Claude Alexandre et Michel Haillard dans Fetichh

fetichh

Fetichh sous le signe du fétichisme : rencontre entre la photographe Claude Alexandre et le fantasmagorique de Michel Haillard

A partir du 1er décembre prochain et pour une vingtaine de jours, la Galerie SpArtS accueillera l’exposition Fetichh sous le signe du fétichisme. Les photos de Claude Alexandre dialogueront avec les créations fantasmagoriques de Michel Haillard, l’artiste français connu internationalement pour le design de ses meubles.

Claude Alexandre, décédée il y a six ans, a terminé sa vie à Séville où elle résidait depuis 1999 et où elle avait développé une véritable passion pour la culture andalouse : la tauromachie, les rituels, le sacré, etc. Venue à la photographie en 1971, sa recherche artistique s’était bien vite orientée sur le corps dans tous ces extrêmes : l’homme, la femme, les homosexualités, le fétichisme, le sadomasochisme, le travestissement, l’enveloppement, etc.

Parallèlement à l’enfantement, elle photographie la danse, la spiritualité et aussi le portrait que l’on retrouve dans son travail de manière récurrente. Pour elle, la photo était un moyen de connaissance et de transmission. Durant toute sa vie, elle a collaboré avec de nombreux médias tel Camera International, Photo Magazine, Zoom, Photo-Reporter, Vogue Hommes, le Gai Pied, l’Echo des Savanes, Penthouse, Art Press, Le Recherche Photographique, Libération, le Monde, l’Officiel, Votre Beauté, Vis à Vis International, Demoma, Les Saisons de la danse, etc.

Les éditions Photomania à Paris et les éditions Asangre à Séville ont publié de nombreuses cartes postales et affiches révélatrices de son talent.Maître de stages et de conférences aux Rencontres Internationales de la Photographie (Arles, France), à l’école Icart-Photo (Paris, France), à l’espace Meteora (Séville, Espagne), et à Diagonal 3 (Mairena del Aljarafe, Espagne), Claude Alexandre a été exposée au sein de galeries françaises et étrangères, son œuvre faisant partie des collections de la Maison Européenne de la Photographie, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Musée Taurin de Nîmes ainsi que de la Fondation Auer Ory pour la photographie (Hermance, Suisse). Ayant laissé une œuvre très vaste qui comprend, notamment, des photos en noir et blanc de rituels SM, de bondage et d’enveloppements, Michel Haillard, autour de ce travail fétichiste, a imaginé un échange improbable entre les deux artistes.

Faisant échos aux photos de Claude Alexandre, une collection inédite de chaises, de trônes, voire de méridiennes est créée, marquée par la touche humoristique de Michel Haillard. Dès cet été, une souscription du coffret FETICHH COLLECTOR va être lancée à un prix public préférentiel de 770 euros TTC au lieu de 1100 euros TTC. Créé à 40 exemplaires, ce coffret comprendra le catalogue de l’exposition 21×21 de 30 pages, une photo certifiée de Claude Alexandre 10 x15 et un ‘gri-gri poilu’, imaginé par Michel Haillard

Informations pratiques :

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

10eme édition du festival Muzik’Elles de Meaux

Pour sa dixième édition, le festival des Muzik’elles ne déroge pas à ce qui ...

Art Antwerp

ART ANTWERP International Art & Design 2014

RT ANTWERP International Art & Design 2014 (AA'14) est un espace novateur et une ...

Karimouche

Karimouche s’engage dans les projets éducatifs de l’AFEV

On ne la présente plus, car par son style et son charisme, Karimouche est ...