• Participez au sixMic Crowfunding !

Le parti pris des nuages de Marion Baruch

Marion Baruch - Le Parti pris des nuages

Marion Baruch, pour sa première exposition personnelle à la galerie Anne-Sarah Bénichou, « Le parti pris des nuages » en hommage à Ponge, renoue avec cette poésie du réel et du quotidien caractéristique de son oeuvre.

« Le parti pris des nuages » est la première exposition personnelle de Marion Baruch à l’occasion de laquelle l’artiste  renoue avec cette poésie du réel et du quotidien caractéristique de son œuvre. C’est d’ailleurs en découvrant son travail que le titre de l’exposition qui renvoie au recueil de poème, Le parti pris des choses de Francis Ponge, est immédiatement venu à l’esprit de la galeriste.

Marion Baruch ne nous donne à voir que ses œuvres les plus récentes, nous permettant par là-même de prendre conscience de son extraordinaire capacité à se renouveler au sein de notre contexte contemporain. Tels les nuages dont on ne peut figer la forme, Marion Baruch pérennise l’éphémère de manière poétique.

Née en Roumanie en 1929 à Timisoara, Marion Baruch a rejoint l’Accademia di Belle Arti de Rome après avoir  étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Bucarest puis à Bezalel Accademy of Arts and Design à Jérusalem. Sa vie est une succession de périodes qui influenceront sa recherche artistique, certaines en étant des moments-clés. Ainsi, à la fin des années 50, elle travaille pour l’industrie textile italienne, dessinant des motifs pour des imprimés, puis, juste avant l’an 2000, elle constitue une entreprise fiction : Name Diffusion qui développe des projets participatifs et relationnels et propose une démarche collective de rencontres, d’échanges et de création. Ce moment de sa vie, l’un des plus connus, la mènera vers la création de nouvelles formes de rencontres, vers  un art plus relationnel, plus politique, plus ancré dans des questions de société. Sa réalisation de blogs et de sites participatifs lui permettant de diversifier et d’agrandir son audience. Car c’est cela Marion Baruch, un tissage de liens, une mise perpétuelle en relation. Aujourd’hui, on la retrouve en train d’échafauder un dialogue entre ces deux forces immatérielles que sont l’espace et la mémoire.

Marion Baruch est l’artiste de la continuité.

Insaisissable, sa création est multiforme. Aux peintures des années 1960 se sont succédées ses sculptures et installations conceptuelles des années 1980, puis ses productions collectives réalisées à Paris dans les années 19990 – 2000 jusqu’aux pièces créées en Italie à partir de chutes de tissu auxquelles elle s’adonne depuis 2010.

Marion Baruch crée en effet depuis quelques années des œuvres provenant des restes de tissu destinés à la destruction et qu’elle récupère dans des ateliers de confection de la région milanaise. En les réutilisant, en épinglant ces formes souples au mur ou bien en les suspendant au plafond, elle leur redonne vie dans l’espace. Comme l’explique avec justesse, Christian Bernard : « Qu’elles se nomment Peintures, Sculptures, ou Portraits, les œuvres de Marion Baruch sont toujours semblablement constituées de lambeaux de tissus épinglés au mur. […] Leur tombé, ce qui s’apparenterait parfois à un drapé, les formes qu’elles présentent, ne tiennent qu’à l’effet conjugué du hasard et de la pesanteur sur la souplesse du tissu : rien là de prévu, de préparé . […] Les œuvres offrent une structure dessinée qui affiche une géométrie molle à mi-chemin entre déconstruction du tableau, esquisse de bas-relief et sculpture processuelle. ».

La reconnaissance du travail de Marion Baruch commence à voir le jour. Les historiens de l’art examinent et analysent le travail de cette artiste suite à des expositions récentes. Nathalie Viot et Noah Stolz constituent ses archives en vue de la création d’un Estate et un catalogue monographique est en préparation. Elle est également représentée par la Galerie Laurence Bernard à Genève

Marion Baruch vit dans le présent, crée et s’inscrit dans la continuité ; une artiste dotée d’une volonté artistique éternelle et sans faille.

Photo : MARION BARUCH – Yellow, 2016, tissu, 240 x 151 cm, crédit photo Alexander Hana, Courtesy de l’artiste et Galerie Anne-Sarah Bénichou

Marion Baruch « Le Parti pris des nuages »
Exposition personnelle jusqu’au 13 juillet 2017

Galerie Anne-Sarah Bénichou
45, rue Chapon
75003 Paris

 www.annesarahbenichou.com

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

African revival

La Galerie Africaine présente African Revival

Entre allégories et scènes du quotidien, ses oeuvres célèbrent la vie et l’amour tout ...

rencontres parisienne de la photographie

Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine

Les Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine prennent place dans le cadre de 7ème ...

Pierre Roy-camille

Pierre Roy-camille entre réalisme et imaginaire

Si la galerie Maeght permet aux visiteurs et aux collectionneurs de retrouver les œuvres ...