Jean-Baptiste Lenglet : History Of Trance

Jeune artiste plein de talent et d’avenir, Jean-Baptiste Lenglet reçoit à l’unanimité les félicitations du jury pour son exposition de fin d’études « A nightmare on Hopi Street », installation fondée sur les origines culturelles diverses, qui sera exposée tant en France qu’à l’étranger.

Vivant à Paris, il poursuit en thèse un projet vidéographique de grande envergure, « Amnésie Générale » à travers l’observation de trois grands pôles asiatiques, Phnom Penh, Tokyo et Pékin.

Passionné d’art, il s’intéresse également à la pratique du livre d’artiste et participe dans cette optique en tant que co-fondateur au projet d’auto-édition de « The Panels Of Silence » et en tant que directeur artistique de la maison d’édition « Récit ».

« Le livre m’intéresse comme médium à part entière. Au départ c’était un moyen d’expérimenter et d’établir une recherche qui donnait lieu ensuite à une exposition, et inversement l’exposition pouvait donner lieu à un livre qui en serait la trace. Je considère souvent les livres comme des espaces parallèles dans lesquels je peux projeter une exposition. » explique-t-il.

« The History of Trance, titre de la prochaine exposition de Jean-Baptiste Lenglet, fait référence à la musique qui l’a marqué durant son adolescence, musique électronique des années 90 du même nom qui donne une compilation de trance techno.

L’artiste nous convie à admirer ses dernières sérigraphies qui, dénuées du typon sérigraphique sont des compositions qui se veulent un savant mélange de peinture, de vidéo et de sérigraphie, et qui révèlent une pratique plastique située à mi-chemin de la réalité et de la fiction et composée de strates que le spectateur se doit de déchiffrer, de traduire, et pour lesquelles les titres sont des échos à nos réponses.

Chasing the Dragon , 2011 photocopies et capot de truck

Chasing the Dragon , 2011 photocopies et capot de truck

« Le discours émerge de manière progressive. J’essaye de monter mes pièces comme des prismes, aux différents de niveaux de lecture. Elles doivent fonctionner immédiatement, pour le spectateur qui ne les regardent que trois secondes, tout en proposant une vraie complexité, par l’enchevêtrement de ses éléments, pour celui qui désire rester trente minutes. »

[vc_dropcap type= »type2″ first_letter= »L » first_letter_color= »#ffffff » first_letter_bg= »#dd9933″]

es couleurs sont fluides, vives, fluorescentes pour le plaisir du regard qui a bien du mal à s’en détacher. On y sent la passion et le plaisir que l‘artiste a ressenti en les réalisant, la profondeur et le naturel de son inspiration.

[/vc_dropcap]

Tout comme Aby Warburg, Jean-Baptise Lenglet nous questionne sur le message que ses œuvres véhiculent. Les mots sont des clés pour nous guider et pour ouvrir les portes de ce parcours, les sons nous orientent, les couleurs vibrent et nos sens, en interaction, entrent en fusion, découvrent et assemblent les pièces de ce cheminement artistique pour former un puzzle façonnant une « History of Trance ».
Paris fait sa rentrée artistique aux couleurs de Jean-Baptiste Lenglet, jeune artiste de talent dont le principal don est de faire passer dans chacune de ses toiles la passion qui l’anime.

A ne pas manquer!

Sans titre 2 (History Of Trance), 2014, vidéo et son, Courtesy Jean-Baptiste Lenglet

Sans titre 2 (History Of Trance), 2014

Galerie SEE Studio 6 septembre-31 octobre 2014

Tags:

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Les after CO : jeunes talents

Les After Co, créés en 2009, sont conçus comme des afterworks, et permettent aux ...

Art en Capitale

Art en Capital 2014

Art en Capital est né en 2006 de la volonté des Salons dits « ...