• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Cocteau, Wunderman, Ricciotti au musée Jean Cocteau

Cocteau, Wunderman, Ricciotti

Cocteau, Wunderman, Ricciotti « L’artiste, le collectionneur et l’architecte » au  musée Jean Cocteau

C’est à la stabilité et à l’équilibre parfait qui caractérisaient les relations entre Cocteau, l’artiste, Séverin Wunderman son collectionneur, homme d’affaires américain, et Rudy Ricciotti, l’architecte du musée construit autour de cette collection, qu’est consacrée cette double exposition :

«  L’artiste et le collectionneur », avec « Regards de Séverin Wunderman sur Jean Cocteau » en sous-titre, et « Poésie d’architecture par Rudy Ricciotti ». Séverin Wunderman, grâce à son admiration sans borne pour l’artiste, nous permet de contempler au sein des 1800 pièces de sa collection,  990 oeuvres de Cocteau, ce qui en fait la plus importante collection publique au monde d’oeuvres du poète-peintre, une chance qu’apprécie tout particulièrement Françoise Léonelli, la conservatrice du musée Jean Cocteau.

L’exceptionnelle collection de Séverin Wunderman était auparavant regroupée dans un musée fondé en 1985 et dédié au poète, situé à Irvine en Californie. Mais le collectionneur a très vite nourri le projet de la faire revenir en France, en créant un musée à Menton que Cocteau appréciait tout particulièrement. C’est l’architecte du MuCEM Rudy Ricciotti qui a été choisi. Séverin Wunderman décèdera peu de temps avant son inauguration en 2011.

A travers « L’Artiste et le Collectionneur », l’exposition nous fait découvrir les choix personnels de Séverin Wunderman et montre non seulement les oeuvres de Cocteau mais fait prendre également conscience de l’influence que le poète a pu avoir sur les artistes de son temps, comme Sarah Bernhardt

Parallèlement, Cocteau et Wunderman sont accompagnés par une exposition consacrée à Rudy Ricciotti, l’architecte et son travail de recherche permanente depuis le Stadium de Vitrolles jusqu’au nouveau musée-mémorial de Rivesaltes. La scénographie permet de saisir la part émotionnelle de son architecture à travers une sélection de 34 projets où l’on comprend comment on peut toujours pousser plus loin les limites de la technique.

Le parcours de l’exposition est ainsi construit sur une alternance de séquences « physiques » et de séquences « plastiques ». Un prototype de chantier, en vraie grandeur, vient en contrepoint de grandes projections d’images en mouvement. L’enjeu est de s’immerger dans l’univers de Rudy Ricciotti sans jamais perdre de vue la réalité de la matière. De la matrice au prototype, de « l’intuition » à la sensation, c’est le processus de la conception à la construction autant que la démarche de l’architecte qui sont ainsi donnés à voir et à comprendre. La grille d’analyse des projets correspond à quatre thématiques : la relation au paysage, l’expressionisme structurel, l’esprit de transformation et un certain maniérisme.

Exposition Cocteau 2015

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Rihanna

Puma et Rihanna ont annoncé aujourd’hui la conclusion d’un nouveau partenariat

Puma et Rihanna ont annoncé aujourd’hui la conclusion d’un nouveau partenariat pluriannuel effectif à ...

À corps et âme

À corps et âme au Château de Kerjean

À la Renaissance, le tabou de l’ouverture du corps humain se lève progressivement et ...