Une donation exceptionnelle de 663 oeuvres de Foujita à la Ville de Reims

Léonard Tsuguharu  Foujita
Léonard Tsuguharu Foujita, Cagnes, 1918, Huile sur toile © ADAGP

Reims était déjà un lieu de référence autour de Léonard Foujita. C’est là que Tsuguharu Foujita, visitant la basilique Saint-Remi en compagnie de René Lalou, directeur de la maison de Champagne Mumm, décide de se convertir au christianisme. Là aussi, qu’il reçoit en son nom de baptême, Léonard, le 14 octobre 1959. Là encore, qu’il fait édifier une chapelle – Notre-Dame-de-la Paix – consacrant entre 1963 et 1966 plusieurs années de travail à cette oeuvre d’art total : il en conçoit l’architecture, les vitraux, les ferronneries, les sculptures et réalise près de 100 m² de fresques à l’intérieur avant d’en remettre les clefs à la Ville de Reims. Enfin, c’est à Reims que l’artiste, décédé en 1968, repose aujourd’hui – rejoint en 2009 par son épouse Kimyo Foujita.

Du peintre, la Ville de Reims était déjà dépositaire de dix oeuvres. Ses collections proposaient aussi trois oeuvres, reçues en legs de la part de Kimiyo Foujita en 2009 (La Vierge Miraculeuse, La Vierge Nourricière et La Madone). Aujourd’hui, la nouvelle donation, estimée à 1 710 000 euros, concerne 663 oeuvres, dont 15 peintures, 4 vitraux, 7 verreries, 9 céramiques, 4 boîtes, 6 tempera sur medium, 9 lithographies d’autres artistes (Degas, Cocteau, Dali, Lhote, Villon et Vieuxblé) ainsi que 607 oeuvres d’arts graphiques, dont la plupart sont des dessins préparatoires des fresques et vitraux de la chapelle.

Le musée des Beaux-arts

« Le nouveau musée des Beaux-arts s’efforcera de valoriser au mieux cette collection : nous avons donc choisi de consacrer une salle entière au peintre dans le nouveau musée des Beaux-arts » précise Adeline Hazan, Maire de Reims. La salle Foujita, sur une surface de 240 m², prendra place au coeur du futur musée qui devrait ouvrir en 2018. Une plaque y indiquera le nom des 12 héritiers de Kimiyo Foujita, donateurs des 663 oeuvres. Certaines oeuvres, les peintures en particulier, y seront exposées de manière permanente. Mais le grand nombre des dessins permettra aussi des roulements thématiques : les enfants, les vues de Paris, les visages du Christ… « Cette donation ne doit pas être une fin en soi, elle doit surtout être l’occasion de poursuivre un véritable travail de mise en valeur d’une oeuvre exceptionnelle, sans doute celle du plus grand peintre japonais du XXe siècle. »

La signature de la donation, qui aura lieu jeudi 21 mars à 16 h 30 à l’Hôtel de Ville de Reims, sera suivie, vendredi 22 mars à 10 h 30, d’une messe donnée en la Chapelle Notre-Dame-de-la-Paix, en la mémoire du peintre et de son épouse décédée le 2 avril 2009.

Extrait du journal (probablement celui commencé le 27 août 1958) du peintre Foujita –  2 novembre 1964

Entrant dans mes dernières années de vie, je prévois de construire une Chapelle. Je veux terminer ma vie en peignant les fresques de cette Chapelle. Ensuite, je dormirai dans cette Chapelle. Je suis confiant dans le fait que les gens me laisseront y dormir. Ce n’est pas un problème de dormir seul. Je compte demander à quelqu’un de laisser mon épouse me rejoindre plus tard. Je ne serai ainsi pas seul pour dormir car nous serons deux. Ainsi sommes-nous mari et épouse devenu un seul être dans la vie. Je souhaite pouvoir dormir aussi longtemps que possible.

Si cela est possible, je veux créer un musée avant de mourir. Je vais investir mon argent pour le réaliser. Je veux que mes peintures soient rassemblées et non éparpillées, gardées dans ce musée. Il n’est pas important que les autres objets soient ailleurs. C’est là ma fierté en tant qu’artiste et peintre de voir mes oeuvres perdurer. Je suis confiant à propos de cela car je ne me mens jamais à moi-même lorsque je peins mes tableaux.

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité