• Participez au sixMic Crowfunding !

Le goût de la parure. Portraits du château de Versailles

Le goût de la parure. Portraits du château de Versailles

Le goût de la parure « Les différentes fonctions des parures comme les cadeaux diplomatiques entre la France et les cours européennes ou leurs ambassadeurs, les présents pour les étrennes des membres de la famille royale ou les cadeaux de mariage. »

C’est dans le logis royal du château d’Angers, résidence des ducs d’Anjou, que se tiendra l’exposition intitulée « Le goût de la parure. Portraits du château de Versailles » consacrée aux bijoux dans la peinture du XVIIe au XIXe siècle, et qui sera le quatrième volet du partenariat entre le château de Versailles et le Centre des monuments nationaux.

Grâce au prêt exceptionnel d’oeuvres provenant des collections du château de Versailles couvrant les époques allant du règne de Louis XIV au Second Empire, vingt-huit tableaux, huit gravures et une gouache permettront d’évoquer la typologie des parures : colliers, bagues, pendants d’oreilles, boucles de souliers ou de ceintures, médaillons ornés de brillants et de pierres, ou encore, pierres cousues sur des costumes, un véritable trésor enrichi au fil du temps et des règnes par chaque souverain français, qui a partiellement traversé les péripéties de l’Histoire, mais dont de nombreuses parures et pierres le composant ont disparu.

Grâce à une scénographie s’articulant de manière chronologique, les différentes fonctions des parures seront mises en évidence, tels les cadeaux diplomatiques entre la France et les cours européennes ou leurs ambassadeurs, les présents pour les étrennes des membres de la famille royale ou les cadeaux de mariage. Les joyaux de la couronne et leurs usages pourront être également admirés à travers les portraits des rois et reines exposés. Les peintres ont, à travers ces toiles, montré leur talent et virtuosité, l’éclat des pierreries, perles et diamants y reflétant tout leur savoir faire. Cette exposition est également l’occasion de mieux saisir l’évolution des usages et des formes des bijoux soumis, comme le costume, à la mode et au goût du temps.

Les différents espaces du château d’Angers seront consacrés successivement au XVIIe siècle, le XVIIIe siècle et au XIXe siècle :

– Consacrée au XVIIe siècle, la première section comprend onze peintures, quatre gravures et une gouache. Le propos se concentre sur le règne de Louis XIV (1638- 1715) qui, fasciné par les diamants, a considérablement enrichi la collection royale des bijoux et des Diamants de la Couronne.

– La section XVIIIe siècle de l’exposition comprend huit peintures et quatre arts graphiques qui représentent de manière significative l’évolution du goût au Siècle des Lumières. On passe ainsi du règne de Louis XV et de la représentation de figures royales portant les Joyaux de la Couronne, à celle de princesses qui cèdent, sous Louis XVI et à la fin du XVIIIe siècle, à la mode néo-grecque. Le costume devient alors plus simple et les parures bien plus discrètes. Cette section montre aussi une certaine internationalisation dans la création et le goût : elle souligne les points communs, d’une cour à l’autre, en particulier celles de France, d’Autriche et d’Espagne.

– Cette partie consacrée au XIXe siècle comprend neuf peintures. La rupture politique de la Révolution introduit d’importants changements dans la société du temps. Cette césure se traduit par une ambiance colorée différente.

Le goût de la parure renaît après la Révolution, mais celle-ci ayant dispersé les collections de bijoux, il faut reconstituer ce trésor, ainsi que les cassettes des femmes à la mode. La restauration des Bourbons, avec le règne de Louis XVIII, à partir de 1814-1815 poursuit l’enrichissement des Diamants de la Couronne, autour des deux femmes de la famille royale, la duchesse d’Angoulême et la duchesse de Berry.

Le catalogue de l’exposition sera publié aux Éditions du patrimoine. Le partenariat établi en 2013 entre le Centre des monuments nationaux et le château de Versailles cherche à instaurer un dialogue entre des collections trop souvent méconnues et des hauts lieux du patrimoine national. Ces expositions temporaires permettent aux deux institutions d’unir leurs ressources afin de donner au plus grand nombre la possibilité de découvrir ou de redécouvrir quelques pages de l’Histoire de France dans le cadre prestigieux des monuments nationaux.

Photo : Louis XV, roi de France – Augustin-Oudart Justinat 1717, huile sur toile © Château de Versailles (dist. RMN-Grand Palais) / Christophe Fouin

Henriette-Anne d'Angleterre, duchesse d'Orléans, dite Madame

Henriette-Anne d'Angleterre, duchesse d'Orléans, dite Madame

Anonyme. XVIIe siècle.© RMN-GP (Château de Versailles), JG Berizzi

Informations pratiques :

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Laura Arend - rencontre avec une étoile de la danse

Laura Arend, rencontre avec une étoile de la danse

Danser pour vivre, danser pour aimer, vibrer, s’approcher du Nirvana, la danse tient une ...

Luc Langevin

Luc Langevin créateur d’illusions magiques

Rencontrer Luc Langevin, c’est plonger dans l’univers énigmatique d’un homme magique, qui vit dans ...