L’Hôtel Lutetia, un lieux incontournable de la scène contemporaine parisienne

Guillaume Piéchaud
Guillaume Piéchaud – Banc « Libellule » en acier rouge verni

L’Hôtel Lutetia est devenu un des lieux incontournables de la scène contemporaine parisienne et propose tout au long de ces prochaines semaines un programme d’expositions riche en démesure !

Guillaume Piéchaud, sculpteur français, modeleur du métal et de la lumière, revisite l’emblématique Suite Eiffel de l’hôtel – un mobilier en inox poli qui claque et qui clinque, une atmosphère minérale et des formes rondes qui se rejoignent dans une installation qui occupera également les lieux publics le temps d’une installation élégante et naturelle (du 5 au 28/02).

Dominique de Séguin, femme de talent et sculpteur du bronze installera ses réalisations inspirées par l’amour – elle utilise les technologies du 3ème millénaire – informatique, laser et water jet – pour créer des stèles en acier ou en marbre. Grâce à l’harmonie des correspondances Yin Yang, les complémentarités du vide et du plein, du linéaire et du binaire se révèlent (du 10 au 17/02).

Sarah Caron, femme de terrain, photojournaliste passionnée et passionnante, Prix Canon de la Femme Photojournaliste en 2012, posera son exposition « FASHIONISTAS – Pakistan, Birmanie, Cuba » pour montrer une réalité que ne reflètent pas toujours les medias du monde occidental : la  société civile, les désirs les plus élémentaires, la capacité de rêver de la mode au Pakistan, de choisir le couple – hétéro ou homo- que l’on souhaite dans sa vie (Cuba), ou d’imiter le monde occidental (du 1er au 31 mars).

Artidot, agent d’artistes, invitera les représentants de la scène contemporaine brésilienne à l’occasion de l’exposition Magic Brésil : « pays continent » qui a toujours fait rêver, il regorge de talents dont l’expression variée et haute en couleur est teintée de charme et sensibilité (du 2 au 28/04).

Arnaud Kasper, sculpteur français dont l’œuvre s’exporte en Chine, aux Usa et au Moyen-Orient, installera ses pièces monumentales dans les espaces publics de l’hôtel : dans son univers se côtoient les thèmes mythologique, équestre, maritime et animalier. Entre classicisme et modernité, son travail dégage force et émotion (du 1er mai au 11/06).

Thom Thom, artiste urbain français, exprime son talent depuis l’année 2000 en découpant des affiches publicitaire. Influences conscientes et revendiquées : Villeglé et l’esthétique lettriste – situationniste, Mimmo Rotella ou encore Raymond Hains. Ses outils en main, il détaillera une œuvre en direct sous forme de work in progess (du 12/06 au 31/07).

Simultanément et jusqu’à fin juillet, sur les murs de la Brasserie du Lutetia, carte blanche est donnée à des photographes inspirés et détonants :

  • Olivier Pinchart Deny: ses « Stranges Cities » délivrent de la chape de plomb du réalisme et dévoilent des figures géométriques aériennes. L’artiste ose : on pourra bientôt bâtir des métropoles en plein ciel ! (du 2/02 au 31/03).
  • Dominique Dubois : en partenariat avec la Galerie ENVIE D’ART le photographe offre une approche esthétique « des lieux en marges » et oriente son travail dans une appréhension graphique d’une mise en scène des espaces entre eux (du 2/04 au 31/05).
  • Philippe Exbrayat : lauréat au Concours International de la Photographie Culinaire 2012, fin gourmet et ayant collaboré à de nombreux ouvrages culinaires, il exposera un florilège de ses réalisations et invitera le Chef des cuisines du Lutetia, Philippe Renard, à mettre en scène ses produits de saison ! (du 1er juin au 31/07).

 

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité