• Soutenez artsixMic
  • Aidez-nous à bouger les choses !

les Rencontres du 9e Art à Aix en Provence

Rencontres du 9e Art

Les Rencontres du 9e Art sont le festival de Bande Dessinée d’Aix-en-Provence.

Durant trois jours, la Cité du Livre et la Bibliothèque Méjanes sont complètement investies par les Rencontres du 9e Art. Ce sont des rencontres, des dédicaces, des livres, des ateliers, des performances, du cinéma, de la musique… Ce temps fort réunit un public d’aficionados comme de lecteurs néophytes autour de plus de 50 auteurs internationaux et d’une centaine de professionnels du livre. Un véritable moment d’échanges festif et convivial pour ces 50 auteurs invités venus de tous les horizons, provoquant ainsi les échanges et confirmant l’énergie créative de la bande dessinée.

Plus de 50 auteurs invités (France, Belgique, Allemagne, Hollande…), parmi lesquels : Alëxone – François Amoretti – Thomas Azuélos – Juliette Bensimon-Marchina – Guillaume Bianco – Barbara Canepa – Éric Cartier – Brecht Evens – Brigitte Findakly – Arnaud Floc’h – Guillaume Guerse – Guillaumit – Arnaud Loumeau – Antoine Marchalot – Ismaël Méziane – Morgan Navarro – Julien Neel – Nylso – Anthony Pastor – Marc Pichelin – Léo Quievreux – Anouk Ricard – Marcel Schmitz – Simon Spruyt – Lewis Trondheim – Typex – Thierry Van Hasselt – Simon Van Liemt – Henning Wagenbreth – Willem – Winshluss.  Les expositions sont le cœur de la programmation des Rencontres du 9e Art.

Ces propositions sont des créations, des coproductions et, pour certaines, le fruit de résidences. Elles débordent quelquefois le champ de la bande dessinée allant chercher du côté de l’illustration jeunesse jusqu’aux expérimentations graphiques les plus contemporaines. – Formant un véritable parcours graphique dans la ville d’Aix-en-Provence, ces expositions ouvrent leur porte durant deux mois et leurs visites sont toutes gratuites.

Photo : Affiche de Henning Wagenbreth

UN MONDE MÉROLL
Winshluss & les Requins marteaux

Le magnat de l’huile de moteur et de friture, Edouard-Michel Méroll, devient le grand mécène du festival. Amateur d’art, il dévoile sa collection privée de planches de bande dessinée issues du catalogue des éditions les Requins marteaux.

Edouard-Michel Méroll est un génie de l’industrie, un militant du développement durable, un esthète et un homme incroyablement riche. L’exposition de sa collection personnelle, au goût très sûr en matière de bande dessinée, ne peut faire l’économie de s’attarder sur les talents de ce mécène éclairé. L’histoire et l’ascension des Huiles Méroll est ainsi présentée, tout comme la fondation humanitaire MMM (Merci Monsieur Méroll).

Bien sûr, l’exposition laisse aussi la part belle aux oeuvres acquises par ce grand humaniste car Monsieur Méroll a compris une chose : « L’oeuvre d’art échappe à son auteur, souvent. Au fisc, parfois… »

LE MEILLEUR DES MONDES
Brecht Evens

Tempête de couleurs à l’Archevêché ! Brecht Evens mélange écoline, aquarelle, gouache, éclate les perspectives, joue des transparences pour servir un cocktail pictural fou et somptueux. En seulement trois livres, ce jeune artiste flamand a conquis son statut d’auteur phare.

Si Brecht Evens a su trouver une véritable empreinte artistique, son univers graphique est à la hauteur de ses récits. Il décrit la plupart du temps des rapports humains articulés autour de personnages dominants qui se déploient dans toute leur ambiguïté.

L’exposition est conçue en deux étapes. Un premier module s’installe dans la galerie Gothique de l’Archevêché de début avril jusqu’à la Nuit des Musées. Il propose un éventail des oeuvres de l’auteur comprenant de nombreuses créations réalisées à l’occasion du festival ou présentées en avant-première.

Un second module le remplace durant toute la durée du Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence. En effet, Brecht Evens signe les visuels de l’édition 2016 de ce dernier et donne ainsi à voir les dessins originaux qui constituent la communication de l’événement.

VIVRE À FRANDISCO - Marcel Schmitz & Thierry Van Hasselt

Marcel Schmitz se fait anarchitecte d’une ville fantasme et composite, tout en scotch et carton, FranDisco. Le dessinateur et éditeur, Thierry Van Hasselt, trouve qu’il fait bon y vivre et propose en bande dessinée une visite de cette oeuvre d’art brut ou art outsider…

C’est en employant du scotch et du carton que Marcel Schmitz, au sein de la ‘S’ Grand Atelier, construit sa cité imaginaire, FranDisco. La ‘S’ Grand Atelier est un laboratoire artistique qui propose une série d’ateliers de création pour artistes déficients mentaux. Cette structure accueille régulièrement des artistes contemporains non-handicapés en résidence pour imaginer des oeuvres communes avec ces artistes outsiders.

Thierry Van Hasselt, dessinateur et éditeur au Frémok, est de cette façon tombé en fascination devant le travail de Marcel Schmitz. Une oeuvre tentaculaire, exponentielle et composite comme toute ville. Il entame alors la réalisation d’une bande dessinée prenant pour cadre la ville de FranDisco.

Progressivement, le projet s’expose dans plusieurs ville et la collaboration entre les deux artistes se fait plus étroite. Marcel Schmitz intervient également directement dans la bande dessinée de Thierry Van Hasselt…

En résidence à la Fondation Vasarely en décembre 2015, ils exposent le résultat dans le cadre des Rencontres du 9e Art. Pour l’occasion, les éditions Frémok publient la bande dessinée de Thierry Van Hasselt et Marcel Schmitz,Vivre à FranDisco.

Outre l’installation et les planches originales, l’exposition propose en regard des croquis d’urbanismes conçus par Vasarely lui-même et choisis par les auteurs de FranDisco. Elle se positionne ainsi comme un préambule aux festivités qui accompagnent le 40e anniversaire de la fondation Vasarely et le 110e anniversaire de la naissance de l’artiste.

Enfin M2F Création – Lab Gamerz développe pour l’occasion une application permettant de visiter FranDisco comme si vous y viviez.

Rencontres du 9e Art BD

GUILLAUMIT

Illustrateur, graphiste, performer, réalisateur de films d’animation… Guillaumit est un artiste polygone. Ludique et interactif, il décline son style géométrique et pop. Quelque part entre les legos, le Muppet Show et les premiers jeux vidéo, il revendique son goût pour l’humour de Téléchat ou des Shadocks.

A la Bibliothèque Méjanes, au coeur de l’espace jeunesse, Guillaumit présente une exposition à système tirée de son livre Au Bureau, publié chez les Fourmis rouges. Une petite fille va remplacer sa maman au bureau alors qu’elle est malade. Elle découvre alors une entreprise étonnante… Chaque cloison de l’exposition correspond à un étage du bureau. Chaque étage est une grande image dans laquelle se perdre et découvrir, en soulevant différents éléments, une foule de situations saugrenues.

Parallèlement, Guillaumit anime un workshop avec les étudiants d’Intuit.lab et présente aux murs de l’école son travail de graphisme et de design.

Typex - REMBRANDT

L’auteur hollandais Typex efface l’image figée de Rembrandt en une biographie dessinée fragmentée et humaine. Ou comment découvrir l’atelier de Rembrandt à l’atelier de Cézanne.

« Voici le plus grand artiste hollandais… Je veux dire, le deuxième plus grand. D’abord il y a eu Rembrandt puis il y a eu Typex. » Nick Cave

LE PROGRAMME IMMERSION - Léo Quievreux

Léo Quievreux détraque les codes des bandes dessinées de genre pour camper des ambiances inquiétantes aux accents surréels. Toujours en lisière de l’abstraction, son art consommé du noir et blanc nous conduit dans une étrange rêverie.

Récit d’espionnage et d’anticipation onirique, le Programme immersion, publié par les éditions Matière, est un livre captivant ou plutôt, un livre piège. Une sélection des planches originales de l’ouvrage est exposée dans la galerie Vincent Bercker. Ces pages grand format confirment Léo Quievreux comme l’un des grands poseurs de trouble et d’atmosphères ambiguës.

CABANES - Nylso

Quand Nylso fait des cabanes, il s’agit surtout d’un prétexte pour dessiner la nature qui entoure celles-ci. Avec sa finesse habituelle, il fait l’éloge minuscule et minutieux de la solitude et de la contemplation.

Les Cabanes sont une sorte d’inventaire d’endroits paisibles autant qu’imaginaires. Avec son rotring 0,1, Nylso capte les textures de la nature, attribuant à un champ herbeux la sinuosité complexe d’une empreinte digitale. Cette averse de traits infimes donne l’impression que Nylso de dessine pas mais réalise un cryptage figuratif du blanc de la page.

BENJAMIN BACHELIER

Qu’il utilise la plume, l’aquarelle, les crayons de couleurs, la peinture à l’huile, les craies grasses ou bien la palette graphique, Benjamin Bachelier captive par ses choix de couleur. Son travail pour la bande dessinée, l’illustration ou la peinture est à l’honneur. Découvrez à l’occasion des Rencontres du 9e Art son nouveau livre avec Stéphane Melchior-Durand chez Gallimard, Taïpi.

PARCOURS EN VILLE - 25 COMMERCES

Installer une exposition dans les vitrines de 25 boutiques depuis le centre ville historique jusqu’aux Allées Provençales. Sous la forme d’un jeu, le public pousse la porte des commerces aixois et collectionne les images créées par Anouk Ricard pour l’occasion.

La dessinatrice Anouk Ricard réalise une foule de personnages insolites et amusants, fidèles à son univers, inspirés par les commerces ou leur environnement. À chaque boutique est attribué un personnage. Il est reproduit en grand format et vient s’installer dans la vitrine. Il est également reproduit sous forme de carte postale à collectionner par le public.
Sur le principe d’un puzzle, toutes ces cartes s’assemblent et permettent de reconstituer un grand dessin/poster conçu pour l’occasion.

Portraits de Boutiques de Laurent Lolmède avait initié en 2013, dans le cadre de Marseille-Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture, ce principe de parcours piéton comme un jeu de piste de commerce en commerce. En 2014,La Chasse aux monstres de Frédéric Voisin avait renouvelé l’expérience et trouvé un succès public certain. Les Rencontres du 9e Art réitèrent l’opération en 2016 dans cette formule revisitée.

Avec son dessin d’apparence enfantin et ses personnages au visage animalier souvent complétement absurdes, Anouk Ricard a été citée en 2014, par GQ Magazine, parmi les 25 femmes les plus drôles de France. On a l’impression, en lisant ses bandes dessinées, que l’esprit des Monty Python préside au destin duMuppet show ou de Snoopy. Il y a souvent deux types de personnages chez elle : d’un côté, l’idiot qui se croit plus malin que tout le monde, de l’autre, l’imbécile qui n’y comprend rien et écoute le premier.

Elle a publié de nombreux livres et séries, travaille régulièrement pour la presse et a été sollicitée par Arte pour réaliser une série de bandes dessinées pour l’émission Personne ne bouge :

http://www.arte.tv/magazine/pnb/fr/les-bds-danouk-ricard-pnb

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Marc-Olivier Fogiel

Karl Lagerfeld l’invité du prochain divan de Marc-Olivier Fogiel

Karl Lagerfeld, l’homme sans âge, est l’un des créateurs les plus influents du monde. ...

Lentorse

Quinzaine de l’Entorse 2014 « Aquatique et Aérien »

Depuis plusieurs années, l’association « L’entorse » explore les croisements entre l’art et le sport, tentant ...