La Calligraphie Persane avec Maître Bahman Panahi

Calligraphie Persane - Maître Bahman Panahi

Bahman Panahi  « La calligraphie n’est pas une pratique du passé. En occident, elle est plutôt associée aux livres. En Iran, elle est plus spectaculaire, souvent associée à l’architecture. En associant calligraphie et musique, on peut faire un parallèle entre le noir et le blanc, le silence et le son.« 

Les 7,11,14,18,21 et 25 octobre, Fabriano boutique, célèbre l’art ancestrale de la calligraphie,  par la mise en place d’atelier découverte. Pour apprécier véritablement ce beau savoir, qui joue à la fois sur le corp  et l’esprit, c’est Maître Bahman Panahi qui en personne vous initiera à l’acquisition des mouvements et des beaux gestes à acquérir, pour mettre en encre vos premières créations. Le coût de l’atelier est de 450€ pour 6 sessions de 2 heures chacune (19h et 21 heures). Chaque session est au prix de 75€+ 60€ de matériel, il vous sera offert à partir de la troisième session.  Pour tous renseignements : 01 49 87 11 95 ou par mail à : faboutique23@fabiano.com

Maître Bahman Panahi

Maître-calligraphe et musicien persan, Bahman Panahi a suivi l’enseignement des grands maîtres iranien de la calligraphie (Gholam Hossein Amirkhani, Abdollah Foradi, Yadollah Kaboli). Parallèlement, il a étudié le setâr (instrument à trois cordes) et le târ (luth à long manche) auprès de Attollah Zahed Shirazi, Houshang Zarif et Mohammad Reza Lotfi, grands maîtres de la musique classique persane.Dans l’œuvre de Panahi, musique, calligraphie et poésie entretiennent une relation intime. Dans ses calligraphies, il sublime les textes des grands poètes persans (Roudaki, Rûmi, Saadi, Hafez) et, dans la musique, la rigueur de la pulsation et des envolées musicales rappelle les points et les lignes de la calligraphie. « La calligraphie et la musique sont les arts les plus proches », souligne Bahman Panahi. (Source Ambassade de France)

Passionné par son art Bahman Panahi anime des atelier de calligraphie. « La calligraphie, dit -il, n’est pas une pratique du passé. En occident, elle est plutôt associée aux livres. En Iran, elle est plus spectaculaire, souvent associée à l’architecture. En associant calligraphie et musique, on peut faire un parallèle entre le noir et le blanc, le silence et le son. »

Qu’est ce que la calligraphie ?

Art de la « belle écriture » élégante et appliquée pour les uns, exercice spirituel pour les autres, latine ou orientale, elle est le fruit d’un dur apprentissage pour maîtriser styles et ductus ; sur la base de règles très strictes, elle offre au calligraphe le moyen d’exprimer sa sensibilité, comme la musique au musicien. Énergie et concentration sont trouvées dans le souffle et une bonne tenue générale du corps ; des rythmes convenus ou inspirés animent les doigts et l’articulation du poignet. Dans la calligraphie islamique, direction des lignes, épaisseur des traits, longueur des étirements, emplacement des points contribuent ensemble à l’équilibre général d’une œuvre. En Chine et au Japon, tout « lettré » se doit de savoir bien tenir son pinceau. Les outils sont préparés avec soin avant d’éterniser, dans le petit fragment d’univers de la page, le désir audacieux de l’homme d’un instant de perfection . Pour les Egyptiens, l’écriture est inséparable de l’art, elle doit être belle car elle ne figure pas seulement la parole mais aussi la réalité du monde à laquelle elle assure l’immortalité.

La calligraphie persane

Empruntée aux Arabes depuis le Xe siècle, l’écriture persane, très imparfaite dans sa notation phonétique de la langue persane, a su mettre à profit ses ambiguïtés graphiques pour développer, à des fins poétiques, des recherches d’esthétique formelle. Elles ont abouti à une fructueuse réflexion sur l’écriture qui devait naturellement encourager l’épanouissement de l’art calligraphique. Lié au respect de la parole sacrée du Coran, cet art s’impose aussi en raison de l’importance de l’art du livre dans les cours de culture persane où, depuis le Moyen Âge la tradition culturelle associe la figure du prince lettré, du calligraphe et parfois aussi du poète. (Source BNF)

A lire aussi sur artsixMic :
L’Aventure de la calligraphie présenté par Colette POGGI et BANG Hai Ja
Fabriano Boutique pour les adeptes des loisirs créatifs

Le Maître et ses élèves

Informations pratiques :

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

identité usurpation

L’usurpation d’identité : un risque plus élevé pendant les vacances ?

Une étude réalisée par Toluna pour Affinion International révèle ainsi que 34% des Français ...

Black Lilys

Portrait d’artiste : Black Lilys

C'est l'histoire de Camy et Roby, une soeur qui fait chanter son frère et ...