• Soutenir artsixMic
  • Communiquez avec artsixMic !
    Communivation

Bécassine Baby-Sitter revient le 3 octobre en librairie pour une nouvelle aventure

Bécassine baby-sitter

Bécassine fait son retour en octobre, sous la houlette du tandem Corbeyran et Béja, dans Bécassine “Baby-Sitter”.

On l’ignore trop souvent, mais Bécassine notre petite Bretonne marque les prémices de la bande dessinée. Elle est la première héroïne de BD, 3 ans avant Les Pieds Nickelés (1908), Tintin (1929), Jojo (1936) ou encore Spirou (1938). Née en 1905 sous la plume et le crayon de Caumery et Pinchon. Ils sont également parmi les premiers auteurs français à introduire le mouvement dans le dessin, prémices de la case et des codes narratifs de ce que l’on appellera plus tard LA BANDE DESSINÉE ! Sans oublier que le trait tout en simplicité et légèreté préfigure déjà un courant qu’Hergé rendra célèbre avec Tintin : la ligne claire.

Bécassine fait son retour en BD en 2016 sous la houlette du tandem Corbeyran et Béja dans Les Vacances de Bécassine. La nourrice bretonne la plus célèbre de l’Hexagone prenait, pour la première fois en 113 ans de « carrière » des vacances bien méritées. Bécassine revient le 3 octobre en librairie pour une nouvelle aventure où elle jouera le rôle qui l’a fait connaître celui de…baby-sitter !

Le pitch : Bécassine embarque pour les Etats-Unis ! Loulotte, sa protégée, a besoin d’elle : son tournage commence bientôt et elle n’a personne pour veiller sur son bébé Lilou. Bécassine s’improvise donc à nouveau nounou, enchaînant bévue sur bévue pendant son séjour, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Joseph Porphyre Pinchon

Celui qui a donné graphiquement naissance à Bécassine en 1905 a vu le jour à Amiens en 1871. Il a commencé à étudier la peinture à l’École des Beaux-Arts. À l’instar de Toulouse Lautrec et d’Émile Bernard, Joseph Porphyre Pinchon est l’élève de Ferdinand Cormon, peintre d’histoire, puis d’Albert Besnard, un portraitiste mondain de la Belle Époque. Auprès de ces maîtres, il acquiert le souci du détail, de l’exactitude du trait et le goût de la mode. Avec un sens de l’observation aigu, il dessine à partir de modèles vivants, de photographie et de cartes postales.

Aujourd’hui, les spécialistes de la BD considèrent Pinchon comme l’un des meilleurs dessinateurs de son époque. Ils le placent aux côtés de Christophe (La Famille Fenouillard, Le sapeur Camember, Le professeur Cosinus), de Forton (Les Pieds Nickelés, Bibi Fricotin) et de Saint-Ogan (Zig et Puce). De fait, entre Christophe qui a établi, le premier, le schéma de la bande d’images placées au-dessus du texte correspondant, et Alain Saint-Ogan, le premier en Europe à remplacer le texte sous l’image par des bulles, il faut placer Pinchon, grand précurseur et l’un des plus talentueux représentants du réalisme graphique d’avant-guerre. Pour ce qui est de l’influence qu’il exercera sur ses successeurs, il faut rappeler la filiation entre Bécassine et Tintin, revendiquée par Hergé lui-même : « Moi-même, je me suis inspiré de sa tête ronde, de son air naïf ».

Le saviez-vous ? Bécassine, pionnière d’un nouveau mode d’éducation

En 1905, quand Bécassine apparait pour la 1ère fois dans La Semaine de Suzette, l’enfant est considéré comme un être qu’il faut « dresser » ! La jeune nourrice va alors inaugurer un modèle d’éducation basé sur l’amour, l’écoute et la compréhension sans pour autant manquer d’autorité. Bécassine baby-sitter illustre bien ces 2 méthodes : Marie Quillouch, qui incarne l’éducation très rigide, s’oppose à la Méthode Bécassine dont elle tente vainement de démontrer l’inefficacité. L’Histoire a fini par donner raison à Bécassine. Françoise Dolto, psychanalyste et pédiatre de renom, la citera d’ailleurs à plusieurs reprises dans ses travaux où elle développe des thèmes comme « l’enfant est une personne » et « le parler vrai ».

Bécassine en date :

1905 : le 2 février, naissance de Bécassine dans le premier numéro de La Semaine de Suzette
1913 : publication du premier album, L’Enfance de Bécassine
1917-18 : Édouard Zier remplace Pinchon (alors sous les drapeaux) pour illustrer Bécassine chez les Alliés et Bécassine mobilisée
1953 : décès de Joseph-Porphyre Pinchon. Il a illustré 25 albums des aventures de Bécassine
1991 : la maison d’édition Gautier-Languereau entre dans le groupe Hachette Livre.
1992 : Bécassine reprend le devant de la scène avec un inédit, Bécassine au studio
1993 : nouvelles publications, Mémoires de Bécassine et Histoires de Bécassine
2001 : Bécassine triomphe dans un long-métrage d’animation français : Bécassine : le trésor Viking et prend la voix de Muriel Robin
2015 : Bécassine souffle ses 100 bougies
2016 : retour de Bécassine en BD avec Les Vacances de Bécassine par un nouveau duo : Corbeyran et Béja
2018 : 20 juin sortie du film Bécassine ! de Bruno Podalydès
2018 : octobre sortie du nouvel album BD de Corbeyran et Béja Bécassine baby-sitter

Qu’est-ce qui vous a plu dans ce projet de reprise des aventures de Bécassine ?

Corbeyran : C’est sûr que Bécassine est loin des univers et des ambiances que je développe habituellement dans mes histoires. Et justement, c’est cela qui m’a plu dans un premier temps. Le goût du défi ! Surtout que là, on parle d’un personnage emblématique voire patrimonial, avec qui on ne peut pas faire tout et n’importe quoi ! J’ai aimé relever ce défi d’écriture. Je suis aujourd’hui vraiment à l’aise avec ce personnage si attachant, si plaisant à mettre en scène ! Et j’espère que le public aura autant de plaisir à lire cette nouvelle aventure que moi à l’écrire.

Béja : De mon côté, Bécassine m’a plu pour son apport à l’histoire de la bande dessinée. Elle marque à la fois les prémices du langage bande dessinée et elle préfigure le courant de la ligne claire que des auteurs comme Hergé rendront si populaire par la suite et que j’aime tout particulièrement. Car, pour moi, elle est un langage graphique particulièrement littéraire. Et puis, refaire vivre ainsi Bécassine, c’est une façon de rendre hommage à Pinchon, son art de la narration et son découpage si dynamique pour l’époque. J’aime l’idée que la BD puisse être le moyen de faire découvrir un personnage comme Bécassine à un public qui n’aurait peut-être pas eu l’occasion de le faire autrement. Bécassine est un monument de la bande dessinée et j’aime l’idée de pouvoir « transmettre » cela aux nouvelles générations.

  • Album: 48 pages
  • Editeur : Gautier Languereau
  • Collection : Bécassine
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2014601739
  • ISBN-13: 978-2014601732
  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Catherine Meurisse

Catherine Meurisse, l’envie d’être “lègère” m’est revenue !

Rescapée de "Charlie", Catherine Meurisse s’est soignée grâce à l’art, à l'amour de l'art.

Michael Jackson - Les Métamorphoses Musicales

Michael Jackson – Les Métamorphoses Musicales by Olivier Cachin

Unique, irremplaçable, idole planétaire, Michael Jackson, le roi de la pop, a été l’artiste ...

Agathe Colombier-Hochberg - Des éclaircies en fin de journée

Agathe Colombier-Hochberg : Des éclaircies en fin de journée

Cela fait pratiquement 15 ans que la scène littéraire française se réjouit de la ...