• Participez au sixMic Crowfunding !

La collection qui fit scandale en 1971 exposée à la fondation Bergé Saint Laurent

Saint Laurent, la collection du scandale

L’exposition « Yves Saint Laurent 1971, la collection du scandale » actuellement à la fondation Bergé – Yves Saint Laurent jusqu’au 19 juillet 2015, a pour ambition de reconstituer la fameuse collection Printemps – Été 1971 qui fit polémique à l’époque.

En 1966, lorsqu’il décida d’ouvrir une boutique de prêt apporter de luxe, Yves Saint Laurent avait déjà bouleversé le monde de la mode. Après avoir brisé les codes de la haute couture, sa collection 71, fortement influencée par sa rencontre avec Paloma Picasso provoqua un séisme.

Le 29 janvier 1971, les 80 modèles qui constituent la collection printemps été sont dévoilés dans les salons de la Rue Spontini, siège de tous les défilés Yves Saint Laurent.

Aux antipodes des défilés de l’époque, les six mannequins qui défilent , enchaînent d’une allure nonchalante et avec un maquillage outrancier, les passages sans musique. Pour les 180 clientes et journalistes de tout bord qui assistent au spectacle, c’est la stupéfaction !

Les épaules carrées, les jupes aux genoux, les semelles compensées, pièces phares de la collection, rappellent clairement le style des années de guerre et d’occupation. Cette source d’inspiration revendiquée et assumée par le couturier dérange car elle rappelle les souvenirs des années de restriction que beaucoup ont vécus, et s’inspirer de cette époque est vécu comme une offense.

Consterné, unanime, le public considère cette collection comme « hideuse ». Les articles qui la dénigrent déferlent et condamnent les écarts de style d’un couturier qui a la nostalgie de cette époque … et l’excuse de ne pas l’avoir connue ». … C’est un échec commercial. Yves Saint Laurent fait un flop.

Cette collection marque clairement un tournant dans la carrière du couturier.

Fondamentale, elle provoqua l’effondrement des barrières qui séparaient à l’époque la haute couture et le prêt à porter, en reléguant les termes de l’élégance au rayon des considérations du passé. Ainsi, la collection 71 fait entrer avec fracas la mode dans son histoire contemporaine. Elle inspirera cette mode « rétro », dont de nombreux couturiers s’inspireront durant toute la seconde moitié du 20ème siècle. Elle est le miroir qui chasse de son cadre un monde disparaissant pour accueillir en son reflet une nouvelle génération.

Aujourd’hui, les tailleurs les petites vestes aux boutons ornés d’ancre marines, la veste en fourrure, les robes longues, plissées, drapées, sont des classiques dans la garde robe des « fashionistas ».

Tags:

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Martin Boyce

14ème édition de Propos d’Europe « Thoughts that breathe »

La Fondation Haubrok de Berlin sera l'invitée de la 14ème édition de Propos d’Europe, ...

controle qualité

Galerie Sparts : « Contrôle qualité »

Luc Queyrel joue carte sur table, à nous tous, amateurs et passionnés d'art, de ...