La pluridisciplinarité du mexicain Jorge Ayala

Jorge Alaya Luminaires

S’il fallait résumer Jorge Ayala en un seul mot, « génial » serait celui qui conviendrait le mieux à cet artiste d’origine mexicaine ; génial, car comme tous les génies, il allie le talent, la dextérité et la qualité esthétique qu’il conjugue afin d’obtenir une synergie entre architecture, design et mode, synergie reposant sur une recherche autour du mouvement, des lignes et des volumes.

Après des études à la prestigieuse Architecture Association of London et passionné par l’art digital, il fonde à Paris la AA Visiting School en partenariat avec l’école londonienne et le Musée des Arts Décoratifs.

Hébergée au sein de ce dernier, il y développe « L’AAtelier », workshop international d’expérimentation où pratique s’articule avec théorie ; pluridisciplinaires, les ateliers concernent le corps, l’enveloppe et le vêtement ; ils mettent en oeuvre des projets de recherche appliquée à l’architecture, à la mode et au design, la conception des produits comprenant leur marketing et communication, ce qui a débouché sur des collaborations, entre autres, avec Louis Vuitton, United Nude et Alexander Mc Queen.

Jorge Ayala, dans son approche qui se veut paysagère et post-digitale, prône une fabrication artisanale et low-tech des objets qu’il obtient par des manipulations de matériaux variés et hétéroclites auxquels il fait subir des transformations (moulage, coulage, assemblage…), des réactions, des altérations chimiques et matérielles (érosion, corrosion…) pour obtenir des prototypes et maquettes uniques au sortir du processus de fabrication.

En 2011, il crée sa propre agence, [Ay]A Studio à Paris dédié à la recherche de pointe et à l’expérimentation matérielle, et devient la même année le plus jeune membre du jury de l’histoire des RIBA President’s Medals Student Awards..

[Ay]A STUDIO s’engage dans les champs du design, de l’architecture et du paysage urbain et pour agrandir son champ d’investigation, il décide de créer sa propre marque de vêtements, « Jorge Ayala Paris ». Son agence de création et de design se conjugue avec sa ligne de prêt à porter et de haute-couture, la synergie de l’ensemble imposant une approche autant innovante qu’unique d’une architecture à l’échelle du corps.

En créant sa marque, Jorge Ayala est sorti du côté purement expérimental de la création pour devenir un créateur à juste titre, à la tête de véritables collections.

Parallèlement, cet infatigable touche à tout développe un département art de vivre et crée mobilier, luminaires et papiers peints oscillant constamment entre design et œuvres d’art. Tous les dessins de ce jeune designer sont avant-gardistes, faisant appel aux techniques les plus performantes et avancées pour matérialiser ses imprimés. Son style unique puise ses racines dans l’architecture, l’espace, la forme, la matière, en tenant compte des problématiques actuelles que soulèvent la publicité, le marketing et l’image.

Cette recherche conceptuelle qui rythme toutes ses créations, Jorge Ayala les poursuit et en débat lors des conférences qu’il anime à l’international dans les universités de Toronto, Lausanne, Paris, Rome, en Sardaigne, à Pékin, Nanjing et autres.

Il dirige aussi le Laboratoire Landscape Urbanism de l’Ecole Spéciale d’Architecture à Paris, un atelier de design engageant des systèmes à grande échelle et des stratégies organisationnelles complexes. Le travail du Landscape Urbanism ESA a été présenté dans de nombreuses publications en ligne et récemment exposé à la Galerie d’Architecture de Paris.

Jorge Ayala a également dirigé des ateliers en Basse Californie et au centre du Mexique, à la Faculté d’Architecture d’Alghero et, dans le cadre du Landscape Urbanism de la AA, au Royaume Uni et en Chine. Il est professeur invité à L’EPFL et au TEC de Monterrey au Mexique. Il est jury invité à l’Ecole d’Architecture de Paris Malaquais et à l’Université Cornell à Rome.
Jorge Ayala : l’itinéraire d’un précurseur.

Jorge Ayala

A VOIR PROCHAINEMENT

Voir aussi sur artsixMic: Interview, Rencontre avec Jorge Ayala

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Alain Fouray

Alain Fouray « RE-CYCLAGES » à l’Orangerie du Sénat

Photographe né à Rouen en 1952, Alain Fouray vit et travaille à Paris. Après ...

Nobuyoshi Araki, 'Polanography', 2016, two Polaroids cut in the middle and attached, 10.8x8.9cm, Unique, Unframed

Nobuyoshi Araki en Polanography

La galerie &co119 présente du du 8 avril au 25 juin, l’exposition « Polanography ...

Catherine Houard - Madeleine Roger-Lacan, Peluches entassées #2, 2015, Huile sur toile, 50 x 65 cm

Les rendez-vous de Février à la galerie Catherine Houard

Catherine Houard propose de découvrir et de soutenir la jeune génération, celle des artistes ...