Laurent Strouk expose Robert Combas au Grimaldi Forum

Combas Robert

« Je fais du mal fait bien fait » : Laurent Strouk expose Robert Combas au Grimaldi Forum à Monaco

Robert Combas, né à Lyon, France en 1957, est aujourd’hui considéré, comme l’un des artistes français vivants les plus importants de notre époque. Il est le chef de file du mouvement artistique baptisé par BEN au début des années 80 La Figuration Libre. Son oeuvre traite une multiplicité de sujets, son imaginaire se déploie sans limite. On peut tenter de décrire sa peinture par moult adjectifs sans pour cela réussir à la saisir complètement. Elle est libre, colorée, grotesque, drôle, sensuelle, sexuelle, violente, historique, protéiforme, énergique, énergétique, spontanée, mais aussi ; plus intelligente et plus conceptuelle que ce que l’on peut croire à première vue… Alors qu’il passe en 1980 son diplôme national des beaux arts à Saint-Etienne, il est repéré par Bernard CEYSSON (alors directeur du musée de Saint-Etienne) et par les marchands d’art Bruno Bischoberger et Daniel Templon. En 1982, il démarre avec le marchand d’art Yvon Lambert une collaboration fructueuse qui durera plus de dix ans. Dès 1982, il expose aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie… le mythique marchand américain Léo Castelli lui consacre deux expositions personnelles (1983 et 1986) dans sa galerie à New York.

L’artiste au début des années 80, revendique ainsi : « la Figuration Libre c’est faire le plus possible, ce qu’on veut le plus personnellement, le plus librement ». Lui-même aime à brouiller les pistes en définissant sa peinture ainsi : « Je fais du mal fait bien fait ». Cette approche spontanée de la peinture reste sa façon de vivre et de peindre, mais en 35 ans de carrière, l’oeuvre s’est étoffée et complexifiée car Combas n’est jamais là où on aimerait qu’il s’arrête…

Fan de rock, fou collectionneur de vinyles, la musique fonde véritablement son rapport à la peinture. Elle fût le coeur du sujet pour sa grande rétrospective au MAC de Lyon en 2012, « Greatest hits ». Depuis 2010,  il compose en duo  avec Lucas Mancione le groupe LES SANS PATTES qui expérimente davantage la performance, la prise de risque étant le mouvement intrinsèque de l’art de Combas.  Dans l’infinie liberté de sa figuration, tel Picasso, Combas joue avec les visages et les corps. Ses tableaux sont un jeu de couleurs, de formes et de motifs, rappelant l’Art brut de Jean Dubuffet. Apparue à la fin des années 70, la peinture de Combas a eu d’emblée pour effet de bousculer les conceptions esthétiques de l’époque. Affranchi de tout mouvement, profondément libre et peintre, Robert COMBAS poursuit aujourd’hui ses combats…

Laurent Strouk a pensé cette rétrospective comme une explosion de joie, de couleurs, d’énergie de vitalité! Sur plus de 4000 m2, une centaine d’oeuvres majeures des années 80/90, provenant de collections privées et d’institutions publiques, seront présentées autour des thèmes chers à l’artiste : l’amour, la femme, les batailles, la religion, la mythologie, la musique, les scènes de genre…

Voir aussi sur artsixMic : c-comme-charismatique-c-comme-creatif 

grimaldi forum

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Feng Hatat

Feng Hatat « Made in China* 中国制造 »

Photographe professionnelle depuis 2005, Feng Hatat n’a eu de cesse de multiplier les expositions ...

Festival copy

Le Festival du Regard 2016

Le Festival du regard, c’est Éric Vialatel, qui a décidé d’installer la photographie dans ...