Francesca Piqueras se pose à l’hôtel Jules & Jim

Francesca Piqueras

Francesca Piqueras  » Je photographie ce que l’homme construit pour des raisons économiques ou guerrières. »

On pourrait s’y méprendre, mais non, Jules&Jim est bien un hôtel et non une galerie d’art comme on pourrait d’emblée le supposer lorsque l’on y pénètre ! Il faut dire que son entrée est des plus trompeuses, sans parler de son bar et de sa cour intérieure où l’on a l’impression d’évoluer au sein d’une galerie photo ! Cela fait déjà quatre ans que l’hôtel collabore avec les plus belles galeries photographiques parisiennes et accueille même occasionnellement des artistes Street Art.

On y retrouve, toujours avec le plus grand plaisir, pour cette rentrée 2016, l’artiste photographe Francesca Piqueras qui, depuis près de dix ans, nous régale de clichés aussi atypiques que talentueux. « Je photographie ce que l’homme construit pour des raisons économiques ou guerrières. Pour ses besoins l’homme crée des architectures d’une incroyable invention. Ils les construisent dans des situations extrêmes et d’une façon qui peut-être contestable. Mais mon propos n’est pas de dénoncer. Au contraire, la folie de l’homme, ses paradoxes et ses contradictions m’intéressent.Le point culminant de l’esthétisme de ces objets est me semble-t-il, quand la nature reprend ses droits. Le temps, la rouille, le délabrement réinventent ces architectures en sculptures et réécrivent poétiquement l’histoire de l’homme. Notre histoire ». Explique-t-elle.

Artiste et fille d’artistes, elle grandit au sein d’une famille proche de Marcel Duchamp, Man Rayet Salvador Dali, et se découvre à 13 ans, une passion pour la caméra vidéo et l’appareil photo qu’elle reçoit alors en cadeau. Sa première exposition remonte à 2007, et elle marque définitivement les esprit en 2011 avec «l’Architecture de l’Absence», série prise sur les chantiers de démantèlement de bateaux du Bangladesh, puis, l’année suivante «l’Architecture du Silence», photos de cargos sabordés en dehors de toutes règles de droit, en Mauritanie. Son travail se poursuit avec « FORT » (2014), « PANIC POINT » (2015) & « PHOENIX » (2016).

Avec cette nouvelle exposition à l’hôtel Jules & Jim où Francesca Piqueras nous livre 10 de ses photographies, l’artiste poursuit son investigation entreprise depuis 2011, menant désormais plusieurs projets de front, sur d’autres vestiges industriels, de par le monde. Elle est représentée par la Galerie de l’Europe.

Francesca Piqueras
Exposition du 22 septembre au 22 novembre 2016

Hôtel Jules & Jim
11, rue des Gravilliers
75003 Paris

www.hoteljulesetjim.fr

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

tarik-kiswanson

Tarik Kiswanson, Ongoing Reflection

Les créations sculpturales de Tarik Kiswanson vous attendent en la sacristie du Collège des Bernardins, ...

Rébecca Topakian

Echanges de vues avec les conversations photographiques Olympus

Chaque artiste est plus ou moins tributaire des influences du monde extérieur, nourrissant sa ...