En Attendant les Barbares présente Filiations

En Attendant les Barbares

Dans Filiation, chaque designer a choisi librement le meuble ou l’objet qui l’inspirait : console, lampadaire, guéridon, miroir, lampe. Seul impératif : faire appel aux artisans d’art de En Attendant les Barbares

C’est lors de nuits trépidantes passées au Palace, qu‘Agnès Kentish rencontre Mattia Bonetti et Elizabeth Garouste. Elle décide d’éditer leurs premières créations et En Attendant les Barbares fait ses premiers pas. Au fil du temps, de nombreux designers, de générations et d’horizons différents ont rejoint la galerie, chacun apportant sa note à l’éclectisme de la galerie, reflet du gout personnel d’Agnès Kentish.

Au delà des années et des générations, deux tendances se dessinent : minimaliste et graphique, en opposition à une luxuriante préciosité. Expérience et maitrise des ainés, fraicheur et spontanéité des juniors, établissent une complicité esthétique transversale, cimentée par une lecture identique d’un design adossé sur une réalisation parfaitement maitrisée. D’une génération à l’autre : le propos de l’exposition Filiations est de croiser les regards de deux générations de designers. D’un coté, des designers ayant acquis une certaine notoriété. De l’autre, de toutes jeunes designers, dont certaines n’ont encore jamais exposé.

Dans Filiations, chaque designer a choisi librement le meuble ou l’objet qui l’inspirait : console, lampadaire, guéridon, miroir, lampe. Seul impératif : faire appel aux artisans d’art de la galerie, tel Mr Pierre Basse, ex- ferronnier de Diego Giacometti, qui travaille en exclusivité pour En Attendant les Barbares.

Des talents confirmés : Eric Schmitt, Olivier Gagnère, Christian Ghion, Eric Jourdan, Eric Robin, Matt Sindall.
Des talents émergents :  Margaux Keller, Philippine Lemaire, Nika Zupanc, Célia Bertrand.

Des talents confirmés - Des talents émergents

ERIC SCHMITT (né en 1955)
Designer-sculpteur, Eric Schmitt fait ses débuts, dans les années 80, avec la galerie En Attendant les Barbares, qui lui a offert sa première exposition personnelle. Depuis, cette complicité a perduré, Eric Schmitt participant à plusieurs expositions collectives de la galerie, dont la dernière, » Masculin Pluriels ». Pour cette occasion, il avait imaginé « La Souche », pièce qui est actuellement exposée au Palais Farnese. En totale résonnance avec le concept trans-générationnel de « Filiations », l’autre pièce sélectionnée étant celle de sa cadette, Margaux Keller.

MARGAUX KELLER (née en 1987)
Après un cursus bien rempli à ENSAAMA Olivier de Serres puis à l’école Boulle, Margaux Keller remporte en 2010 un diplôme de design produit et d’architecture intérieure avec les félicitations du jury. Elle se forme ensuite sur les bancs de l’agence Philippe Starck. Puis, en 2012, elle fonde son propre studio de design. Le guéridon qu’elle a conçu pour « Filiations » est exposé jusqu’à fin septembre, au Palais Farnese, dans le cadre de l’exposition sur le design français : design@farnese.

OLIVIER GAGNÈRE (né en 1952)
La liste des réalisations d’Olivier Gagnère est impressionnante. Depuis ses débuts à la galerie Maeght à sa récente exposition au Musée de Vallauris, Olivier Gagnère a exercé son imagination dans de nombreux domaines : aménagements intérieurs, mobilier, luminaires. Développant un rapport très proche avec les artisans d’art, il est autant à l’aise avec les verriers que les céramistes, les bronziers que les ferronniers. Référence du design typiquement français, avec un esprit néo-classique réactualisé avec élégance, il a fait l’objet d’une monographie récente.

NIKA ZUPANC  (née en 1977)
Cette jeune designer slovène a très vite été remarquée par les plus grands acteurs du design mondial. New York, Milan, et Londres, l’ont déjà accueillie et présentent son travail qui allie féminité, glamour, et humour. Elle a exposé au Grand Palais, dans le cadre de l’exposition Miss Dior. Pour cette première exposition dans une galerie parisienne, Nika Zupanc a choisi d’allier inspiration moderniste et matériau précieux.

ERIC JOURDAN (né en 1961)
Figure respectée par ses pairs, Eric Jourdan effectue sa formation à l’école des Beaux Arts de Saint Etienne, et à l’école supérieure des arts décoratifs de Paris. Il rejoint l’équipe de Philippe Starck, puis fonde son studio. L’ESAD de Reims, l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, puis l’Esad de Saint Etienne, le Mobilier National, font appel à lui. En 2013, année de son exposition « Fauve » à la galerie En Attendant les Barbares, il reçoit le Prix du Design ART PARIS.

CÉLIA BERTRAND (née en 1976)
Après une maitrise d’histoire de l’Art à la Sorbonne, Célia Bertrand est sélectionnée par la Villa Médicis, pour participer aux fouilles du Palais d’Honorius. Elle complète sa formation au Cleveland Museum of arts (USA). De retour en France, sa collaboration avec Mattias Kiss lui fait découvrir le monde du design. En 2015, l’un de ses projets est retenu pour la Nuit Blanche. « Filiations » lui donne l’occasion d’exposer l’une de ses pièces pour la première fois.

MATT SINDALL (né en 1958)
Matt Sindall a obtenu son diplôme en design produit et mobilier à l’Institut Kingston Polytechnic de Londres. En 1990, il quitte Londres pour Paris où il intègre l’agence Wilmotte. Cinq ans plus tard, il crée sa propre agence. Son champ d’action est multiple : design produit, aménagement d’espace et scénographies, notamment pour la marque Renault.

PHILIPPINE LEMAIRE (née en 1984)
Diplomée de l’ESAD de Reims, ou Eric Jourdan avait remarqué son travail, Philippine Lemaire a participé à la French Design Connection, à New York en 2013. Elle a également exposé au Lieu du Design et à la Biennale Internationale du Design de Saint Etienne.

ERIC ROBIN (né en 1968)
Diplomé des Arts Décoratifs de Paris avec mention très bien, Eric Robin débute comme assistant de Christian Ghion. En 2012, il fait l’objet d’une exposition personnelle à la galerie En Attendant les Barbares, « Arborescences », ou il développe un style très personnel, attentif au végétal sous toutes ses formes. L’un de ses derniers chantiers est situé dans les jardins de la Villa Majorelle, d’Yves Saint Laurent, à Marrakech.

Photo : Eric Schmitt, Olivier Gagnère, Christian Ghion, Eric Jourdan, Eric Robin, Matt Sindall, Margaux Keller, Philippine Lemaire, Nika Zupanc, Célia Bertrand.

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Nicolò Degiorgis - Eurotunnel

Nicolò Degiorgis : Eurotunnel à l’Institut culturel italien

L’exposition Eurotunnel, fruit de la résidence de Nicolò Degiorgis à l’Institut culturel italien de ...

Anton

Anton « Absences » à la galerie Sit Down

Né à Athènes en 1948, Anton vit et travaille à Paris. Il se passionne ...

Yves Marcellin

Yves Marcellin « Portraits Mémorables » à La Galerie Arles

Dire d'Yves Marcellin qu'il est photographe est vrai mais il est en fait beaucoup ...