Pierre Jahan « A l’ombre des rois, lumière et jeu de la photographie »

PIERRE JAHAN

Proche de la Basilique et installé dans les bâtiments de l’ancien couvent des carmélites, le musée d’art et d’histoire de Saint-Denis propose pour sa saison hivernale la seconde exposition muséale de l’oeuvre photographique de Pierre Jahan (1909-2003) après celle du musée Réattu d’Arles en 2010. Né à Antibes en 1909, Pierre Jahan a toujours assimilé photographie avec passion, liberté et disponibilité. C’est la revue « Plaisir de France » qui publie ses premières photographies professionnelles ; A la même époque, il expose avec Ergy Landau, Laure Albin Guillot, François Kollar, Rogi André, Henri Cartier-Bresson, Man Ray…

Il est membre dès 1936 du Rectangle fondé par Emmanuel Sougez, puis du Groupe des XV en 1950. Pierre Jahan se considère comme un illustrateur, ce terme révélant toute son humilité et le lien étroit qui unissait à ses yeux ses photographies au livre, au texte et à la commande.

Pierre Jahan a contribué à la rédaction de nombreux itinéraires touristiques et architecturaux, reportages industriels et campagnes publicitaires de 1945 à 1970. Mais ses 70 ans de carrière photographique sont marqués de travaux personnels diversifiés, relevant tant de la photographie naturelle directe et rayonnante que de celle révélant les étrangetés d’une veine surréaliste et fantastique.

Ses oeuvres sont présentées dans les collections du Musée national d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou, de la Bibliothèque nationale de France, des Musées de la Ville de Paris (musée d’Art Moderne, Carnavalet, Bibliothèque Historique), du Museum of Modern Art de New York, du Houston Fine Arts Museum, de l’Art Institute of Chicago et beaucoup d’autres collections institutionnelles et privées aux USA et en Europe.

Le fonds photographique du musée de Saint Denis témoignant des grands bouleversements du XXèsiècle, les travaux de Pierre Jahan, témoignant de cette époque, ne pouvaient trouver meilleur écrin pour être exposés. Dans la salle du chapitre seront placés l’ensemble des Gisants de la Basilique ainsi que la série de photos qui vont de pair avec les quatrains du poème de Jean Cocteau (1923) et magnifient la sensualité du couple.

Dans le pavillon Louis XV sera sublimé le surréalisme poétique à l’enseigne de Paul Éluard, photos- montages et collages accompagnent des poésies anciennes choisies par l‘artiste. Le Prédiscop jeu divinatoire créé par Jahan prouve de son intérêt pour les surréalistes. Quant aux photographies de l’exposition surréaliste de 1938, exposées pour la première fois, elles proposent un reportage de la Rue surréaliste.

La tribune de Mesdames sera consacrée aux visions nocturnes et troubles de lendemain de guerre de Jahan. Les puces de Saint-Ouen, autre terrain favori de Jahan dès 1930, tout comme des Surréalistes d’ailleurs, favorisent son goût pour l’étrange et les rapprochements cocasses. Publicités et images du monde du travail présentées dans l’exposition ont été choisies au plus près des entreprises du territoire : réseaux ferroviaires, verrerie et flaconnage, Christofle, Gaz de France …

L’exposition réunit plus d’une centaine de tirages d’époque, provenant de collections publiques et privées et est accompagnée d’un catalogue en coédition avec les éditions Loco. Couronné par 3 prix prestigieux, en 1982 le Prix Européen des Musées, en 1995 celui du Grand prix du Tourisme Paris Ile-de-France et en 2009 celui du Prix Musée en famille, le musée d’art et d’histoire a acquis une reconnaissance nationale et internationale.

Outre ses collections d’œuvres photographiques, le musée propose également des œuvres d’Albert André, de Paul Éluard, Francis Jourdain et George Besson, un Fonds de la Commune de Paris, unique en France et une impressionnante collection d’archéologie médiévale.

Enfin, toujours soucieux d’améliorer sa communication sur Internet, le musée d’art et d’histoire vient de se doter d’un nouveau site Internet : www.musee-saint-denis.fr qui permet d’informer les visiteurs sur la programmation, les collections et de préparer sa visite grâce au programme des actualités.

Photo : PIERRE JAHAN PARIS CHANTE SA NUIT – NOTRE DAME – janvier 1945 Tirage d’époque sur papier argentique noir et blanc, 23,3 x 18,1 cm, avec poésies manuscrites de l’auteur en bas de chaque feuille de la maquette originale de l’album © Pierre Jahan. Courtesy galerie michèle chomette, Paris.

Informations pratiques

Pierre Jahan

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

fait à cuba

Fait à Cuba présente « Sillons de cultures »

A l’initiative de l’association culturelle «Fait à Cuba», dans le cadre du XXème anniversaire ...

gastronomie ©pink candy-Fotolia.com

La Savoie Mont Blanc estivale : La gastronomie

C'est l'une des régions les plus gastronomiques de France où les restaurateurs s'associent aux ...