Les couleurs de Castelbajac jouent la géométrie de THTF

Jean-Charles de Castelbajac

Jean-Charles de Castelbajac et THTF dans « No Man’s Land« 

Slika est une galerie café imaginée par Jérémie Masurel à Lyon, au coeur de la presqu’île avec une orientation résolument moderne et street art. Jean-Charles de Castelbajac et le duo THTF ont un jour réalisé que de leurs travaux, posés au hasard sur les mêmes murs, s’échappaient une harmonie des formes et des couleurs. Ces deux entités sont en fait réunis plastiquement par le trait, noir et épais. Invités par la galerie Slika, fidèle à sa ligne éclectique, les univers de JCDC et THTF se diluent le temps d’un accrochage baptisé No Man’s Land.

Jean-Charles de Castelbajac est un créateur de mode depuis 1968, mais il est ausi,  designer, auteur et collectionneur. Jean-Charles de Castelbajac, de part son travail et ses créations fait rayonner la France à l’étranger. Il ne s’impose aucune barrière, c’est la raison pour laquelle il laisse facilement ses pulsions créatrices s’esquisser sur les murs des villes du monde entier. À l’aide de craies, des visages dessinés souplement composent le style JCDC, un style prêt à communiquer avec ce et ceux qui l’entoure. C’est un véritable touche-à-tout qui possède une signature identifiable de tous : coloré, ludique, fantasque, poétique.

THTF eux, travaillent avec rigueur un langage de formes et de matières à travers la peinture et le collage d’affiches. Depuis 2009, c’est une évolution vers un style abstrait et plus épuré que ces deux personnalités ont engagé, à échelle internationale. Sur le modèle du cadavre exquis, les idées de l’un croisent de manière indissociable l’exécution de l’autre. Avec des compositions aléatoires mais matures, des éclairs de couleurs viennent ponctuer des graphismes très Matisséens. Voyageurs et curieux, ils partagent leur effervescence en à travers de nombreuses résidences artistiques, fresques officielles et collaborations avec des marques.

Sur une palette de noir et blanc et de couleurs primaires, couleurs code de JCDC, les formes géométriques de THTF mettent en valeur les visages souriants du styliste. Ils présentent sur des formats cartes postales, des compositions équilibrées et des poésies communes. No Man’s Land est une entracte pérenne dans un espace-temps urbain soumis aux aléas du temps et de la vitesse, une troisième identité qui balance avec joie entre l’illlustratif et l’abstrait.

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Céline Anaya Gautier

Céline Anaya Gautier présente Santiago au Pays de Compostelle

C’est l’histoire d’une femme, Céline Anaya Gautier qui, hôtesse de l’air et passionnée de ...

L’œuvre géante de JR, embarque depuis HAROPA-Port du Havre pour la Malaisie

Nouveau défi imaginé, réalisé, collé et…embarqué pour le spécialiste des coups artistiques spectaculaires et ...