Caro Worboys « Nature » à l’Espace des femmes-Antoinette Fouque

Caro Worboys

La recherche artistique de Caro Worboys puise ses racines dans toutes ses passions : la photo, le dessin, la peinture et le théâtre. Après une école d’art à Paris, elle entame sa carrière en tant que photographe de théâtre, réalisant des portraits en noir et blanc. Puis, elle rejoint Londres pour y suivre une formation au Camberwell College of Arts de Londres afin de s’y initier à la sérigraphie et à la gravure tout en approfondissant son travail photographique sur la femme, la famille, l’enfant et les relations mère enfant.

Les techniques de la sérigraphie vont lui permettre d’apporter, avec talent originalité, de la couleur dans ses photos, en leur conférant matière et volume. Caro Worboys, de photographe, devient plasticienne.

« Le médium photographique me permet de relier le passé au présent. L’utilisation des méthodes de sérigraphie, de relier mes images aux peintres d’avant ; médium me permettant de m’approprier ces images et de réveiller en moi des émotions enfouies, de leur donner une autre dimension et d’utiliser la forme plasticienne ; et c’est là que se mélangent ma réalité et mon imaginaire ». explique-t-elle Caro Worboys vit et travaille au pays Basque ; ses travaux sont régulièrement exposés en France et en Angleterre.

L’espace des femmes l’accueille en cette fin d’année 2014 avec son sujet de prédilection : les femmes ; mais ce sont cette fois-ci des femmes en symbiose avec une nature qui tour à tour fait d’elles des feuilles, des troncs, arbres, forêt ou rivière… Des sérigraphies emplies de quiétude, de douceur et de sérénité, gorgées de calme et de silence et nous faisant prendre conscience de la force du pouvoir d’attraction que la nature opère sur nous. Des sérigraphies dont la fraîcheur et l’indéniable talent ont le pouvoir de suspendre le temps.

Photo : Caro Worboys

Exposition du 11 décembre au 20 janvier 2014

Espace des femmes-Antoinette Fouque
35 rue Jacob 75006 Paris
Le site de l’espace des femmes : www.desfemmes.fr

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Daniel Flammer

Daniel Flammer « Les anneaux musicaux »

En une vingtaine de dessins, dont plusieurs grands formats spectaculaires, Daniel Flammer nous emmène ...

Galerie Catherine Houard Jean-Baptiste-Hugo,PALIER-

Galerie C. Houard : Marie Hugo & Jean-Baptiste Hugo

Marie Hugo et Jean-Baptiste Hugo présentent leurs visions de la maison de l'écrivain, à ...

StreetArt : L’innovation au cœur d’un mouvement

Street Art est un art en constante évolution; il puise ses racines dans les ...