• Cannes en direct !
  • Communiquez avec artsixMic !
    Communication

Collection Guggenheim “dénaturée” ? La justice française a tranché !

Collection Guggenheim

Venue vivre à Paris dans les années 20 après avoir perdu son père, magnat de la métallurgie, lors du naufrage du Titanic, Peggy Guggenheim (1898-1979) y a fréquenté les artistes d’avant-garde, et acheter leurs œuvres.

Vivant ensuite à Londres, New-York et Venise, elle a continué sa collection et en a légué les 326 oeuvresPicasso, Braque, Miro, Matisse, Dali, Duchamp, Max Ernst, Rothko, Robert Motherwell ou encore Jackson Pollock – ainsi que le palais vénitien qui les abrite sur le Grand Canal, à la fondation créée par son oncle. Or, pour son petit-fils Sandro Rumney, résident français, et ses enfants, les dernières volontés de la collectionneuse d’art américaine ont été trahies.

La collection a été dénaturée par l’adjonction d’oeuvres issues de donations d’autres collectionneurs, « minimisant par ce fait le génie de Peggy Guggenheim et le caractère tout à fait exceptionnel de sa collection », comme l’avait souligné l’un de leurs avocats Me Olivier Morice.

A peine plus de 50% des oeuvres issues de la collection de Peggy Guggenheim sont présentées alors qu’elle doit être considérée comme un ensemble. Et comme confirme son confrère Bernard Edelman, la collection est une « oeuvre de l’esprit » sur laquelle les descendants ont donc un « droit moral ».

La famille accuse par ailleurs la fondation d’avoir profané la sépulture de la collectionneuse ; ses cendres sont en effet inhumées dans un coin du jardin, où sont organisés des cocktails et une plaque a été ajoutée, mentionnant le nom d’un autre mécène du musée.

La Fondation, quant à elle, rappelle « qu’aucune condition ne figure dans la donation » d’origine et souligne que le taux de fréquentation s’est développé de façon spectaculaire, passant de 35.000 visiteurs par an à la mort de Peggy Guggenheim à 400.000 et insiste sur le fait que la collection n’est pas une œuvre de l’esprit : « Peggy Guggenheim a été une égérie du monde de l’art, elle achetait beaucoup pour soutenir les artistes. » Pour autant son accrochage était « très didactique, sans originalité, pas autre chose qu’une compilation ». D’ailleurs, elle n’a « pas donné un sens esthétique dans lequel devrait être présentée la collection », dont elle a elle-même changé plusieurs fois la disposition de son vivant.
Alors, violation de sépulture ? Collection « œuvre d’esprit » ?

Et d’ailleurs, à propos d’esprit,….Esprit es-tu là ?

Et bien non, pas pour la cour d’appel de Paris, qui a débouté, mercredi 23 septembre, les descendants de Peggy Guggenheim de leur action devant la justice française contre la Fondation Solomon Guggenheim, qui administre à Venise la collection de leur ancêtre.

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Civiliser l’Espace

Civiliser l’Espace au Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux

Après 70 ans de conquête spatiale, des laboratoires de recherche ont été installés en ...

Les petits frères des Pauvres

Les petits frères des Pauvres à l’Hôtel Drouot

Les petits frères des Pauvres et l’Hôtel Drouot, partageant les mêmes valeurs de respect ...