Roger Moukarzel « So Close, Si Loin Si Proche » à la Singapore Art Fair

singapore art fair

Roger Moukarzel se passionne pour la photographie dès l’âge de 15 ans, alors que la guerre a déjà commencé au Liban. Il collabore comme photojournaliste avec les agences Sygma et Reuters et ses photos témoignent de la violence des combats tout en soulignant la capacité de résistance des habitants. Ses photographies sont publiées dans les plus grands magazines internationaux, notamment Paris Match, qui a choisi l’un de ses clichés pour faire la couverture du numéro spécial de son 40e anniversaire.

Après 10 ans de photojournalisme centré sur la guerre et ses désastres, Roger Moukarzel décide de changer radicalement d’objectif. Il consacre alors son travail à la célébration de la vie et de la beauté. Présentés sous le titre « Trait Portrait », ses photographies sur les communautés druzes et maronites du Liban sont exposées en 1998 à la Municipalité de Beyrouth dans le cadre du mois de la photo et lui valent le Prix du Ministère français de la Culture.

Cette exposition a été accueillie, à Paris, la même année à la Maison Européenne de la Photographie, puis en 1999 à l’Institut du Monde Arabe. Depuis 1995, ses photographies personnelles sont régulièrement exposées au Liban et en France, mais aussi au Caire, à Dubaï, à Abu Dhabi, à Sharjah et à Amman.

Plus récemment à Copenhague, le Musée Louisiana a organisé une exposition de ses photographies et vidéos d’art. Ses portraits et ses paysages, traitant de la mondialisation, délivrent à travers des métaphores visuelles sa croyance immuable en l’humanité, chez tous les « hommes de bonne volonté », au-delà des nations et des religions.

Dans le cadre de l’édition inaugurale libanais Roger Moukarzel présente en première mondiale la vidéo « So CLOSE, SI LOIN SI PROCHE » sur le mur digital du SUNTEC. Ce mur, qui monte à 15 mètres composé de près de 700 écrans LED est inscrit au livre Guinness des records. Surnommé « The Big Picture », il est l’un des emblèmes de la vitalité culturelle et économique de Singapour. A travers cette oeuvre, il réinterprète la notion d’une immense contrée ME.NA.SA., avec ses cultures multiples et contrastées, qui s’effleurent,  se juxtaposent et qui, mises bout à bout partagent un même imaginaire : So Fare, So Close.

Du 27 au 30 novembre 2014, SINGAPORE ART FAIR  accueillera une soixantaine de galeries internationales. SINGAPORE ART FAIR s’inscrit, dans la continuité de BEIRUT ART FAIR, plateforme spécialisée sur l’art de la région ME.NA.SA..

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Jorge Alaya Luminaires

La pluridisciplinarité du mexicain Jorge Ayala

S’il fallait résumer Jorge Ayala en un seul mot, « génial » serait celui ...

Marion Baruch - Le Parti pris des nuages

Le parti pris des nuages de Marion Baruch

« Le parti pris des nuages » est la première exposition personnelle de Marion ...

Grataloup - Pommier Lumière

Grataloup au Château de Vascoeuil

Guy Rachel Grataloup est né à Nantua en 1935. Admis à l’École Normale Supérieure ...