• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Little Black Dress au Mona Bismarck American Center


Little Black Dress
Little Black Dress – Photo Elise Jamoteau

Du 3 juillet au 22 septembre 2013, le Mona Bismarck American Center reçoit « Little Black Dress », une exposition consacrée à l’importance historique et contemporaine de la petite robe noire dans nos sociétés. Organisée par le Savannah College of Art and Design Museum of Art (SCAD) en partenariat avec la marque de cosmétiques M.A.C, l’exposition rassemble une cinquantaine de robes haute couture des années 1930 à nos jours, réalisées par les plus grands couturiers : Lanvin, Kamali, Comme des garçons, Chanel, Marc Jacobs, Givenchy, Calvin Klein.

Il était une fois…la petite robe noire

Avec la première guerre mondiale et la grippe espagnole, le début du XXème siècle est bien sombre, les robes noires, symboles du deuil envahissent les gardes de robe. Il faut attendre 1926 et le modèle « Ford » de Chanel (baptisée « la petite robe noire » par le Vogue américain) pour que les robes noires soient désacralisée et deviennent un standard mode que toutes les femmes adoptent. Sobre, élégante, classique et passe partout, la petite robe noire s’est imposée comme une valeur sûre au fil du temps.

La création, reflet des mœurs

À chaque époque correspond un style, une mode calqués sur les valeurs de cette période. Ainsi, l’exposition «Little Black Dress » place la petite robe noire en témoin de son temps et dresse un parallèle entre l’évolution sociale et l’évolution de la création. Du modèle classique « fourreau » en laine de soie à la robe en dentelle pour homme Comme des Garçons portée par Marc Jacobs, l’exposition donne à voir la transcendance des mœurs par la création.

Un commissariat made in Vogue

André Léon Talley, commissaire de l’exposition est un ancien collaborateur à la rédaction de Vogue. Fin connaisseur de la mode, il a suivi pendant près de 40 ans l’œuvre de Karl Lagerfeld pour la maison Chanel. C’est une petite robe en laine relevée de soie créée en 2006 par ce même Lagerfeld qui a inspiré à André Léon Talley l’expostion « Little Black Dress ».

La passion pour la haute couture d’André Léon Talley remonte au temps de sa grand-mère, une femme de bagout qui porta des ensembles Chanel jusqu’à son dernier souffle. Avec elle, il partageait ses goûts et ses conseils, une habitude qui ne l’a plus quittée et qu’il a mise, par la suite, au service de personnalités comme Diana Ross, Alicia Keys, Miu Miu, Tom Ford, Gwyneth Paltrow, les sœurs Williams mais aussi Anna Wintour. Depuis maintenant 10 ans, il est le mentor des étudiants du SCAD auxquels il essaie de transmettre son expérience du monde de la mode.

SCAD, « the University for Creative Careers » (l ‘université des jeunes créatifs)

Le Savannah college of Art and Design (SCAD) est une institution privée à but non-lucratif proposant des licences et des masters dans plus de 40 domaines d’études différents (mode, illustration, design graphique, cinéma…) à Savannah et Atlanta en Georgie, à Hong-Kong, à Lacoste en France et partout dans le monde grâce à sa plateforme internet SCAD eLearning.

M.A.C, des cosmétiques sur mesure

Sponsor de l’exposition, la marque de cosmétiques M.A.C propose des maquillages sur mesure pour accompagner 4 petites robes noires exposées. Originaire de Toronto, l’entreprise M.A.C (Make-Up Art Cosmetics) est désormais présente dans plus de 79 pays.

Elise Jamoteau pour artsixmic

Make-Up Art Cosmetics
Make-Up Art Cosmetics

 

Little Black Dress - Photo Elise Jamoteau
Little Black Dress – Photo Elise Jamoteau

Mona Bismarck American Center

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité