Sean Hart descend dans le métro lyonnais

 Sean Hart

Sean Hart « L’amour existe »

Après avoir investi les allées du métropolitain à Paris en 2014, Sean Hart descend dans le métro lyonnais  pour y dévoiler une quinzaine d’œuvres, qui seront visibles jusqu’au 18 février 2016, le Sytral, autorité organisatrice des transports en commun, ayant décidé de laisser un artiste s’exprimer au sein du réseau. C’est effectivement la première fois que l’autorité organisatrice des transports en commun de Lyon  a choisi de laisser carte blanche à un artiste.

Le travail de cet artiste street-art sera visible dans les stations Bellecour, Charpennes, Croix-Rousse, Part-Dieu, Saxe-Gambetta et Vieux-Lyon, mais également à l’arrêt de tramway La Doua et dans une centaine de bus, cherchant à stimuler la « réflexion » et « l’évasion » des voyageurs pris dans la course au temps.

Son travail consiste «à extraire en très grand format, sous forme de collage, des textes issus des quatre spectacles» d’Etranges étrangers, mis en scène par Philippe Vincent pour sa compagnie Scènes Théâtre Cinéma, en résidence au Théâtre du Point du Jour jusqu’à fin mars.

Pendant un mois, les couloirs du métro lyonnais vont donc devenir une galerie d’expression revêtue des fameux slogans blancs sur fond noir du street artist. Au rythme de « Lever les paupières« , « L’amour existe« , « J’avance moins rapidement que je voudrais mais j’avance« , les lyonnais vont ralentir le pas sous l’effet de ces phrases tant philosophiques que poétiques. Gérard Collomb, le maire de Lyon, a salué l’événement sur son compte twitter.

Cela fait presque vint ans que Sean Hart, poète urbain tantôt photographe tantôt graffeur, donne aux villes qu’il arpente des envolées méditatives. Paris, Dakar, Rio ou encore Johannesburg, se sont habillées de ces oeuvres sur papier en très grand format utilisant toujours la même police de caractère. La fragilité inhérente à la matière fait partie du jeu, « L’éphémérité de l’oeuvre c’est quelque chose qui ne me dérange pas. » déclare le street artist.

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (1)

  • Jean Marc Lebeaupin

    Après avoir investi les allées du métropolitain à Paris en 2014, Sean Hart descend dans le métro lyonnais pour y dévoiler une quinzaine d’œuvres, qui seront visibles jusqu’au 18 février 2016, le Sytral

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Ovahimba d’Etanga

« Les années Ovahimba » Rina Sherman à la BNF

Ethnographe, cinéaste et photographe, Rina Sherman a partagé durant sept ans la vie d’une ...

Galerie Chenaux

Galerie Chenaux : If light

La galerie Chenaux est novatrice dans son concept d’aborder l’art en mêlant commerce, communication ...

artfactory

French Art Factory « Sublimes matières »

« Sublimes matières », cette nouvelle exposition, les trois artistes exposés nous entrainent dans ...