Exposition collective et journées portes ouvertes aux Mains d’Oeuvres

Pour bien démarrer la saison, un programme qui active les neurones, les sens et l’énergie rock !  Avec une exposition où les artistes mesurent leur propre temps de travail, une création pétillante autour d’Hamlet d’une très jeune compagnie déjà bien repérée (CNT, Adami, Bourse Déclic jeunes,..), une création explosive avec le groupe garage Cheveu et le plasticien vidéaste Yro, des portes ouvertes pour découvrir le lieu sous toutes ses formes, une soirée atypique avec 6 concerts gratuits dans les studios de musique et tout un programme de cours, ateliers et formations ouverts à tous.

Exposition collective

L’artiste est-il un travailleur comme un autre ? Peut-on mesurer son temps de travail ?

Avec Maria Andersson, Matteo Attruia, Elisabeth Ballet, Julien Berthier, John Cornu, Hugo Kriegel, Martin Le Chevallier, Julien Nédélec, Sylvain Rousseau, Benjamin Sabatier, Sylvain Sailly, Diego Sarramon

Une proposition de Cartel de Kunst, un collectif international de treize commissaires issu du Master 2 Professionnel « L’art contemporain et son exposition » à l’Université Paris Sorbonne (Paris IV). En partenariat avec Vice.

Julien Berthier, L’Horloge d’une vie de travail, 2008. ©Guillaume Grasset, Courtesy Galerie GP & N Vallois.
  • Du 7 au 30 septembre 2012
  • Vernissage : vendredi 7 septembre à 18h

Les artistes mesurent leur temps de travail.

Dans le vocabulaire industriel, les « temps étrangers » désignent les temps morts dus aux imperfections des méthodes de travail ou aux aléas imprévisibles de toute nature. Le travail de l’artiste demande peut-être l’élaboration de nouvelles unités de mesure, car ce sont des temps autres, « étrangers », en marge des logiques de productivité traditionnelles, qui participent aussi à la réalisation d’une œuvre d’art.

Pour tenter de résoudre cette énigme du temps de travail, les artistes présentent des productions inédites. Tandis que L’Horloge d’une vie de travail de Julien Berthier calcule minutieusement les heures, les jours et les semestres qui restent à travailler, le Grand Cacatoès blanc de Sylvain Rousseau et Lazy Days d’Elisabeth Ballet démontrent avec humour et poésie le potentiel productif de la paresse.

L’œuvre de Sylvain Sailly, qui se dit “inventeur de métaphores du temps de travail”, et celle de John Cornu mettent en évidence les traces de ce temps qui passe et l’impact physique du travail.

La démarche d’Hugo Kriegel, jeune félicité de l’école des Beaux-arts de Paris, consiste en une réappropriation du temps et du travail : sa proposition prend en compte les conditions de réalisation de l’exposition même. De même, la genèse de l’exposition est l’objet du film de Maria Andersson, qui place une caméra dans la salle d’exposition et enregistre le temps du montage.

En contournant la question posée par les commissaires, Martin Le Chevallier mesure non pas son temps de travail mais celui de l’artiste Julien Prévieux (l’auteur des Lettres de non-motivation) sur le mode de la surveillance, faisant ainsi du temps de travail d’un tiers la matière première de son œuvre. Jouant sur les mots, Julien Nédélec déjoue toute définition stable et se confronte au travail du bois.

Benjamin Sabatier et Matteo Attruia engagent une réflexion sur le statut de l’artiste dans notre société et Diego Sarramon se met en scène dans la vidéo d’une partie de pêche introspective.

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, Mains d’Œuvres Portes ouvertes !

Mains d’Œuvres, ancien centre sportif de l’entreprise Valéo ouvre ses portes pour vous faire découvrir l’interrelation entre l’usage passé et présent. Venez visiter ce patrimoine industriel de 4000 m2, participer à des activités de pratique artistique et découvrir la création contemporaine.

Samedi 15 septembre 2012

Après avoir réaliser un projet en 2001 avec les anciens salariés de Valéo appelé « Mémoire et Transmission », Mains d’Œuvres, 10 ans après vous propose de retrouver quelques anciens salariés qui cette fois-ci vont à la rencontre des artistes, occupants contemporains des lieux. A travers une visite à plusieurs voix, vous pourrez rencontrer le passé et le présent de ce lieu magnifique où se développe aujourd’hui de nombreux projets artistiques et citoyens.

Au programme : (non définitif)

Visite du lieu à 15h : La rencontre entre le passé, le présent et le futur du lieu

Cours de danse à partir de 14h : initiation gratuite aux cours de danses donnés à Mains d’Œuvres durant l’année :

  • 14h : Do In, par Catherine Noyelle
  • 15h : Danse africaine, par Marianne Samb
  • 16h : Capoiera, par Mardoché Voillot

Atelier à 4 mains : Atelier bidouille pour les 5/7 ans à la découverte du vent ! Sur réservation auprès de vanessa@mainsdoeuvres.org

Atelier théâtre à 17h : initiation gratuite au cours de théâtre donné à Mains d’Œuvres durant l’année. Atelier animé par Naéma Boudoumi

Visite du lieu à 17h : Les coulisses de Mains d’Œuvres

Répétition ouverte de 14h à 16h : En pleine répétition, la compagnie Ginko vous laisse entrer dans les coulisses de son spectacle Sensitives prévu du 8 au 19 octobre.

Visite du Centre de Ressources Art Sensitif (CRAS) : de 14h à 18h, découverte du Lab fraîchement remis à jour suite au chantier de l’été, renseignements sur les prochaines formations, expérimentation sur les minicras : deux prototypes dédiés à la découverte de l’art interactif.

Arts visuels  : visite de l’exposition de 14h à 18h Temps étrangers

Open Atelier : de 20H à 23H30, découverte de 5 projets explorant les pratiques numériques dans l’art.

Concert à 20h30 : création « Where do you from come ? » réalisée par Cheveu et Yro, artistes en résidence, sur la notion de mémoire et d’identité.

Et avant, et après : du mix dans le restaurant avec les collectifs Saucissongs et Who makes Anita shake !

Mains d’Œuvres

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité