OKUDA au château de la Valette pour le festival LaBel Valette

OKUDA au château de la Valette pour le festival LaBel Valette

Okuda est en France cette année à travers 3 projets monumentaux ! Skull in The MirrorLe plongeoir olympiqueLa Nouvelle Joconde

Avec sa nouvelle oeuvre « Skull in The Mirror« , OKUDA redonne vie au château de château de La Valette de Pressigny-les-Pin et tourne une page de l’Histoire de ce lieu. Acquis durant la Seconde République espagnole dans les années 30, le domaine passe entre les mains du régime franquiste en 1936 suite à la guerre civile espagnole. La Valette devient alors un collège espagnol et un centre de vacances jusqu’en 1986 avant d’être progressivement abandonné puis racheté par la Mairie puis par la société ACI en 2012. OKUDA s’est inspiré du lieu et de son passé pour créer une oeuvre unique et transmettre un message d’espoir à travers le monde. Abandonné depuis plus de trente ans, le domaine a récemment été racheté par une foncière : la société de l’Île-aux-Pins.

C’est au début de l’année 2016 qu’Urban Art Paris se rapproche de l’Île-aux-Pins pour lui proposer le LaBel Valette Fest autour d’un projet audacieux : offrir un terrain de jeu et un cadre d’expression unique pour une centaine d’artistes internationaux, connus ou non, issus de la street culture. Situé dans les environs de Montargis, à 1h20 de Paris et 55 minutes en train, le domaine de La Valette s’étend sur 40 hectares de paysages boisés. Composé d’un château, d’une chapelle et de deux bâtiments dortoirs de trois étages, l’ensemble représente plus de 10000 mètres carrés de murs à investir. Au programme : 3 jours de festivités, 100 street artistes, 30 groupes de musique, des intervenants, des performer… Il ne manque plus que vous !

L’événement street culture de l’année n’attend que vos yeux, votre émerveillement et votre participation pour concrétiser un week-end sous le signe du partage et de la découverte. Ils sont graffeurs, pochoiristes, performeurs, tagueurs, ils sont issus d’univers différents, ils viennent des quatre coins de la planète… mais tous ont la même passion et la même volonté de créer et de partager. Ils ont pu investir les lieux dès le mois de mai pour une carte blanche sur les 2 tours dortoirs composées de 3 étages et représentant en tout 90 pièces ! Vous pourrez ainsi découvrir chaque chambre, chaque pièce, à l’image de l’artiste qui se l’est approprié. Et, point d’orgue du projet, deux œuvres monumentales trôneront dans le domaine. Le site du festival :  http://www.labelvalettefest.com/

OKUDA

« En cette période plus mature de ma carrière, voyager et transformer des espaces dans le monde entier est l’une de mes plus grandes sources d’inspiration. La découverte de nouvelles cultures me fait me sentir libre, et se reflète dans mes créations, avec un regard toujours positif et coloré sur le monde »  OKUDA

Lors de son récent passage à Paris au cours duquel, il a réalisé une des plus hautes fresques d’Europe en interprétant sa version contemporaine de la Joconde sur un immeuble de 19 étages, investi le célèbre Pont Alexandre III en concevant le design du plongeoir olympique pour la candidature de Paris aux JO 2024, OKUDA revient sur le devant de la scène française avec un projet inédit et chargé d’Histoire.

Ces derniers temps, l’artiste espagnol a pris une nouvelle direction dans son travail en offrant une vision contemporaine inspirée de l’art classique et sa réinterprétation par les artistes de la Renaissance. OKUDA développe un discours universel et coloré à travers des scènes oniriques représentant des icônes modernes aux structures géométriques et des motifs multicolores et poursuit ainsi sa réflexion sur les contradictions, les désirs, les intuitions et croyances de notre société.

By Night Gallery et Ink and Movement associent leur savoir-faire et expertise en matière de management de projets artistiques et présentent cette année l’artiste Okuda en France à travers 3 projets monumentaux et inédits.

Photo : Chop Em Down Films

festival LaBel Valette

LaBel Valette - Festival of street culture

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

rencontres parisienne de la photographie

Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine

Les Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine prennent place dans le cadre de 7ème ...

Mohamed Mourabiti - Portrait

Mohamed Morabiti à la Biennale de Marrakech

Ainsi s’exprime Mohamed Morabiti, peintre marocain et acteur culturel qui a dédié toute sa ...

Floriane de Lassée

Floriane de Lassée s’expose à la Galerie Particulière

Après avoir été diplômée de l’école de graphisme Penninghen-ESAG (Paris) en 2000 puis de ...