Henri Olivier : Parcours de l’ombre au Musée national Marc Chagall

Henri Olivier

Henri Olivier à l’invitation des musées nationaux, propose un regard personnel sur les espaces du musée Chagall et sur son jardin, conçus par Marc Chagall.

Henri Olivier est sculpteur mais un sculpteur aussi talentueux qu’atypique puisque sa recherche artistique repose sur une savante et lumineuse combinaison de sculpture conjuguée à son expérience du jardin et du paysage. Cela fait plus de trente ans que les créations d’Henri Olivier font l’objet d’expositions d’art contemporain tant personnelles que collectives ; son travail donne une dimension supplémentaire au jardin, lui confère un discours poétique, un écho, un prolongement qui crée une surprise, un suspens, une interrogation : quelles relations peuvent s’instaurer entre une sculpture et le jardin, son environnement et le paysage, voire notre propre espace ? Comme le dit Allen S. Weiss, “ses sculptures servent de catalyseurs pour mettre l’esprit, le regard et le corps en mouvement”.

Outre son travail en tant qu’artiste sculpteur-paysagiste, Henri Olivier a enseigné à l’Ecole Méditerranéenne des Jardins et du Paysage de Grasse, y assumant un rôle de coordinateur pédagogique. A l’invitation des musées nationaux, l’artiste nous propose de découvrir son regard personnel, son interprétation des espaces du musée Chagall et de son jardin, conçus par Marc Chagall (1887-1985), André Hermant (1908-1978) et Henri Fisch (1929).

Attentif et respectueux des percées sur les jardins, de ses jeux d’ombres et de lumière, Henri Olivier a installé ses pièces entre intérieur et extérieur des espaces du musée, provoquant un subtil dialogue avec le bâtiment et la collection du musée national Marc Chagall. L’exposition présentera également une pièce de musique concrète composée par Éric Caligaris.

Commissaires :
Anne Dopffer, conservateur général du patrimoine, directrice des musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes
Johanne Linskog, conservatrice au musée national Marc Chagall

Informations pratiques :

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

markus lupertz

Markus Lüpertz “Promenade, 1963 – 2014”

En avant-première de la rétrospective qui lui sera consacrée au Musée d’Art moderne de ...

Françoise Huguier au Festival Planche(s) Contact

Françoise Huguier est partie à la rencontre des familles Deauvillaises les plus modestes

Invitée pour le 8e Planche(s) Contact de Deauville, Françoise Huguier, connue pour l’approche intimiste ...

Miles Hyman

Miles Hyman le temps suspendu…

Le musée de l’illustration jeunesse de Moulins consacre à Miles Hyman du 11 février ...