Le Théâtre de la Fenice de Venise fête les 10 ans de sa réouverture

la Fenice de Venise

La Fenice de Venise a connu un succès sans précédent en 2013 avec un total de 118 représentations auxquelles ont assisté 96 000 spectateurs. Ce sont ces mélomanes avertis venus des quatre coins du monde dont de nombreux français, qui ont fait de la Fenice l’une des institutions lyriques les plus dynamiques et les plus créatives d’Italie. Cristiano Chiarot, surintendant de la Fenice et son directeur artistique Fortunato Ortombina, ont élaboré une programmation aussi riche que variée pour l’année à venir avec 125 représentations d’opéra, 8 nouvelles productions, 7 œuvres de répertoire et un ballet.

Place à la redécouverte avec la mise en scène de Pier Luigi Pizzi d’Alceste de Gluck ; la version italienne de cet opéra est rarement représentée et fera l’événement au printemps 2015. L’attention au baroque sera confirmée aussi par une version scénique de l’oratorio Juditha triumphans de Vivaldi, avec Manuela Custer dans le rôle-titre.

Une collaboration artistique avec la Biennale de Venise en 2015
Après la production de Madame Butterfly conçue en 2013 par l’artiste japonaise Mariko Mori, c’est au tour de l’opéra Norma d’être revisité par une des plasticiennes les plus en vue du moment, l’afro-américaine Kara Walker pour une nouvelle mise en scène du chef d’œuvre de Bellini, réalisée en collaboration avec la Biennale de Venise.

Un metteur en scène prometteur signe une nouvelle production de la Flûte enchantée
Après la trilogie Don Giovanni, Le nozze di Figaro, Così fan tutte, l’enfant prodige de la mise en scène italienne Damiano Michieletto, régulièrement invité au Festival de Salzbourg et qui vient de débuter à l’Opéra Bastille, poursuivra son projet Mozart à la Fenice avec une nouvelle production de La Flûte enchantée, avec le Papageno d’Alex Esposito.

Le répertoire français à l’honneur
La voix humaine de Francis Poulenc trouvera une interprète d’exception en Ángeles Blancas Gulín, soprano espagnole déjà applaudie à Venise pour ses mémorables interprétations de Lou Salomé de Sinopoli et L’affaire Makropoulos de Janáček.

Une chorégraphie de John Neumeier dans le Cour du Palais des Doges
La danse sera à l’affiche en été avec le retour à Venise du ballet en six mouvements de John Neumeier sur la Troisième symphonie de Gustav Mahler,n quarante ans après la première italienne sur la Place Saint-Marc.

Un programme riche en sons et en couleurs grâce à des moyens importants provenant du cercle de mécènes Il Circolo, confié à Jérôme Zieseniss depuis 2010 et grâce auquel de nouvelles productions sont montées chaque année et qui contribue largement à faire rayonner La Fenice à l’international.

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

theatre menilmontant

L’amour sera convulsif ou ne sera pas…

Après le Festival d'Avignon et la Manufacture des Abbesses en début d'année, c'est au ...

Thom Trondel

Vol pané pour Thom Trondel

Depuis 2010, Thom Trondel s’est petit à petit immiscé dans nos vies jusqu’à devenir ...

La tragédie est le meilleur morceaux de la bête

« La tragédie est le meilleur morceaux de la bête »

La thématique de la Grande Guerre inspire, une nouvelle fois, l'univers si singulier de ...