RENOMA présente en image et en ambiance le Chelsea Hotel

Julia Calfee

Julia Calfee exposera pour la première fois en France ses photos témoins des quatre années où elle vécut au Chelsea Hotel. Sa série de photographies « Inside » reflète l’énergie d’un lieu occupé par les fantômes des anciens résidents du légendaire établissement. Bien plus que des portraits, c’est sa vision et sa conception singulière de l’humanité que Julia Calfee nous propose de partager au travers de son travail. Une quête autour de la liberté d’expression associée à son désir profond d’explorer le Chelsea Hotel comme ultime refuge de la créativité. Les photographies de Julia Calfee célèbrent la liberté de vivre d’un lieu où l’excès était le bienvenu et où l’âme pouvait être anéantie ou ressuscitée.

Inside

« Je n’ai pas choisi le Chelsea Hotel, c’est le Chelsea qui m’a choisi. » Julia Calfee

Le Chelsea Hotel

Depuis son ouverture en 1883, le Chelsea fut l’hôtel le plus rock de l’histoire new-yorkaise. Conçu dès son origine selon un modèle social le destinant à une vie en communauté, ses douze étages en faisaient le plus haut building de New York, avec son style néo-Queen Anne et gothique Victorien. Situé en plein cœur du quartier de Chelsea, il a été le premier bâtiment de New York à être classé monument historique et culturel en 1977.

Dès sa construction, il fut le lieu de rencontres des plus grands noms et visages du monde artistique : Jack Kerouac, Stanley Kubrick, Jane Fonda, Patti Smith, Robert Mappeltorpe, Dee Dee Ramone, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Sid Vicious, Andy Warhol, Henri Cartier-Bresson, Harry Smith…. Ce mythique établissement a hérité de leurs empreintes, tous y laissant les marques et souvenirs de leurs insolences et de leurs provocations.

Établissement marginal et délabré où toutes sortes de personnalités habitaient, du dealer à la prostituée… le Chelsea Hotel devint un véritable refuge : il aura vu défiler les célébrités du monde entier en les accueillant dans ses murs, parfois à titre gracieux ou en échange d’œuvres d’art… C’est une des raisons pour lesquelles aujourd’hui le Chelsea Hotel est devenu un mythe et une référence mondiale pour l’ensemble de la communauté artistique.

Stanley Bard, dernier propriétaire et directeur de 1955 à 2007, incarnait l’âme et l’esprit du Chelsea Hotel.

Les rescapés du Titanic séjournèrent au Chelsea Hotel, celui-ci devant initialement être le point d’arrivée de la croisière. Entre ses murs, Sir Arthur C. Clarke écrivit « A Space Odyssey », Arthur Miller « After The Fall », Kerouac « On The Road » et Thomas Wolfe « You Can’t Go Home Again »… Leonard Cohen y composa « Chelsea Hotel #2 », ode à sa liaison avec Janis Joplin et récemment reprise par Lana Del Rey ; Bob Dylan s’y maria et son premier enfant y vit le jour ; Nancy Spungen, la copine de Sid Vicious, des Sex Pistols, y fut poignardée à mort en 1978 ; The Libertines y enregistrèrent une grande partie des Babyshambles Sessions en 2003.

Des dizaines de films et un nombre important de chansons y ont été composées, notamment Chelsea Morning de Joni Mitchell : la fille de Bill et Hillary Clinton lui doit son prénom ! Aujourd’hui, sa façade est toujours ornée de plaques gravées aux noms de ses plus prestigieux résidents.

Le Chelsea Hotel fut aussi le décor de nombreux suicides, des visiteurs et des habitants y venant tout spécialement pour se jeter des balcons.

maurice renoma creation

Création graphique Maurice Renoma

Maurice Renoma «VERTIGE »

« On est habité par le Chelsea Hotel. Lors de ma visite, j’ai senti tous les fantômes de son passé. J’ai été imprégné par son histoire forte et fasciné par cet escalier plein de vie, qui est le cœur du Chelsea Hotel. C’est ce qu’il reste aujourd’hui… un tourbillon au centre de son histoire. »

Maurice Renoma nous transmet par le biais de son travail photographique sa vision fantasmagorique et personnelle du Chelsea Hotel, entre surréalisme et onirisme. Il fut l’un des derniers visiteurs du légendaire établissement avant sa réhabilitation. Bien que l’accès fut interdit au public, Maurice Renoma y pénétra et captura les derniers instants avant son réaménagement. Il exposera une série de photos inédites illustrant son ressenti et son imaginaire psychédélique.

Stefanie Renoma « Tribute to Chelsea Hotel »

« En fouillant, en cherchant, j’ai été très inspirée par cette ambiance, cette énergie et l’atmosphère du Chelsea Hôtel, refuge décadent du New York des années 70. J’ai initié ce projet car je souhaitais partir sur un thème très rock. Mettre en scène le vêtement en racontant l’histoire de chacune de ces icônes, transporter ce décor dans différents espaces et jouer avec les personnages, raconter l’histoire du Chelsea Hotel à travers mes rencontres, mes envies de belles images, ce besoin de travailler en équipe, de guider les photographes qui m’on fait rêver et donner vie à la collection capsule que m’a inspiré ce New York de liberté… c’est ce qui colle le plus à mon univers… »

Stéfanie Renoma en charge de la Direction Artistique du projet, a mis en scène et transporté sa vision de la sensualité des années 70, qui fait écho à l’irrévérence et à l’érotisme exacerbés des icônes rock des seventies, en imaginant une Collection capsule aux allures androgynes sulfureuses. Pour cela elle a fait appel à six photographes pour exprimer l’univers de fragments d’histoires de ce lieu marginal et délabré, où toutes sortes de personnalités cohabitaient ; lieu privilégié des plus grands noms et visages du monde artistique de ces années créatives, qui encore façonnent notre vision de l’art.

Découvrir plus de photos ?   http://www.stefanie-renoma.com/blog/

Informations pratiques

Le Chelsea Hotel à la boutique Renoma

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Émilie Faïf

Émilie Faïf : Nuages, exposition monographique

Scénographe plasticienne et diplômée des Arts Appliqués Olivier de Serres et des Arts Décoratifs ...

Vera Rhöm - A la recherche de la beauté rationnelle

Vera Rhöm : A la recherche de la beauté rationnelle à la Fondation Vasarely

Rendre concret, palpable, l'éphémère, le mouvement, le temps. Comment le percevoir ? Le mesurer ...

Gareth Nyandoro

Gareth Nyandoro au Palais de Tokyo

Originaire de Bikita, au Zimbabwe, où il est né au début des années 80, ...