• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

100 % bahaméen, le festival Junkanoo

Junkanoo

Moment phare de l’année, le festival de Junkanoo puise ses origines au cœur des traditions des Bahamas.

Véritable événement culturel 100 % bahaméen, le festival Junkanoo est l’un des aspects les plus authentiques de la culture de bahaméenne. Unique en son genre, il mélange fêtes, concerts, défilés dans la rue, ainsi que divers spectacles culturels, c’est un incontournable pour un séjour d’exception aux Bahamas. Depuis sa création, il a lieu tous les mois de décembre. Mais depuis 2006, vu son succès, le festival se déroule aussi tous les week-ends des mois de juin, juillet et août. Archipel au nord des Caraïbes, au large des États-Unis, les Bahamas comptent plus de 700 îles et Îlots. Les deux les plus importantes, Andros et New Providence, où se situe la capitale Nassau, qui rassemblent 50% de la population. Zoom sur ce fameux festival de Bahamas : le Junkanoo.

D’où vient le mot Junkanoo ?
L’origine du mot « Junkanoo » est incertaine. Mais selon la légende, le mot aurait été tiré du nom d’un chef africain John Canoe. Un héros populaire qui prenait plaisir à caricaturer les colons britanniques avec des masques en papier mâché pendant les quelques heures de sa liberté lors de sa période d’esclavage. Le professeur d’études africaines à l’Université de Southern Mississippi Douglas Chambers, quant à lui, suggère que le nom Junkanoo serait d’origine Igbo (Nigéria), plus précisément de l’une de ses festivités : le Njoku Ki. C’est une tradition nigériane pendant laquelle se défilent des carnavaliers à cornes ainsi que d’autres masques.

L’origine du festival Junkanoo
Un événement traditionnel, le festival Junkano date à l’époque de l’esclavage, soit au 16e/17e siècle. Il tire son origine des festivités des esclaves aux Bahamas autour du temps de Noël. Après avoir travaillé dur sur les plantations dans l’archipel, l’on accordait à ces serviteurs de la liberté à la période de fêtes. Ces quelques jours, ils ne veulent pas les passer inaperçus. Ils les célèbrent avec des danses, musiques et costumes. C’était tellement superbe que même après l’émancipation de l’esclavage, cette tradition n’a cessé de continuer. Elle s’évolue même avec des costumes plus complexes, des défilés, des musiques à thème. D’où le festival Junkanoo.

Le festival Junkanoo : la fête
Grandiose et féérique, le festival Junkanoo de Bahamas ne s’improvise pas. Des milliers de personnes, y compris les enfants, s’organisent pour le bon déroulement du festival. Ces participants sont divisés en groupe pour parfaire les diverses catégories du festival, notamment la musique, la chorégraphie, les costumes, etc. La musique locale « goombay » est de mise durant le festival. Toutefois, vous pouvez aussi entendre des battements de tambours ainsi que des coups de sifflets. Quant aux costumes et les masques, uniquement ceux rappelant les traditions africaines sont utilisés.

Le plus animé et le plus important des défilés du sensationnel Junkanoo se déroule à Nassau, mais vous pouvez également goûter à l’atmosphère ennivrante du carnaval sur l’île de Grand Bahama, Eleuthera / Harbour Island, Bimini, Exumas et Abacos.

Climat :
La température moyenne est de 26° avec de faibles variations tout au long de l’année. Le mercure ne chute jamais en dessous de 16° la nuit en hiver et monte régulièrement à 32° en été.

Formalités :
Passeport en cours de validité valable 6 mois après le retour. Pas de visa nécessaire pour les ressortissants français pour un séjour inférieur à 3 mois. Attention cependant à vous procurer une autorisation electronique de voyage ESTA pour tout passage même en escale via les USA. Aucune vaccination n’est nécessaire pour se rendre aux Bahamas. Aucune précaution sanitaire particulière n’est recommandée. Il y a 6 heures de décalage horaire toute l’année entre la France et les Bahamas. Quand il est midi à Paris, il est 6h du matin à Nassau. L’anglais est la langue officielle. Dollar Bahaméen, le BSD. 1BSD est environ égal à 0,80€ et 1€ est environ égal à 1,24BSD. Mélanie Rousseau pour artsixMic

Paris : Consulat Honoraire de Bahamas
5, rue de Beaune 75007 Paris
Tel : 01.42.86.03.60

Photo : DR

le festival Junkanoo

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité