• Participez au sixMic Crowfunding !

Les Âmes Grecques de Nikos Aliagas

Nikos Aliagas

Nikos Aliagas a commencé à photographier les personnes qu’il croisait « par peur de ne plus les revoir », créant ainsi ses albums de rencontres et, poursuit depuis toujours un travail photographique personnel. Dans ce monde qui bouge si vite, il veut capter un instant significatif, un regard, un mouvement, un détail. Une rencontre avec un homme ou un lieu. Ces instantanés, il les a faits d’abord pour lui. Puis est venue l’envie de les partager. Après les grands formats montrés à la Conciergerie dans l’exposition « Corps et âmes », Nikos Aliagas va plus loin et présente une quarantaine de tirages sur la Grèce. Sa Grèce, une Grèce éternelle. Des hommes fiers de leur passé, de leur histoire, de leur pays. Des lieux chargés d’émotions. S’il a choisi d’appeler cette exposition « Âmes grecques » c’est que chaque cliché cherche à révéler l’intime et l’indicible.

« Photographier la Grèce, le pays de mes ancêtres. Mais quel angle de vue saisir ? Quelle réalité ? Celle des îles où ciel et mer s’épousent dans des dégradés de bleu, de blanc et de feu ? Immortaliser la Grèce éternelle, celle qui résiste encore à travers ses vestiges ? Ou enfin une Grèce des actualités, celle de la crise qui enlise et divise les gens ? Les images ne manquent pas, les paradoxes non plus. Ce qui m’attire le plus dans ce pays d’ombres et de lumières, c’est précisément ce que ne dit pas la photo, l’âme d’un peuple. Les silences d’un regard qui vous observe, l’habitacle mystérieux d’un bateau de pêche et les mains écaillées de son capitaine… La Grèce de l’errance et du voyage, là où hommes et femmes portent encore des prénoms millénaires, là où les dieux se métamorphosent dans un rayon de lumière puisque « le soleil est nouveau chaque jour » comme le murmure Héraclite. J’aime ce pays où les poètes s’interrogent plus qu’ils ne s’extasient au quotidien comme « le sel » si cher à Kazantzakis « qui empêche la vie de pourrir » Nikos Aliagas

Photo : Paros  © Nikos Aliagas

Interview de Nikos Aliagas et Julie Pellegrin

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Chromologie - Thilart -Chemin de fer

Chromologie by Thilart au Carré

L’artiste photographe Thilart, connu pour ses œuvres relevant de la la xième dimension à ...

Israël-Arino

Israel Ariño « Le nom qui efface la couleur »

Le photographe espagnol, Israël Arino, expose et présente son livre « le nom qui efface ...

Françoise Pétrovitch dans son atelier à Cachan © Hervé Plumet

Françoise Pétrovitch s’expose en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur invitent Françoise Pétrovitch à concevoir un parcours en trois expositions ...