspiration.

3 ligne

– La première d’entre elles est la ligne de parures de créateur, la haute fantaisie.  C’est initialement sur ce crédo que Fanny Roux de Badilhac a choisi d’exprimer sa créativité.

– La seconde, collection prestigieuse, est issue d’une très belle collection d’objets rares et anciens, traditionnels des minorités ethniques d’Asie. Une belle rencontre qui permet à Fanny d’élargir le spectre de ses créations en ayant accès à de somptueux éléments, qu’elle adapte dans une vision contemporaine bien à elle. C’est avec amour que la créatrice redonne vie à ces objets oubliés ou méconnus et pourtant si beaux, dans un dessein d’intemporalité si caractéristique à ses créations.

– Enfin, la ligne luxe. Fort de sa rencontre avec le diamantaire Jean Ludwig, qui met à sa disposition une collection de pierres magnifiques, Fanny se tourne naturellement vers la joaillerie et les pierres précieuses.  Les créations de cette dernière, sont disponibles uniquement sur commande.

Fanny Roux de Badilhac la créatrice de « Khara Tuki » 

Khara Tuki

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Desperados Random Édition

Desperados Random Édition par le collectif 9ème concept

Pour cette 15ème année, le 9ème concept et desperados ont voulu une édition limitée ...

Jean-Charles de Castelbajac

Les couleurs de Castelbajac jouent la géométrie de THTF

Amoureux des contraintes devenues jeux qu’imposent la rue, Jean-Charles de Castelbajac et le duo ...

Sui Jianguo, Henk Visch et Richard Deacon

« 3 hommes dans un bateau » qu’est-ce qu’être un sculpteur aujourd’hui ?

Présentant l'art moderne et contemporain sous toutes ses formes, la Fondation Marguerite et Aimé ...